Navigation – Plan du site
Articles

Une étude phonétique de la résolution du hiatus en anglais langue maternelle et en anglais langue étrangère

How do French learners and native English speakers deal with hiatus contexts in English? A phonetic study
Christelle Exare
p. 59-74

Résumés

Cette étude fournit une typologie des stratégies de onze apprenants francophones et de deux locutrices anglophones pour résoudre le hiatus phonétique en anglais langue seconde et en anglais langue maternelle. Le hiatus est ici défini comme la rencontre entre une voyelle finale de mot et une voyelle initiale de mot, non consécutive à une pause. L’analyse des occurrences produites par les apprenants, âgés de quinze ans et évalués au niveau B1 du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, atteste des difficultés rencontrées par les francophones dans ce domaine, et propose quelques hypothèses concernant la production d’un bruit intrusif perçu comme /h/ devant une voyelle initiale de mot.

Haut de page

Texte intégral

5

  • 1 My Fair Lady, A Musical Play in Two Acts. Comédie musicale d’après Pygmalion de Shaw. Adaptation et (...)

Higgins (patiently): [...] Watch closely, Eliza. (He places the burner on the desk and lights the flame.) You see this flame? Every time you say your aitch properly, the flame will waver. Every time you drop your aitch, the flame will remain stationary. That’s how you will know you’ve done it correctly; in time you will hear the difference. Now, listen carefully: in Hertford, Hereford and Hampshire, hurricanes hardly ever happen. [...] Now, repeat after me [...]
Eliza (conscientiously): In ‘ertford, ‘ereford and ‘ampshire, ‘hurricanes ‘ahdly hever ‘appen!
(My Fair Lady, Acte 1)1

1Le hiatus, défini ici comme la rencontre entre une voyelle finale de mot et une voyelle initiale de mot (non consécutive à une pause), est important en anglais langue étrangère, en ce qu’il est souvent le lieu privilégié d’erreurs qui barrent l’accès au sens. Ainsi les locuteurs francophones montrent-ils une propension à insérer, à l’initiale des mots commençant par une voyelle en anglais, un son intrusif qui est communément perçu comme un /h/ (John & Cardoso 2008). Un énoncé comme I ate pasta (j’ai mangé des pâtes) peut donc être interprété comme I hate pasta (j’ai horreur des pâtes) quand il est prononcé par un francophone. Pour résoudre des hiatus de ce type, les anglophones tendent à produire les approximantes [w] et [j] (Huart 2010 : 211).

2Cet article rend compte d’une étude menée auprès d’apprenants évalués au niveau B1 du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CERCL). Cette expérience établit une typologie des productions des francophones en frontière de mot, dans un contexte de hiatus, afin de dégager :
a) les types possibles d’interférences phoniques (Weinreich 1957) à partir des occurrences rencontrées dans une langue étrangère ;
b) une description acoustique des phénomènes observés en anglais langue étrangère ;
c) une typologie des productions en anglais langue maternelle.

3L’idée générale est de déterminer, grâce à une comparaison des stratégies adoptées par les locuteurs en langue maternelle et en langue étrangère :
a) quels sont les facteurs déclenchant les occurrences ;
b) quelles stratégies didactiques de remédiation peuvent être envisagées.

1. Protocole de l’expérience

  • 2 Le symbole # représente une frontière de mot. C remplace le terme « consonne » et V signifie « voye (...)

4Deux locutrices anglophones, parlant une variété d’anglais britannique standard, et onze apprenants francophones (quatre garçons et sept filles) du Nord de la France, âgés de 15 ans et évalués au niveau B1 du CERCL ont participé à des tâches de production. Ils ont lu, sans préparation préalable, deux textes à trois débits différents : 1) lent, 2) normal, et 3) rapide. Le premier corpus est le texte de La Déclaration d’Indépendance des États-Unis. C’est un document historique de 289 mots, en majorité polysyllabiques, présentant 19 situations de hiatus. Seulement 11 ont été retenues pour cette étude restreinte parce que nous n’avons pas pris en compte, dans nos analyses, les contextes propices à un sandhi en /r/. Le deuxième corpus est un texte construit présentant 23 situations de hiatus dans des mots en majorité monosyllabiques. Comme nous voulions tester l’hypothèse de l’insertion d’une approximante après les voyelles hautes (Huart 2010 : 211), nous avons intégré dans ce corpus construit les trois paires suivantes : my ears et my years, two-eyed et too wide, ainsi que I earn et I yearn. Nous souhaitions vérifier expérimentalement l’hypothèse selon laquelle la distribution des sandhis par approximantes en anglais langue maternelle s’effectue selon la logique décrite dans le tableau 12.

