Navigation – Plan du site
Articles

Les dictionnaires électroniques : vers une économie méta-cognitique de la recherche avec nos outils de référence électronique

Electronic dictionaries : looking for a meta-cognitic economy of research methodology with digital reference tools
Alain Cazade
p. 49-72

Résumés

La mise au point du British National Corpus, partant de la constitution et de l’analyse de nombreux corpus intégrant tous les aspects de la langue « réelle », a marqué une étape majeure dans le développement des outils électroniques de recherche en lexicologie. La plupart des outils proposés aujourd’hui sous format électronique par les grands éditeurs de dictionnaires bénéficient de diverses manières de l’évolution constante du recours au numérique. Pourtant, les avancées constatées répondent insuffisamment à nos attentes et il paraît aujourd’hui nécessaire que de nombreux secteurs de la recherche universitaire, et pas seulement la lexicologie spécialisée, s’intéressent sérieusement à ces questions. Diverses pistes d’analyse et d’évolution souhaitée ne sont ici qu’envisagées mais elles paraissent pour nombre d’entre elles riches de possibilités.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Le but de cet article n’est pas de passer en revue divers outils disponibles sur le marché et de décider si celui-ci est meilleur qu’un autre. Il s’agit bien plutôt d’envisager le type de travaux de recherche, de vérification, mais surtout de conception mentale et de réalisations pragmatiques auxquels l’ouverture sur l’électronique de nos outils modernes de référence donne accès. Cela peut parfois se faire via l’analyse de divers aspects de ces outils – pourquoi ne pas souligner leurs réussites – mais il faut aussi extrapoler un peu parfois à partir d’un existant qui demande encore à évoluer.

2Sans reprendre l’évolution de l’outil dictionnaire, il est utile de souligner quelques dates et notamment l’étape majeure qu’a marquée la réalisation du British National Corpus dans l’approche de ce thème, tant sur le plan de la conception que des utilisations nouvelles que cette avancée a permis d’envisager. L’ergonomie de la recherche a, depuis cette ouverture, encore évolué. Divers aspects que ces termes peuvent recouvrir seront examinés au passage ; nous nous limiterons toutefois à le faire sur un plan humblement pratique, sans pouvoir développer comme il le faudrait les conséquences sur le plan de la cognitique que cette évolution a entraînées.

3Un point doit être précisé en tête de cet article. J’hésite toujours à répondre positivement lorsqu’il m’est demandé de rendre compte par écrit d’une de mes interventions car une partie essentielle de l’intérêt – s’il existe – de ce que je présente tient, pensé-je, à la mise en mouvement en temps réel des outils que je mentionne, à un ensemble de réflexions partant d’une approche pragmatique. Je préfère en effet partir d’une vision de type praxématique (i.e. comment le sens en vient à se former à l’usage) à une présentation glossématique (cf. la vision de Louis Hjelmslev 1943) des choses, qui dépasse de loin mes compétences. Il est illusoire de prétendre rendre par écrit, sur le mode linéaire et par de simples mots, l’impact visuel, praxéologique de ce type de démarche. J’espère donc du lecteur qu’il voudra bien développer toutes ses facultés de transposition et d’extrapolation sans lesquelles les mots qui suivent diront bien peu.

2. Quelques termes pour clarifier le titre choisi et notre propos

4Pour commencer d’une manière classique, rappelons que « économie » vient du Grec ancien : οκο νομία, ce qui peut être traduit comme « administration d’un lieu de vie », à partir de οκος (maison, patrimoine) et νόμος (loi, règles). Le terme inclut toute activité humaine liée à la production, la distribution, l’échange, la consommation de biens et services. Il sous-entend également l’art d’administrer, de gérer une richesse, un lieu, une activité… Le terme « ergonomie », quant à lui, vient de ergon, qui ramène à la notion de travail, et nomos qui englobe la loi, les règles. En consultant en ligne le dictionnaire du TLF-Atilf (Trésor de la Langue Française), on découvre qu’il comprend l’« ensemble des études et des recherches qui ont pour but l’organisation méthodique du travail », qu’il souligne moins le travail effectué que les potentialités (ou la puissance) de travail dont il peut être question. Parler de « métacognition », c’est suggérer un retour sur son savoir, et donc une attitude récursive, un savoir portant sur ‘la façon’ de savoir et d’apprendre. Quant à la mention du terme « cognitique », elle vise à insister sur la systématicité et l’automaticité inhérentes à ces outils électroniques.

