Navigation – Plan du site
Articles

L’apport d’exercices en voix chantée pour la correction phonétique en langue étrangère : le cas du français langue étrangère appliqué à des apprenants italiens d’âge adulte

Using singing exercises as a tool for improving phonetic correction in foreign language teaching and learning: the case of French as a foreign language for native adult speakers of Italian
Sandra Cornaz, Nathalie Henrich et Nathalie Vallée
p. 103-119

Résumés

Divers travaux ont établi que la musique favorise le processus acquisitionnel. En didactique des langues, le rôle positif de la chanson sur la perception des éléments prosodiques est bien connu et il a d’ailleurs été récemment montré que la reconnaissance syllabique d’une langue étrangère est facilitée par le chant. Des investigations de terrain menées en 2006 à l’Université Stendhal de Grenoble ont révélé l’efficacité de la voix chantée pour la correction phonético-phonologique du français langue étrangère. Ces résultats prometteurs ont été confirmés par une étude en laboratoire en 2008. Les apprenants formés à la phonétique du français langue étrangère avec des exercices en voix chantée, ajoutés à ceux d’une méthode traditionnelle, progressent plus rapidement que les sujets formés avec la seule méthode traditionnelle sur une durée équivalente. Suite à ces résultats préliminaires et à ceux d’une série d’expériences en cours, nous élaborons avec le soutien d’enseignants de langue, d’orthophonistes et de chanteurs, une méthode innovante pour l’enseignement/apprentissage et l’évalua-tion de la correction phonétique en langue étrangère.

Haut de page

Texte intégral

1. Contexte de la recherche

1.1. Musique et langue

1Les quatre compétences définies dans le Cadre Européen Commun de Référence (CECR) pour une maîtrise complète d’une langue orale et écrite sont la réception et l’expression qui se subdivisent elles-mêmes en écoute et lecture d’une part et en parole et écriture d’autre part (Conseil de l’Europe & Comité de l’éducation 2001). L’ordre des étapes et le choix des compétences à étudier dépendent des objectifs pédagogiques, de l’objet d’étude linguistique visé et du contexte de transmission de savoirs et d’acquisition de connaissances, ce que les didacticiens appellent communément « la situation d’enseignement apprentissage » (EA). En fonction de l’ensemble de ces paramètres, l’enseignant privilégie certains outils didactiques, parmi lesquels figure la musique. En effet, d’un point de vue cognitif, plusieurs études ont réussi à démontrer son impact sur les processus d’acquisition (Bancroft 1985 ; Lowe 1998 ; Magne, Schön & Besson 2006). Depuis quelques années, les neurosciences cognitives connaissent un regain d’intérêt pour les liens entre parole, langage et musique, en les explorant sous leurs aspects neurobiologiques, tout en questionnant leur origine dans un cadre phylogénétique (Dehaene & Petit 2009). Plus particulièrement, des chercheurs comme Dodane (2003) et des didacticiens comme Fulla (2008) se sont penchés sur les ressemblances et différences entre parole et musique, en comparant harmonie et grammaire ou mélodie et prosodie.

1.2. Usage de la chanson

2Dans le contexte liant musique et langue, la chanson est apparue à de nombreux didacticiens comme un outil intéressant parce que facilitant l’acquisition des compétences langagières (Ibrahim 1977 ; Calvet 1980 ; Guimbretière 1994 ; Stansell 2005). Par exemple, dans le domaine du français langue étrangère (FLE), et surtout depuis les années 1950, de nombreux manuels basent leurs activités sur cet outil (Bergeret 1976 ; Martin & Tresallet 1999 ; Heuze & Delbende 2003). Si les auteurs exploitent la chanson pour l’apprentissage civilisationnel, grammatical, syntaxique et lexical, son utilisation est pourtant très rare pour l'apprentissage phonétique de la langue. Or, des résultats de recherches récentes, parmi lesquelles celles de Schön, Magne & Besson sur le suprasegmental (2004), et la perception et la mémorisation des éléments linguistiques segmentaux d’une langue artificielle (Schön et al. 2008) ou encore celle de Bigand et al. (2001) sur la relation entre musique, voix chantée et reconnaissance phonémique, révèlent que la musique et la chanson favorisent également l’acquisition phonétique d'une langue. Si l’on s’intéresse maintenant à d’autres domaines que celui de l’EA des langues, on note que la chanson est aussi utilisée dans la formation et la rééducation vocale, en association à des exercices vocaux et physiques. Certains orthophonistes, par exemple, recourent à ces intermédiaires pour aider les patients atteints de bégaiement à mieux atteindre la fluence d’une langue donnée (Wingate 1976). Dans le milieu artistique également, par désir d’améliorer leurs performances scéniques en parole et en chant, les comédiens et chanteurs complètent fréquemment leurs entraînements vocaux par des vocalises et des tâches proprioceptives de manière à ajuster et corriger leur posture, à ressentir et mémoriser les zones corporelles mises en vibration, à reconnaître les changements d’efficacité vocale (détente musculaire des plis vocaux, qualité de l’articulation, vitesse d’élocution, placement de la voix (Pillot 2004) via les données sensorielles directement associées aux mouvements effectués (Dupessey & Fournier 1999).