Tableau 1. Suppression du hiatus en fonction de la nature de V1.
En gris : les contextes étudiés dans cet article

Tableau 1. Suppression du hiatus en fonction de la nature de V1.En gris : les contextes étudiés dans cet article
  • 3 Boersma, Paul & David Weenink. 2010. Praat : doing phonetics by computer [Computer program]. Versio (...)

5Les enregistrements ont été réalisés dans des pièces silencieuses sur Audacity, version 1.2.6, avec un micro-ordinateur portable Toshiba et un microcasque Logitech. La fréquence d’échantillonnage choisie a été de 44 000 Hz pour les apprenants francophones et de 16 000 Hz pour les anglophones. Nous avons procédé à la troncation des segments pertinents, qui furent ensuite exportés et renommés dans des fichiers au format .wav pour être analysés sous Praat3.

6L’analyse des syntagmes sous Praat a donné des indices suffisants pour établir un double codage. Nous avons catégorisé la recevabilité d’un segment par un premier signe « + » ou « –  » (Tableau 2). Le critère étant notre propre perception, nous avons codé par « –  » tous les énoncés que nous aurions demandé à l’élève de répéter, dans un contexte de classe. Nous avons ensuite identifié et codé de 1 à 5 chaque production au point de jonction V#V. Ce codage par catégorie est présenté dans le tableau 3. En cas de doute persistant après l’analyse acoustique, le segment était mis de côté. Au total, 236 segments correspondant à des jonctions V#V ont été analysés.

2. Résultats commentés

Tableau 2. Résultats de l’analyse perceptive et acoustique des productions des apprenants francophones (niveau B1) dans les environnements V#V – Recevabilité

Tableau 2. Résultats de l’analyse perceptive et acoustique des productions des apprenants francophones (niveau B1) dans les environnements V#V – Recevabilité

7Le tableau 2 montre que le nombre de productions insatisfaisantes est significativement plus élevé dans le deuxième corpus composé de mots monosyllabiques.

8Les réalisations des francophones sont diverses aux points de jonction V#V. Dans la mesure où les phénomènes se combinent, certaines productions ont été étiquetées avec quatre codes différents.

Tableau 3. Résultats de l’analyse des productions des apprenants francophones (niveau B1) dans les environnements V#V – Identification des phénomènes

Tableau 3. Résultats de l’analyse des productions des apprenants francophones (niveau B1) dans les environnements V#V – Identification des phénomènes

2.1. Productions satisfaisantes

9Les productions jugées satisfaisantes à l’oreille peuvent être classées en deux catégories.

2.1.1. Coalescence de voyelles

10Dans le premier cas de figure, aucune insertion de segment épenthétique n’est observée. Nous avons affaire à une coalescence de voyelles. L’exemple de la figure 1 illustre cette possibilité. Dans la zone de hiatus (entourée sur le spectrogramme, en bas), les deux voyelles [ʊ] et [ə] ne forment qu’une unité vocalique (encadrée sur l’oscillogramme, en haut).

  • 4 Un spectrogramme est une représentation visuelle d’un son en trois dimensions. L’axe horizontal don (...)

Fig. 1. Représentation spectrographique4 de to assume, prononcé par une apprenante francophone

Fig. 1. Représentation spectrographique4 de to assume, prononcé par une apprenante francophone
  • 5 Il est très délicat de transcrire des productions d’apprenants, même avec les diacritiques proposés (...)

11À l’écoute, on perçoit un son évoquant [h]. L’analyse sous Praat, cependant, indique qu’à la jonction des deux voyelles en contact, la courbe du fondamental ne s’interrompt pas comme elle le ferait si un segment non voisé était produit. Aucun segment n’est donc inséré entre les deux voyelles [ʊ] et [ə]. Nous avons probablement affaire à une illusion perceptive, générée par la présence à gauche de [t] bien aspiré, et à droite du bruit de friction produit pour [s]5. Cette réalisation aspirée de /t/ par un élève de lycée peut sembler surprenante. Il est important de préciser que les sujets francophones qui ont participé à cette expérience ont fait l’objet d’un recrutement spécifique en fin de cycle de collège. Au moment des enregistrements, nos élèves de Seconde section européenne venaient juste de passer les évaluations ESOL de Cambridge, qui ont validé pour chacun d’entre eux le niveau B1 du CERCL. Ce niveau est un seuil minimal, c’est-à-dire que certains élèves pourraient certainement être évalués au niveau B2, voire C1.

2.1.2. Glottalisation

  • 6An example of an inadvertent insertion of a landmark is the production of a glottal stop at the on (...)

