Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le présent volume des Cahiers ainsi que le prochain sont consacrés aux problématiques relatives à la phonétique et à la phonologie dans l’enseignement/apprentissage des langues de spécialité. Les quatre premiers articles concernent l’anglais, les trois suivants le français langue étrangère (FLE). Tous soulignent que les difficultés rencontrées par les apprenants proviennent essentiellement d’interférences avec leur langue maternelle et proposent des pistes pour aider les apprenants à « entendre » la langue cible afin d’améliorer non seulement leur compréhension, mais aussi la qualité de leur production orale et leur communication en général.

2Il est logique d’ouvrir ce volume avec un article qui traite de la formation en langues des maîtres du premier degré, car ils auront la charge de la formation de nos étudiants de demain. Les jeunes enfants ayant une grande capacité à reproduire un modèle phonologique, il est crucial que le modèle qui leur est proposé soit aussi exact que possible. Anne-Marie Voise analyse les productions orales de plus de mille professeurs stagiaires (recueillies sur une décennie) et examine les particularités du système phonologique de l’anglais pour expliquer les difficultés rencontrées par les professeurs des écoles à entendre et à reproduire ce système. Cet état des lieux sert de base à la méthodologie qu’elle a mise au point pour pallier les difficultés des futurs enseignants.

3Dan Frost s’intéresse également aux interférences de la langue maternelle sur l’apprentissage d’une deuxième langue. Il explore ici la notion de « surdité accentuelle » qui empêcherait les apprenants francophones de comprendre la chaîne parlée en anglais et qui, par voie de conséquence, affecterait leur production orale. L’accentuation est différente en anglais et en français, elle est plus marquée dans la première langue. D. Frost fait état des recherches théoriques publiées sur le sujet, avant de présenter une étude expérimentale visant à appréhender la perception de l’accentuation par des locuteurs des deux langues. Il termine en présentant des outils d’apprentissage médié par ordinateur pour remédier au problème identifié.

4Claire Chaplier constate à son tourque les difficultés en anglais des apprenants français proviennent des différences entre les systèmes phonologiques du français et de l’anglais. Sachant que la transmission d’un message cohérent en anglais ne peut pas être réussie sans une prononciation intelligible, elle cherche à susciter une prise de conscience phonologique chez ses étudiants en sciences. Dans cet article, elle décrit les étapes d’un travail de remédiation réalisé dans le cadre d’un cours consacré à la communication scientifique : dé-conditionnement de la langue maternelle, prise de recul, conscientisation, sensibilisation aux obstacles et auto-contrôle de l’apprenant. Elle souligne le rôle essentiel du médiateur pour que l’apprenant parvienne à endosser sa nécessaire « responsabilité épistémologique ».

5Christelle Exare s’attache à résoudre une difficulté précise rencontrée par les apprenants en anglais : le hiatus, qu’elle définit comme « la rencontre entre une voyelle finale de mot et une voyelle initiale de mot, non consécutive à une pause », a tendance à se traduire chez les francophones par la production d’un bruit intrusif perçu comme /h/ devant une voyelle initiale de mot. Il génère de fréquentes erreurs qui barrent l’accès au sens. Dans cet article, C. Exare analyse les occurrences de hiatus produites par un échantillon d’apprenants dans le but de comprendre les facteurs déclenchant ces occurrences et de proposer des stratégies didactiques de remédiation.

6Dans le cadre de l’enseignement-apprentissage du français langue étrangère, Claire Pillot-Loiseau, Angélique Amelot et Florentina Fredet présentent la première étape d’un vaste projet de création d’un corpus de FLE comprenant des enregistrements à la fois de sujets témoins et d’apprenants étrangers. La constitution de ce corpus répond à un double objectif : d’une part, étudier les écarts entre les productions orales des étrangers et celles des sujets témoins ; d’autre part, développer les moyens pédagogiques qui permettront aux étrangers d’améliorer leur prononciation du français. Cette étude, limitée à la mise en place expérimentale du corpus, devrait être suivie de la création d’une vaste base de données d’enregistrements et d’applications pédagogiques (propositions d’exercices et de grilles d’évaluation).

7Alain Kamber et Carine Skupien-Dekens ont des objectifs similaires aux auteures précédentes.Afin de permettre à leurs apprenants allophones de travailler en autonomie guidée, ils ont ont recours à des « parcours fléchés de phonétique » établis en fonction des langues maternelles des étudiants. Cet article présente les mesures et l’analyse de l’évolution des compétences des apprenants dans le domaine de la discrimination auditive. Les conclusions mettent en lumière à la fois les compétences acquises par des apprenants d’origines diverses en une année d’apprentissage et les principaux obstacles rencontrés face au système phonologique du français, en fonction de la langue maternelle de chacun.

8Sandra Cornaz, Nathalie Henrich et Nathalie Vallée s’appuient sur des recherches théoriques et sur plusieurs études de terrain montrant que la reconnaissance syllabique d’une langue étrangère est facilitée par le chant. En effet, les apprenants (il s’agit ici d’Italiens d’âge adulte) formés à la phonétique du FLE avec une méthode mixte (exercices en voix chantée et activités traditionnelles), progressent plus rapidement que les apprenants ayant reçu une formation traditionnelle sur une durée équivalente. L’article présente une méthode innovante pour l’enseignement-apprentissage et l’évaluation de la correction phonétique en langue étrangère.

9Pour préparer les deux volumes des Cahiers consacrés à la phonétique et à la phonologie, le comité de rédaction a bénéficié de la collaboration exceptionnelle de Dan Frost, président de notre association. Je le remercie chaleureusement de son aide précieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 2 | 2010, 9-10.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 2 | 2010, document 1, mis en ligne le 11 août 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/670

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Mireille Hardy est Rédactrice en chef des Cahiers de l'APLIUT
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page