1.3. Apport d’un travail global en voix chantée

3C’est dans ce contexte de la reconnaissance de l’apport musical pour l’apprentissage, de l’intérêt de la chanson pour la maîtrise linguistique et de l’ajout du travail en voix chantée pour la performance en perception et en production que nous nous sommes intéressées, d’une part, à la relation entre chanson et voix chantée et, d’autre part, à leur contribution dans un but didactique visant à améliorer l’acquisition des traits perceptifs et articulatoires des phonèmes d’une langue étrangère (Cornaz 2008 ; Cornaz et al. 2009). Comment sont définis les termes de chanson et voix chantée ? En quoi ces notions se différencient-elles ? Quelles relations entretiennent-elles entre elles ? Dans plusieurs propositions de définition, la chanson sous-entend les dimensions musicale et textuelle (Calvet 1980), auxquelles peut être associée la notion d’interprétation (Boudou & Isern 1984) qui peut être définie comme la faculté de l’artiste à faire vivre d’une façon donnée l’ensemble parole-musique. Selon des chanteurs et didacticiens reconnus comme Zedda (2006) et Choque (2007), la voix chantée suggère un travail vocal et corporel, base d’une production physiologique correcte de la chanson. Utilisée isolément, la chanson serait donc, selon eux, insuffisante pour un travail didactique visant à améliorer les compétences phonético-phonologiques des apprenants, mais elle se révèlerait utile dans le cas où elle serait incluse au travail plus global en voix chantée. De plus, si Ibrahim vante la chanson parce qu’elle est « le lieu où apparaît le ridicule d’une conception "normalisée" ou "standard" » (1977 : 34), Zedda (2006) précise que le travail en voix chantée permet en sus un travail proprioceptif autour de la variation phonético-phonologique dans une langue donnée. Davantage que la chanson, des exercices en voix chantée amèneraient l’apprenant à se détourner des jugements de valeur esthétique, à admettre les variétés que eux-mêmes, enseignant et apprenant, utilisent au quotidien et, enfin, à observer d’autres variétés vivantes de la francophonie tout autant que celle évoquée par Ibrahim (1977) qui fait croire à une langue uniforme. Selon ces arguments, chanson et voix chantée apparaissent complémentaires pour une activité de phonétique corrective en langue étrangère (LE). Par conséquent, le travail en voix chantée, dans lequel la chanson correspond à une étape finale à visée motivante et mnémotechnique, ouvrirait la voie à l’efficacité vocale et à la compétence perceptive. Il pourrait donc s’agir d’un outil précieux pour l’enseignant de langue et de correction phonétique.

4Notre étude se positionne dans ce cadre avec comme objectif d’observer et mesurer l’impact d'un travail en voix chantée sur l’acquisition perceptive et articulatoire des phonèmes du FLE. Sont exposés dans la suite de l’article ce nouvel outil méthodologique que pourrait être le travail en voix chantée pour la correction phonétique segmentale en FLE ; une proposition d’outil évaluatif semi-automatique des compétences phonético-phonologiques des apprenants afin de compléter l’appréciation, parfois erronée, de l’enseignant-évaluateur ; et la première expérimentation relative à ces arguments, menée sur des apprenants italophones (Cornaz et al. 2009) et dont les résultats laissent présumer un effet non négligeable du travail en voix chantée dans l’aide à la correction phonétique en LE.

2. Méthodologie de l’enseignement en voix chantée

2.1. Considérations méthodologiques propres à la phonétique corrective

5Trois conditions doivent être réunies pour l’enseignant qui souhaite tester la méthode en voix chantée proposée ici. Avant tout, dans le dessein de maintenir l’attention et le plaisir des apprenants, une séance de correction phonétique ne doit pas excéder deux heures. Elle nécessite de courtes interruptions ou un changement régulier d’activités (Werkin 2002). Toutefois, pour mieux guider les apprenants, il importe de garder un rituel dans l’ordre des activités – même si celui des exercices qui les composent est d’une importance moindre (Zedda 2006) –, mais aussi d’exposer clairement, et en lien avec les modalités évaluatives, les objectifs correspondants (Calbris 1978). Ensuite, dans le but de favoriser la confiance et l’écoute, la classe doit être composée d’un minimum d’apprenants. Dans un cadre de travail phonétique où la surpopulation de la classe met en péril l’apprentissage, il est recommandé de scinder la classe en petits groupes ou d’utiliser l’alternative du laboratoire de langue qui offre la possibilité du travail en autonomie ou en tandem enseignant-apprenant grâce à l’usage du casque (Abry & Chalaron 2004). En classe de langue enfin, les échanges sont favorisés par la disposition des apprenants en cercle. Comme l’enseignant doit aussi pouvoir circuler aisément dans l’espace et s’approcher des apprenants pour les corrections auditive et articulatoire, les mêmes auteurs préconisent l’agencement en U.

2.2. Méthodes traditionnelles et méthode intégrant des exercices en voix chantée

6Les activités traditionnellement promues dans les méthodes de correction phonétique en FLE (voir, par exemple, Kaneman-Pougatch & Pedoya-Guimbretière 1991) visent, en premier lieu, à sensibiliser aux faits suprasegmentaux (Abry & Chalaron 1994) et à la discrimination, considérée inévitable pour l’acquisition des phases détaillées ci-après (Calbris 1978 ; Choque 2007). En second lieu, le programme poursuit avec une activité centrée sur la gymnastique articulatoire, mais rarement abordée en conscience alors même que certains chercheurs comme Scotto di Carlo (1991) et didacticiens comme Zedda affirment qu’un apprenant qui « a une écoute défectueuse, détournée, ou bien tout simplement sélective » (2006 : 5) peut rapidement progresser grâce à la proprioception. La troisième étape consiste très souvent à associer les codes écrit et oral, d’abord parce que l’écrit reste le support privilégié des institutions, que son usage soit ou non l’objectif ou le besoin des apprenants, deuxièmement parce qu’il est le moyen le plus utilisé pour les évaluations même phonétiques, et enfin parce que la difficulté est majeure dans la mesure où phonèmes et graphèmes souvent n’entretiennent pas de rapport biunivoque dans un système donné et encore moins entre deux systèmes linguistiques. Enfin, la séquence didactique se termine – lorsque les conditions d’EA le permettent – avec des échanges oraux dirigés de production orale spontanée sous l’autocontrôle des apprenants.