12L’exemple ci-dessous présente une autre production estimée satisfaisante. Les stries verticales, après un silence de 60 ms, évoquent, au plan acoustique, une glottalisation de la voyelle (Stevens 2002 : 1887)6, appelée parfois « laryngalisation », après une occlusion glottale. Au plan perceptif, un coup de glotte est détecté à l’attaque de la voyelle. Au plan articulatoire, ce phénomène correspond à une vibration irrégulière des plis vocaux (Umeda 1978 : 89), et mériterait une analyse acoustique plus approfondie, basée sur l’observation d’un signal laryngoscopique. Notons le voisement (non attesté en anglais natif) de la consonne occlusive de alter, que l’on pourrait expliquer de plusieurs façons. Soit l’élève ne connaît pas le terme, et fait une analogie avec d’autres mots comme older. Soit la présence de [l] dans le contexte favorise le voisement de la consonne suivante. Une autre hypothèse (de surgénéralisation) serait une volonté de se conformer à un modèle américain, dont les élèves savent qu’il autorise, dans certains contextes, le dévoisement les occlusives à l’intervocalique, comme dans better.

Fig. 2. to alter, prononcé par une apprenante francophone

Fig. 2. to alter, prononcé par une apprenante francophone

13Le nombre de silences, de transformations, d’élisions, de répétitions et d’achoppements, correspondant aux codes 2, 3 et 5 du tableau 3, attestent de difficultés sérieuses ressenties par les francophones dans la résolution du hiatus, notamment dans des contextes comme my arms. Observons donc quelques réalisations problématiques de francophones.

2.2. Exemples d’insertions interférentielles chez les francophones

14La figure 3 représente le spectrogramme correspondant à you may ask, prononcé par une apprenante francophone. La zone du hiatus, encadrée en rouge, indique qu’un bruit de friction important a été produit à la frontière morphologique, entre les deux voyelles [eɪ] (ici peu diphtonguée) et [ɑ:]. L’interruption du voisement pour [ɑ:], ainsi que les stries verticales, indiquent une glottalisation de la voyelle en son centre. Attendue à l’initiale du mot ask, elle est réalisée ici avec un léger décalage temporel.

Fig. 3. you may ask, prononcé par une locutrice francophone

Fig. 3. you may ask, prononcé par une locutrice francophone
  • 7 Un formant est, dans un spectrogramme, une bande horizontale sombre, correspondant à des zones de f (...)
  • 8 En position intervocalique, la réalisation du phonème /h/ est le son voisé [ɦ].

15La nature de ce son intrusif, perceptivement identifié comme [h], doit être détaillée. Quelles sont les caractéristiques acoustiques du [h] anglais ? Observons la figure 4. Dans we hold, il est caractérisé par : 1) un affaiblissement (voire la disparition) du premier formant7 qui peut, dans une certaine mesure, être corrélé à l’ouverture de la glotte ; 2) un bruit continu de friction/d’aspiration ; 3) une interruption de la courbe du fondamental reflétant la nature dévoisée du son lorsqu’il est en position initiale de mot8 ; et 4) une transition claire du deuxième formant. Possédant les formants de la voyelle qui le suit, le son [h] est aussi défini comme une voyelle dévoisée (Trask 1996 : 36).

Fig. 4. we hold, prononcé par une locutrice anglophone

Fig. 4. we hold, prononcé par une locutrice anglophone

16Dans le cas de la locutrice francophone, la figure 3 montre bien une interruption de la fréquence fondamentale F0, qui est une estimation de la fréquence laryngée (Martin 2008 : 106). Cette discontinuité évoque l’insertion d’un son dévoisé dans la zone de hiatus. Le premier formant est bien affaibli et le bruit de friction est important. Une étude articulatoire, avec l’analyse du signal laryngoscopique, pourrait confirmer si la source de ce bruit est bien à la glotte comme dans le cas d’une aspiration.

  • 9 même s’il est vrai que tout francophone peut réaliser /h/ sans difficulté particulière dans « ha, h (...)

17Déterminer si ce son intrusif dévoisé est la réalisation phonétique d’un phonème épenthétique /h/ s’avère encore plus problématique si l’on considère que le français ne possède pas de noeud guttural (Paradis & La Charité 2001). Autrement dit, /h/ ne fait pas partie de l’inventaire phonémique du français9. Ainsi observe-t-on souvent, dans l’anglais des francophones, la non-réalisation de /h/, là où il est nécessaire et phonémique, et la réalisation d’un bruit perçu comme [h] dans les cas où il est illicite. Observons la figure 5.

Fig. 5. how I earn, prononcé par une apprenant francophone

Fig. 5. how I earn, prononcé par une apprenant francophone

18À l’initiale de how, l’élève n’a pas produit [h], mais plutôt une glottalisation de la voyelle, représentée sur le spectrogramme par les stries verticales évoquant, au plan articulatoire, une vibration irrégulière des plis vocaux. En revanche, un bruit illicite perçu comme [h] est introduit, comme en différé, entre I et earn pour résoudre le hiatus.

3. Quels facteurs déclenchants ?

19L’insertion d’un son perçu comme [h] semble dépendre de plusieurs facteurs.

20a) Les phénomènes supra-segmentaux sont certainement déterminants. L’insertion d’un son fricatif non voisé est plus probable à l’initiale d’un mot dont la première syllabe est accentuée, comme le montrent les résultats du tableau 3. Prononcer my arms, my ears, ou encore I earn est source de difficultés pour les étudiants francophones, ce qui explique pourquoi certains auteurs proposent d’insérer les semi-voyelles /j/ ou /w/ à la frontière vocalique. Un bruit intrusif est perçu dans un cas sur deux dans ces contextes. En revanche, to abolish, dans nos enregistrements, n’est pas un contexte propice à la réalisation d’un bruit intrusif. Aucun apprenant n’en a produit à l’initiale du deuxième mot. De façon générale, les énoncés du type « to + verbe  » et « the + nom  » sont assez bien réalisés par les locuteurs francophones au niveau B1. Dans le premier corpus, sur vingt-deux réalisations de they are, seize ont été jugées satisfaisantes.

21b) Des paramètres propres au locuteur jouent également un rôle. Ses choix prosodiques, son style de lecture, le débit et son niveau sont à prendre en compte. Une étude plus poussée devrait permettre de déterminer à quelle échelle et selon quelles modalités ces critères interagissent.

22En effet, la variabilité entre les sujets est importante. Un apprenant sur onze, sans être pour autant bilingue, a produit seulement deux sons intrusifs (sur un total de vingt-sept segments) dans les zones de hiatus. Une autre locutrice, en revanche, a réalisé une aspiration perçue dans quinze cas sur trente-et-un. Un troisième sujet a produit huit pauses d’une durée supérieure à vingt millisecondes sur un total de onze segments évalués. Les stratégies préférées de gestion du hiatus semblent donc être propres à chaque individu. Nous espérons qu’une étude portant sur un échantillon plus important de locuteurs nous permettra de dégager des profils d’apprenants.

23Nous observons également une grande variabilité chez un même sujet, comme le montrent les exemples suivants. En prononçant la première occurrence de now and then du deuxième corpus, l’apprenant a transformé la voyelle de now, en produisant une diphtongue perçue comme [ʊ] de no (figure 6). La voyelle produite, avec un premier formant bas, est trop fermée. Les stries verticales irrégulières dans le premier spectrogramme évoquent la glottalisation de la voyelle, au plan acoustique. Un coup de glotte est perçu. Les deux voyelles en présence sont réalisées comme deux unités vocaliques, comme le montre l’oscillogramme. La figure 7, en revanche, n’indique pas de phénomène de glottalisation. Les deux voyelles fusionnent et ne forment plus qu’un seul noyau vocalique. L’évolution des formants évoque la fermeture à l’œuvre dans la réalisation de [aʊ]. Cette deuxième occurrence est une coalescence de voyelles, sans glottalisation de l’une ni de l’autre.

Fig. 6. now and (then), prononcé par un apprenant francophone

Fig. 6. now and (then), prononcé par un apprenant francophone

Fig. 7. Une deuxième occurrence de now and (then), prononcée par le même apprenant

Fig. 7. Une deuxième occurrence de now and (then), prononcée par le même apprenant

24c) La difficulté de la tâche de lecture introduit des biais inévitables (voir à ce sujet Umeda 1978). Le texte de La Déclaration d’Indépendance des États-Unis étant particulièrement difficile et ancien, certaines erreurs étaient attendues. Dans le cas de throw off, par exemple, quatre locuteurs sur onze ont réalisé une des deux voyelles comme une autre voyelle du système vocalique de l’anglais britannique, probablement parce que le verbe était inconnu des apprenants. Cependant, ce biais est incontournable. Si la tâche de lecture peut sembler artificielle à des didacticiens, elle est essentielle pour le phonéticien qui doit contraindre son corpus, contrôler une grande variété de paramètres, et intégrer des paires minimales pour tester ses hypothèses, comme dans l’étude présente. De plus, une lecture de mots nouveaux est intéressante puisqu’elle donne des indications sur l’état des représentations grapho-phonémiques des locuteurs étrangers.