7Les propositions méthodologiques (Cornaz 2008) ont consisté à ajouter à ces propositions didactiques traditionnelles, des activités propres au travail en voix chantée, censées rendre plus efficace l’EA des phonèmes vocaliques de la LE. Les exploitations de la chanson foisonnent dans les manuels de langue et sur les sites pédagogiques, mais sont concrètement peu exploitables pour le travail phonétique. Plus rares sont les propositions comme celles de Dupessey & Fournier (1999), Zedda (2006) et Choque (2007) qui s’intéressent réellement aux atouts du travail en voix chantée pour l’entrainement perceptif et articulatoire. C’est donc celles-ci que nous avons retenues pour la conception de ce programme expérimental qui contient des activités indispensables aux objectifs ciblés : connaissance de l’Alphabet Phonétique International (API), détente corporelle, sensibilisation à la décomposition perceptive du son en bandes de fréquences, travail articulatoire par la conscience proprioceptive, les représentations, les vocalises et l’assouplissement-musculation des articulateurs mobiles et, pour finir, mémorisation des paroles puis de la mélodie d’une comptine (Annexe 1, à titre d’exemple) contenant les voyelles cibles étudiées au cours de la séance.

2.3. Activités de la méthode didactique en voix chantée

8En intégrant les nouvelles activités au programme traditionnel, nous obtenons une progression contenant des paliers d’EA plus simples, plus courts et plus variés. Toutefois, chaque activité a une place essentielle, et le retrait d’une seule suffirait à rendre caduc le programme.

91/ La connaissance de l'API, en rendant les sons « visibles », offre à l’apprenant la possibilité de comprendre que certains sons lui sont inconnus et qu’il les assimile à des unités sonores de son système phonologique de départ (Flege 1987 ; Best 1995), que le rapport graphie/phonie diffère selon les langues ([u] se transcrit « u » en italien mais « ou » en français), ou encore que certains phénomènes oraux, tels que la liaison, le schwa, la coarticulation, les assimilations…, ne sont guère transcriptibles avec le système orthographique (Germain-Rutherford 1998). Cette activité doit être proposée en ouverture de séance phonétique, car il s’agit de la découverte et de l’appropriation de l’outil avec lequel la langue sera ensuite observée et manipulée.

102/ Zedda (2006) et Choque (2007) proposent que tout enseignant installe un rituel de détente corporelle dans le but de rendre les apprenants physiquement et psychologiquement disponibles à l’étude de la LE. Il s’agit d’exercices de relâchement et de bâillement propices à l’attention et à la bonne diction (Zedda 2006 : 7). Dans le cas où les apprenants seraient déjà familiarisés avec l’API, cette activité débute le programme.

113/ Selon Dupessey & Fournier (1999) et Choque (2007), un travail d’activation du cerveau sur des phénomènes sonores auxquels il n’est plus attentif serait indispensable pour gagner en acuité auditive, car le procédé permet de favoriser la perception de divergences de fréquences entre les timbres vocaliques de la langue donnée. L’activité consiste en un travail de groupe dans lequel un ensemble de personnes maintient une note à la manière d’un continuo sur une voyelle donnée, puis sur lequel d’autres participants chantent sur la même note une seule ou une suite de voyelles perceptivement plus aigues ou acoustiquement plus diffuses. Cette activité peut être répétée à plusieurs reprises durant la séance, mais doit apparaître ici pour la première fois dans la mesure où elle suscite chez les apprenants un regain d’intérêt pour le travail perceptif et articulatoire. Ces propositions, quoique voisines de la méthode verbo-tonale (Renard 2002) s’en différencient toutefois par le fait qu’elles privilégient une activité chorale et proprioceptive et ne s’appuient ni sur l’entourage phonémique, ni sur la prosodie, ni sur l’articulation nuancée qui consiste à insister sur les différences entre le modèle attendu de prononciation et l’articulation erronée de l’apprenant, voire à exagérer l’articulation de manière à l’opposer au maximum à celle qu’il a produite.

124/ La sensibilisation aux faits suprasegmentaux vise à élargir peu à peu la reconnaissance des profils prosodiques que sont l’intonation, le rythme, les accents (Champagne-Muzar & Bourdages 1993), ou encore des traits caractéristiques de la langue étudiée tels que la tension ou la diphtongaison (Callamand & Pedoya 1984). Cette activité donne un cadre général dans lequel s’inscrit l’activité suivante et est nécessaire à l’acquisition ultérieure des phonèmes que l’enseignant cible.

135/ La distinction des traits vocaliques du système phonologique de la langue objet de l’apprentissage  (Calbris 1978), parfois en comparaison avec ceux de la langue de départ (Hue 2000), a pour objectif de favoriser la conscientisation des différences intra- ou interlangues (Zedda 2006). Par ailleurs, dans le but de développer l’aptitude à reconnaître perceptivement un phonème malgré la variation de ses réalisations, l’apprenant doit être confronté à une sélection de mots dans lesquels la position de la voyelle cible varie et autour de laquelle l’entourage consonantique permute.