4. La résolution du hiatus par les locuteurs anglophones

25La résolution du hiatus en anglais langue maternelle est peu étudiée, probablement pour deux raisons. Premièrement, l’anglais, qui privilégie la structure syllabique CVC dans 60 % des cas, offre moins de possibilités que le français d’occurrences de deux voyelles adjacentes en frontière de mot, comme dans « three eggs » (CCV#VCC). Et contrairement au français dont la liaison est une des potentialités rythmiques les plus saillantes, l’anglais ne permet pas, à première vue, la même diversité dans les phénomènes de chaîne. Il ne dispose pas, contrairement au français, d’une pluralité de consonnes de liaison (comme /t/, /z/, /n/, /r/, etc.) L’analyse phonologique proposée par J. Broadbent (1991) rend compte de la distribution complémentaire de /r/, /w/ et /j/ dans les contextes de hiatus avec une règle phonologique de formation de glide. Dans les variétés d’anglais non rhotique, un sandhi en /r/ est possible après les voyelles /ɑ:/, /ɔ:/ et /ə/, et /w/ et /j/ apparaîtraient après des voyelles hautes. L’étude présente n’a pas l’ambition de tester cette hypothèse à grande échelle. Il s’agit seulement de formuler quelques observations et de proposer une méthodologie susceptible de valider ou d’infirmer ces hypothèses.

26Les mécanismes présidant à la gestion du hiatus par les anglophones semblent être déclenchés par les mêmes facteurs que pour les francophones. Ils semblent dépendre en grande partie du débit et du locuteur, qui a la liberté de faire varier ses choix prosodiques.

a) Variations en fonction du débit

27La perception, voire l’articulation d’un coup de glotte à l’initiale des mots commençant par une voyelle est souvent décrite dans les manuels d’anglais à l’usage des étrangers :

[?] serves regularly for many RP speakers as a syllable boundary marker, when the initial sound of the second syllable is a vowel. Thus, a hiatus of vowels belonging to different syllables (especially when the second vowel is accented), may in careful speech be separated by [?] instead of being joined by a vocalic glide [...] and even when the second vowel is weakly accented [...] This usage of [?] is extended amongst careful speakers to those cases where there is a possibility of an intrusive /r/ [...] at a point of vowel hiatus [...] (Cruttenden 2000 : 169).

28L’étude de spectrogrammes montre que lorsqu’un coup de glotte [?] est perçu, une pluralité de cas de figure peut se présenter. La figure 8 offre un exemple de coup de glotte.

Fig. 8. my uncle, prononcé par une locutrice anglophone. Débit lent

Fig. 8. my uncle, prononcé par une locutrice anglophone. Débit lent

29La figure 9 présente deux exemples de glottalisation des deux voyelles en contact. Au plan perceptif, le même son est perçu, et catégorisé comme un coup de glotte. Cependant, au plan articulatoire, tandis que le premier cas implique une fermeture complète de la glotte, dans le deuxième cas, des vibrations irrégulières des plis vocaux sont en jeu. Dans la figure 9, les stries verticales irrégulières en sont les indices acoustiques.

Fig. 9. she answered, prononcé par une locutrice anglophone. Débit normal

Fig. 9. she answered, prononcé par une locutrice anglophone. Débit normal

30Ceci corrobore ce qu’indique la littérature (Umeda 1978), et suggère cette distribution des phénomènes :

  • un débit lent favorise l’occurrence de coups de glotte et de silences ;

  • un débit normal favorise des glottalisations ;

  • un débit rapide favorise des coalescences de voyelles.

31Ceci est apparent dans les figures 10 et 11.

Fig. 10. no exit, prononcé par une locutrice anglophone, à un débit normal

Fig. 10. no exit, prononcé par une locutrice anglophone, à un débit normal

Fig. 11. no exit, prononcé par la même locutrice, à un débit rapide

Fig. 11. no exit, prononcé par la même locutrice, à un débit rapide

b) Variations en fonction des choix prosodiques

32Deux locutrices anglophones ont prononcé la phrase exclamative How interesting! Le débit est normal et la tâche de lecture est identique. Les deux locutrices, toutefois, ont réalisé des choix prosodiques différents. Le paramétrage sous Praat est identique dans les deux cas.

33La première a choisi de mettre en valeur la première syllabe de interesting, à partir de [n] comme le montre l’élévation de la courbe du fondamental dans la figure 12. Notons que les deux voyelles adjacentes sont coalescentes. Aucun silence ne rompt la continuité vocalique, ce qui donne une impression de fluidité du discours.

34La deuxième locutrice, en revanche, a décidé de faire porter la proéminence sur how, tout en produisant un silence entre les deux voyelles en contact, ce qui donne encore plus de relief à cette partie de l’énoncé (figure 13).

Fig. 12. how interesting!, prononcé par une locutrice anglophone (débit normal)

Fig. 12. how interesting!, prononcé par une locutrice anglophone (débit normal)

Fig. 13. how interesting!, prononcé par une autre locutrice anglophone (débit normal)

Fig. 13. how interesting!, prononcé par une autre locutrice anglophone (débit normal)

c) Hypothèse de l’insertion d’une approximante

35Pour vérifier l’hypothèse de l’insertion des glides /w/ et /j/, nous avons analysé les réalisations des paires contrastives I yearn et I earn. L’hypothèse est que, si le hiatus dans I earn est résolu par /j/, alors nous devrions observer au moins une continuité formantique dans la zone en question. Chaque item a été prononcé trois fois par les deux locutrices : lentement, normalement et rapidement.