146/ Le travail articulatoire peut débuter une fois les activités précédentes abouties. Nous soutenons l’hypothèse que cette activité, contrairement aux autres, doit suivre un déroulement précis afin de forcer l’apprenant à conscientiser l’acquisition. Le travail d’intégration corporelle commence par porter l’attention des apprenants sur leurs sensations physiques et à les comparer à celles rapportées verbalement en langue maternelle ou en langue cible par leurs camarades. En effet, les sensations auditives et articulatoires, les vibrations ressenties dans le corps lors de la vocalisation, sont autant d’éléments utiles à l’acquisition de la parole (Kaneman-Pougatch & Pedoya-Guimbretière 1991 ; Zedda 2006). Scotto di Carlo (1991) incite à compléter cette méthode kinésique par la mise en confrontation de représentations visuelles ou mentales des mouvements articulatoires. Les images schématisées (Léon 2003), les photographies, les coupes sagittales ou les vidéos (Abry & Chalaron 1994) guident les apprenants dans la prise de conscience des différences de positionnement des articulateurs selon les phonèmes et selon les différentes réalisations sonores d’un même phonème de la langue de départ et de la langue cible (Hue 2000 ; Zedda 2006), et facilitent par là l’enseignement et la compréhension dans l’API des diacritiques correspondants aux phénomènes allophoniques. Ces outils ne sont pas toujours suffisants pour obtenir de l’apprenant la réalisation de coordinations neuro-musculaires nécessaires à la bonne prononciation. Or, dans l’acquisition de mouvements qui ne sont pas sous la dépendance du contrôle volontaire, « le fait d’imaginer qu’on exécute un mouvement s’accompagne d’une activité neuro-musculaire subliminale au niveau des muscles impliqués dans l’exécution de ce mouvement » (Scotto di Carlo 1991 : 1025). Enfin, pour compléter ces propositions pédagogiques, Dupessey & Fournier (1999) invitent les enseignants à faire étudier aux apprenants les voyelles par des vocalises de séries de timbres à partir du trapèze vocalique, car elles sont un excellent moyen pour ressentir les mouvements articulatoires fins des lèvres, de la langue et de la mandibule. Elles ont par ailleurs le mérite non seulement d’aider à la compréhension des dimensions vocaliques et à leurs correspondances proprioceptives, mais encore de muscler la zone buccale, et de faciliter ainsi à long terme le mode tendu essentiel à l’émission de séquences sonores de la langue française. À cet exercice peut faire suite un travail typique pour les comédiens, qui vise à faire gagner en acuité auditive mais surtout en souplesse musculaire et en maîtrise articulatoire. Il s’agit de l’hyper-articulation, qui est souvent effectuée à partir de virelangues contenant le ou les sons qu’ils souhaitent s’approprier (Annexe 1). Dans la méthode que nous présentons, l’enseignant s’appuie sur les phrases présentes dans le texte de la comptine afin d’anticiper par la même occasion l’activité suivante. Il peut les faire répéter par morceaux puis dans leur intégralité, avec ou sans rythme marqué, en supprimant les consonnes ou les voyelles..., ravivant du même coup la conscience de l’articulation de la langue.

157/ Les apprenants sont alors fin prêts à accoler la mélodie au texte de la comptine, vu et revu tout au long de la séance, perceptivement comme articulatoirement avec, en prime, l’instrument vocal chauffé grâce aux vocalisations et aux exercices physiques. La comptine sera, au niveau linguistique, un soutien mnémotechnique et un moyen ultérieur d’auto-jugement évaluatif et d’autocorrection, jusqu’au moment où ces gestes seront intégrés et évidents (Schön et al. 2008).

168/ L’enseignant doit introduire la langue écrite dans la majorité des systèmes d’étude, et pour cela les exercices sont nombreux : écoute avec sélection de la graphie correspondante parmi un choix multiple, dictées, comparaisons API/orthographie, lecture (voir, entre autres, Kaneman-Pougatch & Pedoya-Guimbretière 1991). Puisqu’une comptine a été apprise à l’oral et que l’API est en phase d’acquisition, nous conseillons d’initier les apprenants à la transcription orthographique par ces deux biais. En effet, la transcription des paroles en API permet à l’enseignant et aux apprenants de vérifier la perception, puis d’examiner leur capacité à mettre en relation l’API et les différentes graphies correspondantes en langue française.

179/ Une phase de production dirigée est utile pour l’acquisition d’automatismes verbo-moteurs sur les plans articulatoires et prosodiques en voix parlée. Il s’agit de demander à l’apprenant de s’habituer à articuler un mot puis une chaîne de mots en contexte comprenant les traits articulatoires cibles (Abry & Chalaron 1994). Dans la mesure où il est avéré que l’on n’entend pas sa voix de l’intérieur comme on l’entendrait de l’extérieur en raison de la conduction osseuse des vibrations vocales (Scotto di Carlo 1991), et dans un but d’auto-évaluation et d’autocorrection, un matériel d’enregistrement peut être utilisé par les apprenants. Enfin, la production spontanée qui clôt la séance est l’occasion pour les apprenants de vérifier l’acquisition des faits phonétiques dans un échange censé être plus fluide.

3. Système évaluatif

3.1. Évaluation et phonétique

18Durant cette formation phonétique, c’est à l’enseignant qu’incombe la décision des étapes de correction et des éléments à corriger (Calbris 1978). Les évaluations, formatives ou sommatives, doivent être régulières afin d’observer la qualité du dispositif pédagogique et la conformité des activités avec les objectifs fixés, de vérifier la compréhension et l’assimilation du programme par les apprenants, et également de permettre aux apprenants de contrôler par eux-mêmes leur progression. Dans l’objectif de rentabiliser au mieux la formation, l’enseignant doit soumettre ses apprenants à des tests de positionnement avant la première séance de correction phonétique. Par la suite, le type d’évaluation et leur fréquence dépendent des objectifs et du temps de formation. Néanmoins, le minimum requis correspond à trois sessions : une ante-formation, une à mi-parcours et une en fin de parcours. Malheureusement, en didactique de la phonétique, le système évaluatif dysfonctionne, car lacunaire et peu fiable. Il est par exemple largement admis dans la littérature du FLE que l’enseignant, qui fait pourtant lui-même office d’évaluateur, perd en compétence discriminatoire du fait de l’habituation à la prononciation défectueuse de ses apprenants, ce qui est d’autant plus vrai lorsqu’il possède, même de façon rudimentaire, leur langue de départ (Champagne-Muzar & Bourdages 1993). Par ailleurs, alors que le graphème « u » du français et de l’italien ne correspond pas à la même voyelle orale, que penser des méthodes dans lesquelles la perception et la production orales sont évaluées à partir de l’écrit telle la dictée ou la lecture orthographiée avec l’alphabet latin ? Et dans ces cas, le recours à l’API s’avèrerait-il efficace quand les apprenants y ont été trop peu sensibilisés ? Et comment accorder toute fiabilité aux tests perceptifs établis sur la qualité des productions de l’étudiant car, bien que corrélés, ils ne sont pas toujours représentatifs l’un de l’autre (Zedda 2006) ? La dénomination d’images pourrait être la solution, mais comment savoir si l’apprenant connaîtra le lexique, ou simplement choisira le mot attendu du correcteur et non pas un synonyme ou un hyperonyme ? Une liste de questions, qui pourrait s’allonger encore et qui montre combien le sujet est sensible en phonétique, nous a amenées à réfléchir à un autre outil évaluatif : un logiciel habituellement utilisé par les chercheurs en phonétique acoustique, mais qui semble intéressant pour la didactique de la phonétique (Cornaz 2008). Le principal souci est que le système sélectionné requiert du temps et ne peut être mis en place que dans des contextes d’EA bien spécifiques dans lesquels l’équipe pédagogique accorde du temps au système évaluatif.

3.2. Évaluation phonétique avec outil informatique

19Les réalisations phonétiques de chaque apprenant doivent être enregistrées pour être traitées informatiquement de façon à compléter le travail auditif, malgré tout primordial, effectué par l’enseignant. Nous recommandons de procéder à un étiquetage des données qu’il souhaite évaluer, ce qui correspond à la phase la plus longue de l’évaluation décrite ici. Dans le cadre présenté précédemment, l’intérêt est porté sur les faits segmentaux, et plus précisément sur les voyelles. Les paramètres mesurés concernent alors les 4 premières fréquences de résonance du conduit vocal (ou formants), F1, F2, F3, F4,, des voyelles ciblées, en plus des voyelles cardinales extrêmes de l’espace acoustique [i a u], à conserver systématiquement pour plusieurs raisons. La première est qu’elles existent dans la quasi-totalité des langues du monde (Maddieson 1984 ; Vallée 1994) et servent ainsi de référence sur la taille et la forme globale du triangle vocalique acoustique de l’apprenant. La deuxième raison est qu’elles informent sur l’évolution, à l’intérieur de cet espace, des catégories phonologiques vers les valeurs acoustiques de référence de la langue en cours d’apprentissage. Les relevés de valeurs formantiques doivent être effectués sur la partie stable de chaque voyelle pour éviter les variations dues aux effets de coarticulation liés au contexte. Le correcteur doit, en outre, prendre soin d’écarter du traitement les données non perceptibles auditivement et les erreurs évidentes, comme celles imputables à des relâchements dans la concentration ou à des comportements d’autocorrection de stimulus de la part de l’apprenant. Une analyse semi-automatique est conseillée afin d’appliquer dans un premier temps le codage par prédiction linéaire (LPC) aux signaux étiquetés pour mesurer leurs paramètres acoustiques puis, dans un deuxième temps, de vérifier manuellement les données fréquentielles obtenues. Nous conseillons pour cela l’utilisation de logiciels d’analyse du signal acoustique de la parole tels que Praat (Boersma & Weenink 2009). Enfin, deux stratégies évaluatives pourraient être ajoutées : 1. l’évaluation des productions par des sujets naïfs natifs du français ; 2. la visualisation et la réécoute, par les apprenants, de leurs propres productions afin de les entraîner une fois de plus à l’auto-jugement et à l’autocorrection.