Fig. 14. I earn a living (débit normal)

Fig. 14. I earn a living (débit normal)

Fig. 15. I yearn after that (débit normal)

Fig. 15. I yearn after that (débit normal)

36Les exemples ci-dessus montrent une différence très nette entre ces deux réalisations. Ici, le signal acoustique encode la frontière morphologique.

37Si cette comparaison ponctuelle, réalisée à partir de critères acoustiques, ne permet pas de trancher en faveur de l’insertion de glides après les voyelles hautes, elle incite cependant à mener d’autres études, de plus grande envergure, par exemple dans les domaines articulatoire et perceptif. Le recours à une analyse par ultrasons pourrait indiquer si la distance entre la langue et le palais diminue sensiblement (en corrélation avec une fermeture articulatoire), comme pour la réalisation de /j/ après /i/ et de /w/ après /u/. Des tests de perception pourraient en outre indiquer si une diphtongue /ij/ est perçue dans des syntagmes comme the apple par exemple.

5. Conclusion, hypothèses explicatives et pistes de correction phonétique

38En conclusion, l’analyse acoustique des productions des anglophones (avec un corpus identique à celui des francophones) montre que les stratégies mises en œuvre par les natifs (à l’exception de l’insertion d’un bruit de friction et/ou d’aspiration, jamais attestée dans notre corpus) sont relativement proches de ce que produisent les francophones et peuvent être corrélées au débit de parole. Il s’agit de pauses et de coups de glotte quand le débit est plutôt lent, ainsi que de voyelles glottalisées et d’assimilations quand le débit est normal ou rapide. L’analyse acoustique seule ne permet pas de se prononcer sur l’insertion d’une approximante dans les zones V1#V2.

39Cette étude est motivée par l’apparition, dans la langue des apprenants francophones, du son perçu comme [h], juste avant une voyelle initiale. Les enregistrements effectués confirment que ce phénomène est prégnant dans un quart des cas environ, au niveau B1, avec un corpus construit. La variabilité étant une caractéristique essentielle de la parole, il est primordial de rappeler la nature imprévisible des occurrences. Nous pouvons dégager des tendances mais aucune règle d’apparition. Des analyses du signal laryngoscopique qui permettraient d’observer l’activité glottique pourraient nous renseigner sur la nature exacte de ce son intrusif.

  • 10 À l’issue des enregistrements, nous avons demandé aux participants d’expliquer leurs productions de (...)

40Trois hypothèses peuvent être formulées quant aux mécanismes générant l’apparition du son intrusif perçu comme [h] dans l’anglais des francophones. Une première hypothèse est physiologique. Une mauvaise gestion aérodynamique du souffle pourrait être à l’origine de l’insertion interférentielle. Il est possible que les francophones, en prévision de l’accentuation à réaliser en position initiale de mot, emmagasinent trop d’air et produisent cette expiration. Une deuxième possibilité, de nature psychologique, est que les apprenants ont bien assimilé que /h/ était un phonème de l’anglais. Ils développeraient alors une stratégie d’hypercorrection (Janda & Auger 1992), vue comme une contrainte de fidélité à la langue cible (l’anglais). Une troisième hypothèse est phonologique. Les apprenants pourraient vouloir rétablir la syllabation CVCV privilégiée du français, en s’interdisant une attaque vide. D’une part, le choix du son pour rétablir la liaison peut paraître étrange, si l’on considère que /h/ correspond à un nœud guttural absent de l’inventaire des phonèmes du français contemporain. Ceci renvoie à la problématique du h aspiré français, qui reste une question ouverte, à savoir : la représentation sous-jacente du h aspiré est-elle une frontière de syllabe ou bien un segment (Boersma 2007 : 2051)10 ? À l’inverse, le choix de /h/ est logique si l’on pose, dans l’anglais des francophones, une distribution complémentaire entre les deux consonnes glottales (l’une occlusive, et l’autre fricative) en situation de hiatus. Chez les anglophones, en parallèle, il existerait une alternance régulière entre le coup de glotte ou la glottalisation de la voyelle, et la coalescence. En conclusion, les stratégies dans les deux langues semblent similaires (coalescence ou insertion d’un phonème glottal) mais choisies différemment par les locuteurs. Les productions changeantes des apprenants nous renvoient à la variabilité sociolinguistique de la chute de /h/ chez les anglophones natifs.