4. Expérimentation menée avec des sujets natifs de l’italien

4.1. Programme expérimental et corpus évaluatif

20Pour mesurer les effets supposés du travail en voix chantée sur l’acquisition des phonèmes du français en tant que langue étrangère, un paradigme expérimental original a été mis en place à l'Université degli Studi di Torino en Italie (Cornaz 2008 ; Cornaz et al. 2009). Deux programmes de phonétique corrective ont été conçus pour des étudiants âgés de 19 à 26 ans (σ  = 21,5 ans). Ces étudiants n’avaient pas ou peu étudié le français dans leur cursus scolaire ou professionnel, ou ils l’avaient étudié à l’aide d’autres intermédiaires (institutions privées, famille, voyage…). Les étudiants ayant une connaissance active ou passive d’un dialecte contenant les sons cibles du français n’étaient pas sélectionnés. Les sujets retenus pour l’expérimentation ont été évalués par un questionnaire écrit et par les tests phonétiques à des niveaux débutants (A0, A1, A2) et intermédiaires (B1, B2) en français selon le CECR (Conseil de l'Europe & Comité de l’éducation 2001). Le premier programme de formation en phonétique du français, destiné à un groupe contrôle, a été élaboré à partir des méthodes standards de phonétique présentées dans la section 2.2 de cet article. Le deuxième, destiné à un groupe test composé de sujets de même niveau en phonétique du français que dans le groupe contrôle, a été réalisé sur la trame exposée dans le point 2.3, dans laquelle des exercices propres au travail en voix chantée ont été intégrés à la méthode traditionnelle. L’hypothèse formulée est que l’ajout d’exercices en voix chantée à la méthode traditionnelle favoriserait l’acquisition des phonèmes vocaliques du français. Quel que soit leur niveau de départ en phonétique du français, les sujets du groupe test sont alors supposés accomplir chaque activité plus rapidement que les sujets investis dans le programme traditionnel puisqu’ils disposent tous du même temps de formation pour accomplir un nombre différent de tâches. Dans cette étude préliminaire, nous avons focalisé la correction phonétique sur deux phonèmes vocaliques antérieurs arrondis du français /y/ (mue, prélude, étendu) et /ø/ (feu, peureuse, courageux) parce qu’absents du système phonologique de l’italien et des dialectes de nos sujets (Annexe 2). Les deux groupes ignoraient recevoir un enseignement différent et ont assisté exactement à une même durée d’enseignement malgré les divergences de contenu des programmes. Les 8 sujets investis ont ainsi reçu 9 heures de formation phonétique perceptive et articulatoire réparties sur 9 semaines, à raison de deux séances de 2 heures une semaine sur quatre, puis d’une séance d’1 heure la dernière semaine, le jour de la dernière évaluation. Les tests, tous complémentaires pour l’analyse ultérieure des résultats en compétence perceptive et articulatoire, consistaient en une lecture à voix haute de phrases orthographiées en français et de phrases transcrites en API, et en une répétition immédiate de stimuli écoutés au casque sans possibilité de réécoute. La comparaison des erreurs en lecture API et en lecture orthographique, par exemple, aide à identifier plus aisément l’origine de l’erreur : difficulté à coordonner les articulateurs, à reconnaître le phonème, ou à différencier les fonctionnements des systèmes linguistiques, notamment en ce qui concerne le lien entre graphème et phonème. La répétition immédiate de stimuli écoutés au casque visait à neutraliser l’impact de l’écriture dans la tâche articulatoire, et à donner une première information sur la capacité du sujet à imiter un stimulus inconnu ou peu connu. Chaque stimulus comportait un non-mot cible, formé à partir de l’une des 5 voyelles du français /i a ø y u/ et l’une des 6 consonnes /p t k m s ʃ/ et inséré dans une phrase-porteuse du type « tu dis C1V1C1V1 toi ». Pour la lecture en transcription API, 30 stimuli obtenus ainsi ont été distribués en ordre aléatoire. Pour les deux autres modes évaluatifs, les 30 stimuli ont été répétés 3 fois avant d’être mis en ordre aléatoire. Le corpus final aurait dû totaliser 5 040 non-mots, soit 10 080 voyelles puisque nous avions : (90 stimuli orthographiés + 90 stimuli à répéter + 30 stimuli en API) × 3 évaluations par sujet × 8 sujets. Près de 600 stimuli ont été soustraits à cette somme globale : d’une part, toutes les occurrences bruitées ou correspondant à un manque évident de concentration de l’apprenant ([a] prononcé pour une consigne [i] par exemple) ont été écartées, et d’autre part, six enregistrements n’ont pas pu avoir lieu en raison d’imprévus logistiques corrélés à l’organisation du système universitaire local.

4.2. Résultats de l’évaluation phonétique

21Les résultats portant sur l’évaluation phonétique sont fournis en Annexes 3 et 4, ainsi que dans Cornaz et al. 2009. Ils montrent une progression de l’ensemble des sujets en compétence phonétique et soutiennent notre hypothèse de départ, à savoir que le travail en voix chantée favoriserait la correction phonético-phonologique. En effet, les sujets formés à la phonétique des voyelles orales antérieures arrondies [y] et [ø] du français par le biais la méthode testée dans notre expérimentation, obtiennent une marge de progression plus importante que les sujets ayant reçu un enseignement traditionnel sur la même durée de formation. L’ensemble des voyelles extrêmes du français [i a u] sont mieux identifiées et sont dans des zones acoustiques plus proches de celles attendues en langue française : [a] est ainsi plus éloigné de [i] et de [u] que dans le système vocalique de l’italien, et [i] de [u], probablement afin de laisser un espace suffisant pour l’insertion de la voyelle orale fermée antérieure arrondie [y]. Les phonèmes /y ø a/ sont mieux différenciés les uns des autres chez ces mêmes sujets, ce qui se traduit par des ellipses de dispersion délimitant les différentes réalisations de chaque voyelle plus distinctes les unes des autres dans l’espace acoustique vocalique. Enfin, les réalisations de la voyelle /a/ subissent visiblement beaucoup moins de variations acoustiques au fur et à mesure des évaluations, ce qui permet, là encore, d’établir une progression majeure chez ces apprenants.

5. Conclusion

5.1. Le travail en voix chantée et la phonétique corrective

22Ces premiers résultats viennent renforcer les propos de didacticiens tels que Zedda (2006) ou Choque (2007) qui encouragent l’utilisation de la voix chantée pour l’acquisition des langues. Il semblerait effectivement, d’après notre étude préliminaire, que le travail en voix chantée améliore la rapidité d’acquisition des catégories phonologiques par les apprenants. Des analyses statistiques sont en cours, pour préciser les résultats intra et inter-sujets. Outre la poursuite et la reprise de cette expérience avec un nombre plus important d’apprenants, nous concevons actuellement de nouveaux protocoles expérimentaux davantage ciblés sur les paramètres spécifiques à la parole vs. la voix chantée, afin d’évaluer l’impact d’une production en voix chantée sur la perception des phonèmes d’une langue étrangère. Les résultats seront analysés dans le cadre des études actuelles sur les liens entre perception et production de la parole, comme par exemple celles qui s’inscrivent dans la théorie Perception for Action Control (PACT) de Schwartz et al. (2002) qui propose, pour la parole, l’existence d’un couplage cognitif perception-action. La confirmation de l’efficacité de cette nouvelle orientation didactique intégrant des exercices en voix chantée pourrait permettre d’améliorer l’EA phonétique par de nouvelles méthodes didactiques exploitant le travail en voix chantée.

5.2. L’évaluation semi-automatique : un remède aux oreilles conditionnées des correcteurs

23À terme, nous envisageons de contribuer au développement d’outils évaluatifs en phonétique. Il y a là un manque qui handicape largement cette sphère de la linguistique. Nous réfléchissons actuellement à un moyen de tester la perception d’apprenants ayant un système graphique proche mais différent du français et à définir un outil évaluatif semi-automatique plus rapide, qui permettrait de faire des sessions évaluatives moins longues et de limiter le temps que le correcteur consacre au traitement et à l’analyse des données. L’élaboration de nouveaux outils de correction phonétique aiderait certainement à situer plus objectivement un apprenant de langue selon l’échelle des compétences du CECR et, par là-même, apporteraient une nouvelle dimension à l’EA phonétique d'une langue étrangère.