41En 1913, George Bernard Shaw décrivait avec humour les premiers pas de la phonétique expérimentale et corrective dans sa pièce de théâtre Pygmalion, ensuite adaptée en comédie musicale sous le titre My Fair Lady. Malgré les avancées scientifiques du XXIe siècle, l’enseignant passionné de phonétique se sent assez démuni quand il s’agit d’aider ses élèves à mieux prononcer la langue étrangère. En matière de correction, et comme alternative à la flamme de la bougie, suggérons cependant quelques stratégies qui pourraient être conseillées aux apprenants pour les aider à résoudre le hiatus en cas de difficultés :

  • 11 Toute ma gratitude va aux élèves de la classe de Seconde 11 du Lycée L. S. Senghor (année 2008-2009 (...)

42Enfin, ne serait-il pas sage d’inciter les apprenants francophones à observer le fonctionnement phonétique et phonologique de leur langue maternelle ? Il s’agirait d’avoir confiance en ce que les deux langues partagent (notamment leur capacité à produire des coups de glotte, des silences et des assimilations), plutôt que de craindre ce qui les sépare ?11

Haut de page

Bibliographie

Boersma, P. 2007. “Some listener-oriented accounts of h-aspiré in French.” Lingua 117: 1989-2054.

Broadbent, J. 1991. “Linking and Intrusive r in English.” UCL Working Papers in Linguistics 3: 281- 302.

Cruttenden, A. (ed.). 2000. Gimson’s Pronunciation of English. London: Hodder Arnold.

Huart, R. 2010. Nouvelle grammaire de l’anglais oral. Paris : Ophrys.

Janda, R. D. & J. Auger. 1992. “Quantitative evidence, qualitative hypercorrection, sociolinguistic variables—and French speakers’ ‘eadaches with English h/Ø.” Language and communication, vol. 12, n° 3/4: 195-236.

John, P. & W. Cardoso. 2008. “Francophone ESL learners’ difficulties with English /h/.” In Rauber, A. S., M. A. Watkins & B. O. Baptista (eds.). New Sounds 2007: Proceedings of the Fifth International Symposium on the Acquisition of Second Language Speech. Florianópolis, Brazil: Federal University of Santa Catarina, 259-273.

Martin, P. 2008. Phonétique acoustique. Introduction à l’analyse acoustique de la parole. Paris : Armand Colin.

Paradis, C. & D. La Charité. 2001. “Guttural deletion in loanwords.” Phonology 18: 255-300.

Trask, R. L. 1996. A Dictionary of Phonetics and Phonology. London: Routeledge.

Stevens K. N. 2002. “Towards a Model for Lexical Access Based on Acoustic Landmarks and Distinctive Features.” Journal of the Acoustical Society of America 111-4: 1872-1891.

Umeda, N. 1978. “Occurrence of Glottal Stops.” Journal of the Acoustical Society of America 64-1: 88-94.

Weinreich, U. 1957. “On the description of phonic interference.” Word 13-1: 1-11.

Haut de page

Notes

1 My Fair Lady, A Musical Play in Two Acts. Comédie musicale d’après Pygmalion de Shaw. Adaptation et paroles d’Alan Jay Lerner, musique de Frederick Loewe.
Shaw, G. B. & A. J. Lerner (2006). Pygmalion And My Fair Lady. Signet Classics. 50th Anniversary Edition.

2 Le symbole # représente une frontière de mot. C remplace le terme « consonne » et V signifie « voyelle ».

3 Boersma, Paul & David Weenink. 2010. Praat : doing phonetics by computer [Computer program]. Version 5.1.32, retrieved 30 April 2010 from http://www.praat.org/.

4 Un spectrogramme est une représentation visuelle d’un son en trois dimensions. L’axe horizontal donne la mesure du temps en secondes. Sur l’axe vertical figurent les fréquences en Hz. Le degré de noirceur des traits horizontaux représente la répartition de l’énergie dans l’échelle des fréquences en rapport avec l’intensité des formants. Les représentations graphiques des productions orales fournissent des indices acoustiques qui peuvent, dans une certaine mesure, être interprétés comme la manifestation de gestes articulatoires.

5 Il est très délicat de transcrire des productions d’apprenants, même avec les diacritiques proposés par l’API. Dans cet article, nous proposons donc des transcriptions phonémiques, qui ne sont, bien entendu, pas des représentations phonétiques de ce qui a été produit par l’élève.

6An example of an inadvertent insertion of a landmark is the production of a glottal stop at the onset of a vowel-initial word (e.g., at the onset of the second word that sometimes occurs in the sequence two apples). A glottal onset here might be detected as a landmark representing a consonant release. Further analysis at the beginning of the vowel release would show, however, the presence of glottalization, coupled with the lack of consonantal formant movement immediately following the onset.”