Haut de page

Bibliographie

Abry, D. & M.-L. Chalaron. 1994. 350 exercices corrigés de phonétique. Paris : Hachette.

Bancroft, W. J. 1985. “Music therapy and education”. Journal of the Society for Accelerative Learning and Teaching, 10, 1: 3-16.

Bergeret, L. 1976. Des chansons pour mieux parler : Jeux phonologiques. Paris : Bordas.

Best, C. T. 1995. “A direct realist perspective on cross-language speech perception”. In Speech perception and linguistic experience: Issues in cross-language research. Timonium, MD: York Press, 171-204.

Bigand, E., B. Tillmann, B. Poulin, D.-A. D’Adamo & F. Madurell. 2001. “The effect of harmonic context on phoneme monitoring in vocal music”. Cognition, 81: 11-20.

Boersma, P. & D. Weenink. 2009. “Praat: doing phonetics by computer (Version 5.1.05”. [Computer program]. [en ligne] http://www.praat.org/. (Consult. [01-07-2009]).

Boudou, J. & A.-R. Isern, 1984. « Chanson et classe de langue : état des lieux ». Le Français Dans le Monde, 184 : 31-33.

Calbris, G. 1978. « La prononciation et la correction phonétique ». In Rebouillet, A. Guide pédagogique pour le professeur de français langue étrangère. Paris : Hachette.

Callamand, M. & É. Pedoya. 1984. « Phonétique et enseignement ». Le Français dans le Monde, 182 : 56-58.

Calvet, L.-J. 1980. La chanson dans la classe de français langue étrangère. Paris Luçon : CLE International.

Champagne-Muzar, C. & J.-S. Bourdages. 1993. La phonétique en didactique des langues. Québec : Centre éducatif et culturel, Coll. Le point sur.

Choque, D. 2007. Formation sur la voix, l’oreille et les résonances. Master Class, Grenoble : Conservatoire à Rayonnement Régional.

Conseil de l'Europe & Comité de l’éducation. 2001. Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues : apprendre, enseigner, évaluer. Paris : Didier.

Cornaz, S. 2008. Le travail en voix chantée, un outil de correction phonétique en français langue étrangère. Mémoire de Master 2 Recherche non publié. Université Stendhal Grenoble 3.

Cornaz, S., N. Vallée, N. Henrich, & A. Romano. 2009. « Peut-on utiliser le travail en voix chantée pour améliorer la correction phonétique segmentale en langue étrangère ? ». Rencontres Jeunes Chercheurs en Parole. [en ligne] http://majecstic2009.univ-avignon.fr/Actes_MajecSTIC_RJCP/RJCP/articles/162.pdf.

Dehaene, S. & C. Petit. (2009). Parole et musique : aux origines du dialogue humain. Odile Jacob.

Dodane, C. 2003. La langue en harmonie : influences de la formation musicale sur l'apprentissage précoce d'une langue étrangère. Thèse de doctorat. Université de Besançon.

Dupessey, M. & C. Fournier. 1999. La voix, un art et un métier. Chambéry : Comp’act.

Flege, J. E. 1987. “The production of "new" and "similar" L2 phones in a foreign language”. Journal of phonetics, 15: 47-65.

Fulla, A.C. 2008. « Méthodologie musicale et enseignement-apprentissage du FLE ». Synergies Espagne, 1 : 141-152.

Germain-Rutherford, A. 1998. Petit manuel d'Introduction à la transcription phonétique. Toronto : Canadian Scholars' Press.

Guimbretière, É. 1994. Phonétique et enseignement de l'oral. Paris : Didier/Hatier.

Heuze, V. & J.-C. Delbende. 2003. Le français en chantant. Paris : Didier FLE.

Hue, V. T. 2000. Problèmes de prononciation du français par des étudiants vietnamiens et quelques propositions de moyens de correction. Diplôme d’Études Approfondies. Université de Québec – Chicoutimi.

Ibrahim, A. 1977. « Les professeurs face à la chanson ». Le Français dans le Monde, 131 : 33-35.

Kaneman-Pougatch, M. & É. Pedoya-Guimbretière. 1991. Plaisirs des sons. Alliance Française Paris : Hatier.

Léon, M. 2003. Exercices systématiques de prononciation française. Hachette FLE.

Lowe, A.-S. 1998. « L’intégration de la musique et du français au programme d’immersion française : avantages pour l’apprentissage de ces deux matières ». Revue des Sciences de l’éducation, 24, 3 : 621-646.

Maddieson, I. 1984. Patterns of sounds. Cambridge: Cambridge University Press.

Magne, C., D. Schön & M. Besson. 2006. “Musician children detect pitch violations in both music and language better than non musician children”. Journal of Cognitive Neuroscience, 18: 199-211.

Martin, C. & É. Tresallet. 1999. 30 phonèmes en 30 chansons. Paris : Retz.

Pillot, C. 2004. Sur l’efficacité vocale dans le chant lyrique. Aspects physiologiques, cognitif, acoustique et perceptif. Thèse de doctorat. Université Paris III.

Renard, R. 2002. Apprentissage d’une langue étrangère seconde. La phonétique verbo-tonale. Bruxelles : De Boeck Université.

Schön, D., C. Magne & M. Besson. 2004. “The music of speech: Electrophysiological study of pitch perception in language and music”. Psychophysiology, 41: 341-349.

Schön, D., M. Boyer, S. Moreno, M. Besson, I. Peretz & R. Kolinsky. 2008. “Songs as an aid for language acquisition”. Cognition: 975-983.