7 Un formant est, dans un spectrogramme, une bande horizontale sombre, correspondant à des zones de fréquences avec des harmoniques intenses. Les fréquences des quatre premiers formants (notés F1, F2, F3 et F4) caractérisent le timbre d’une voyelle.

8 En position intervocalique, la réalisation du phonème /h/ est le son voisé [ɦ].

9 même s’il est vrai que tout francophone peut réaliser /h/ sans difficulté particulière dans « ha, ha ! », par exemple, comme l’a souligné un évaluateur de cet article.

10 À l’issue des enregistrements, nous avons demandé aux participants d’expliquer leurs productions de sons intrusifs. Nous avons recueilli des silences perplexes, mais également quelques interrogations, souvent reliées à la notion de « liaison ». Une réponse intéressante dans la métalangue d’une jeune locutrice fut : « on veut faire la liaison, donc on va chercher au fond de la gorge, comme pour faire un [ʀ] ». Cette formulation, dans sa dimension intuitive et perceptive, nous a semblé très intéressante. Elle fournit des indices quant à la primauté 1) du réflexe articulatoire (choix forcé d’un lieu d’articulation postérieur) et 2) de la structure syllabique (liaison nécessaire) dans l’apprentissage du système phonétique et phonologique de l’anglais langue étrangère.

11 Toute ma gratitude va aux élèves de la classe de Seconde 11 du Lycée L. S. Senghor (année 2008-2009) ainsi qu’à Rena et à Julia qui ont accepté de réaliser ces enregistrements. Merci également aux collègues et aux évaluateurs qui ont relu cet article et l’ont enrichi de leurs remarques. Toute erreur ou imperfection m’est entièrement imputable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Suppression du hiatus en fonction de la nature de V1.En gris : les contextes étudiés dans cet article
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-1.png
Fichier image/png, 61k
Titre Tableau 2. Résultats de l’analyse perceptive et acoustique des productions des apprenants francophones (niveau B1) dans les environnements V#V – Recevabilité
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Titre Tableau 3. Résultats de l’analyse des productions des apprenants francophones (niveau B1) dans les environnements V#V – Identification des phénomènes
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-3.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 1. Représentation spectrographique4 de to assume, prononcé par une apprenante francophone
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-4.png
Fichier image/png, 72k
Titre Fig. 2. to alter, prononcé par une apprenante francophone
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-5.png
Fichier image/png, 73k
Titre Fig. 3. you may ask, prononcé par une locutrice francophone
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-6.png
Fichier image/png, 131k
Titre Fig. 4. we hold, prononcé par une locutrice anglophone
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-7.png
Fichier image/png, 116k
Titre Fig. 5. how I earn, prononcé par une apprenant francophone
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-8.png
Fichier image/png, 73k
Titre Fig. 6. now and (then), prononcé par un apprenant francophone
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-9.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 7. Une deuxième occurrence de now and (then), prononcée par le même apprenant
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-10.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 8. my uncle, prononcé par une locutrice anglophone. Débit lent
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-11.png
Fichier image/png, 49k
Titre Fig. 9. she answered, prononcé par une locutrice anglophone. Débit normal
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-12.png
Fichier image/png, 54k
Titre Fig. 10. no exit, prononcé par une locutrice anglophone, à un débit normal
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-13.png
Fichier image/png, 68k
Titre Fig. 11. no exit, prononcé par la même locutrice, à un débit rapide
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-14.png
Fichier image/png, 36k
Titre Fig. 12. how interesting!, prononcé par une locutrice anglophone (débit normal)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-15.png
Fichier image/png, 41k
Titre Fig. 13. how interesting!, prononcé par une autre locutrice anglophone (débit normal)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-16.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig. 14. I earn a living (débit normal)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-17.png
Fichier image/png, 41k
Titre Fig. 15. I yearn after that (débit normal)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/705/img-18.png
Fichier image/png, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Exare, « Une étude phonétique de la résolution du hiatus en anglais langue maternelle et en anglais langue étrangère », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 2 | 2010, 59-74.

Référence électronique

Christelle Exare, « Une étude phonétique de la résolution du hiatus en anglais langue maternelle et en anglais langue étrangère », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 2 | 2010, mis en ligne le 30 mai 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/705 ; DOI : 10.4000/apliut.705

Haut de page

Auteur

Christelle Exare

Christelle Exare est professeure agrégée d’anglais au Lycée L. S. Senghor d’Évreux. Doctorante, elle suit une formation en phonétique appliquée à l’ILPGA (Université Paris 3) et elle est membre du Laboratoire de Phonétique et de Phonologie (LPP), Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, CNRS/UMR 7018.

christelle.exare@ac-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page