Schwartz, J.-L., C. Abry, L.-J. Boë & M. Cathiard. 2002. “Phonology in a theory of perception-for-action-control”. In Durand, J. & B. Laks. Phonetics, phonology, and cognition: 254-280. Oxford: Oxford University Press.

Scotto di Carlo, N. 1991. « La voix chantée ». La Recherche, 235, 22 : 1016-1025.

Stansell, J. W. 2005. “The Use of Music for Learning Languages: A Review of the Literature”. Music & Language. University of Illinois –Urbana-Champaign: 1-39.

Vallée, N. 1994. Systèmes vocaliques : de la typologie aux prédictions. Thèse de doctorat. Université Stendhal, Grenoble3. Définitions, enjeux et participants ». In Degenne, A. & M. O. Lebeaux. Actes des 9e Journées d’études Céreq-Lasmas-IdL : 79-98. Rennes : Lasmas-IdL.

Wingate, M. 1976. Stuttering, Theory and Treatment. New York: Irvington Publishers.

Zedda, P. 2006. « La langue chantée : un outil efficace pour l’apprentissage et la correction phonétique ». Cahiers de l’Acedle, 2 : 257-282.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 – Exemple de comptine à visée didactique

Dame Lune (paroles : Nadia Jauneau-Cury, mise en musique : Chrystèle Chovelon, Sandra Cornaz, Nadia Jauneau-Cury)

Annexe 2 – Valeurs prototypiques de l’italien et du français

Ferrero, F. 1972. « Caratteristiche acustiche dei fonemi vocalici italiani. ». Parole e metodi. : 9-31.
Calliope, F. 1989. La parole et son instrument automatique. Paris : Masson.

Annexe 3 – Tableau illustratif de résultats obtenus en évaluation phonétique.

Valeurs moyennes et écarts-type (en Hz) des 2 premières fréquences de résonance des voyelles cardinales du français produites par les 8 sujets avant et après la formation dans le test concernant les répétitions de stimuli auditifs C1V1C1V1 (en grisé, les données manquantes ; cf. explication dans partie 4.1).

Annexe 4 – Exemples de résultats ante et post formation

Espace vocalique F1/F2 pour deux locutrices natives de l’italien (MT.1 et ME.1 – Annexe 3) lors des évaluations ante-formation et post-formation en répétition de stimuli entendus au casque binaural.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Dame Lune (paroles : Nadia Jauneau-Cury, mise en musique : Chrystèle Chovelon, Sandra Cornaz, Nadia Jauneau-Cury)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/757/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Crédits Ferrero, F. 1972. « Caratteristiche acustiche dei fonemi vocalici italiani. ». Parole e metodi. : 9-31.Calliope, F. 1989. La parole et son instrument automatique. Paris : Masson.
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/757/img-2.png
Fichier image/png, 50k
Légende Valeurs moyennes et écarts-type (en Hz) des 2 premières fréquences de résonance des voyelles cardinales du français produites par les 8 sujets avant et après la formation dans le test concernant les répétitions de stimuli auditifs C1V1C1V1 (en grisé, les données manquantes ; cf. explication dans partie 4.1).
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/757/img-3.png
Fichier image/png, 135k
Légende Espace vocalique F1/F2 pour deux locutrices natives de l’italien (MT.1 et ME.1 – Annexe 3) lors des évaluations ante-formation et post-formation en répétition de stimuli entendus au casque binaural.
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/757/img-4.png
Fichier image/png, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Cornaz, Nathalie Henrich et Nathalie Vallée, « L’apport d’exercices en voix chantée pour la correction phonétique en langue étrangère : le cas du français langue étrangère appliqué à des apprenants italiens d’âge adulte », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 2 | 2010, 103-119.

Référence électronique

Sandra Cornaz, Nathalie Henrich et Nathalie Vallée, « L’apport d’exercices en voix chantée pour la correction phonétique en langue étrangère : le cas du français langue étrangère appliqué à des apprenants italiens d’âge adulte », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 2 | 2010, mis en ligne le 23 février 2012, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/757 ; DOI : 10.4000/apliut.757

Haut de page

Auteurs

Sandra Cornaz

Doctorante de deuxième année en Sciences du Langage, Sandra Cornaz est également enseignante de français langue étrangère spécialisée en phonétique depuis 2003 et a étudié le chant pendant près de dix ans en chœur ou en solo. Son travail universitaire de ces trois dernières années vise à évaluer le rôle du travail en voix chantée dans l’apprentissage de la phonétique d’une langue étrangère.

sandra.cornaz@gipsa-lab.grenoble-inp.fr

Nathalie Henrich

Nathalie Henrich est Chargée de Recherche au CNRS, spécialisée sur la production vocale humaine parlée et chantée. Ses travaux de recherche portent en particulier sur la caractérisation physique et physiologique de diverses techniques vocales (chant lyrique, chant du Bassu Sarde, chant Bulgare féminin…), la gestion de l’effort vocal dans la parole et dans le chant, ainsi que le développement et l’amélioration de techniques expérimentales non-invasives d’analyse de la voix humaine.

nathalie.henrich@gipsa-lab.grenoble-inp.fr

Nathalie Vallée

Nathalie Vallée est Chargée de Recherche CNRS en section n° 34 (langues, langage, discours), Ses travaux portent sur l’émergence, la morphogénèse, l’organisation et le fonctionnement des structures sonores des langues du monde. Ses recherches s’étendent de la constitution de corpus et bases de données à la modélisation-prédiction des structures sonores (aux niveaux phonémique, syllabique, lexical) en passant par l’analyse typologique, la recherche des tendances et universaux, l’expérimentation en phonétique, afin de relier les universaux aux propriétés biologiques de la production-perception de la parole.

nathalie.vallee@gipsa-lab.grenoble-inp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page