3. Quelques références historiques

  • 1 2° s. environ av J. C. La pierre contenant les mêmes informations en 3 codes : hiéroglyphes, démoti (...)
  • 2 2° s. environ av J.C. L’approche de Jules Pollux est à la fois linguistique (explications de mots, (...)
  • 3 1606.
  • 4 1680, dictionnaire français.
  • 5 1690, dictionnaire universel.
  • 6 Commencé en 1694, encore en réajustement, et dont la dernière version date de 1979.
  • 7 1777.
  • 8 1801-1881.
  • 9 1817-1875.

5En balayant en quelques mots l’évolution de l’objet dictionnaire, je ne pourrai que mentionner ici la progression depuis la « Pierre de Rosette »1 et son rôle déterminant pour le travail de Champollion au 19° siècle, l’« Onomasticon » athénien2, le « Thresor de la langue françoise tant ancienne que moderne »3 améliorant, au 17° siècle, le travail de Robert Estienne, les dictionnaires de Richelet4, de Furetière5 et le dictionnaire de l’Académie6, tous nés à la même époque. Inutile de s’attarder ici sur les 35 volumes de « l’Encyclopédie » ou « Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers » de Diderot et Dalembert7. On ne fera que mentionner en passant les étapes majeures à l’époque quasi-contemporaine qu’ont été les travaux de Littré8 et Larousse9 au 19° siècle.

  • 10 Cf. Paul Robert, aidé par Alain Rey et Josette Rey-Debove.
  • 11 Une 2e version, un peu décevante, sort en 1999. Mais les éditeurs produisent à la même époque une v (...)

6Quelques dates au vingtième siècle ponctuent cette évolution et accompagnent le développement de la part de l’électronique et de l’internet dans celle-ci. Le concept Internet apparaît dès 1982. C’est en 1985 qu’apparaît le Grand Robert de la Langue Française10. Une étape majeure dans cette période est franchie avec l’apparition du COBUILD (COllins Birmingham University International Language Database), en 1987, aboutissement d’un projet de l’université de Birmingham et premier dictionnaire construit à base de corpus « authentiques » de langue. Sur cette lancée, le monde anglo-saxon produit encore en 1992 une première version du Oxford English Dictionary on CDrom11. Dans la foulée, le Grand Robert sur cédérom sort en 1994, accompagné (la notion de multimédia étant en plein développement) d’environ 9 000 mots « sonorisés ».

  • 12 Voir notamment dans la bibliographie les références des sites proposés par Mark Davies (Brigham You (...)
  • 13 Une 2e version est sortie en 2008.

7Dès lors, la production s’accélère. Le jalon le plus marquant de cette évolution est sans nul doute la réalisation, en 1994 également, du BNC (British National Corpus – aujourd’hui consultable sur l’internet via divers sites12) – sous la direction de Lou Burnard, avec les outils ad hoc mis au point par les Oxford University Computing Services. Toujours à la même période apparaît le TLF (Trésor de la langue française), sous l’impulsion de Paul Imbs et Bernard Quemada (publié entre 1971 et 1994) ; l’outil traite plus de 90 000 mots, en 16 volumes in-quarto, ce qui représente environ 25 000 pages. En 1995 apparaissent le Longman Interactive English Dictionary (ré-édité en 2000), mais aussi le Dictionnaire Hachette sur cédérom. Puis en 1996, le Petit robert électronique et le Grand dictionnaire Larousse bilingue sur Cédérom. Sans pouvoir citer le reste de la production, mentionnons malgré tout, en 2000, le Cambridge International Dictionary of English, en 2003, le Larousse-Chambers bilingue et, en 2005, le Grand Robert & Collins sur Cédérom13.

4. Le cas du BNC (British National Corpus)

8Lou Burnard lui-même14, dans une présentation de l’historique du BNC, note que si trois courants intellectuels se côtoient dans les années 90, correspondant aussi à trois approches distinctes, ces trois courants finiront par se rejoindre :

  • l’école traditionnelle (cf. le corpus Brown, 1962), qui s’est « institutionnalisée » à travers le LOB (Lancaster-Oslo/Bergen corpus, 1978) et l’ICAME (International Computer Archive of Modern and Medieval English).

  • l’école de Birmingham, cheville ouvrière du projet COBUILD (Collins Birmingham University International Language Database), qui a abouti au premier dictionnaire construit à base de corpus de natures diverses en 1987,

  • l’approche américaine, caractérisée par la prise en compte de données de toutes natures, sans exclusions aucunes, qu’une réflexion de Mitch Marcus pourrait caractériser : « there’s no data like more data » (« on ne peut trouver meilleures données que davantage de données »).

9Le BNC est constitué de corpus écrits et oraux, totalisant 4 049 textes, soit environ 4,5 giga-octets de données (dans son édition XML, balisage XML inclus) ; cela correspond à un peu moins de 100 millions d’éléments lemmatisés et à plus de six millions de segments. Les annotations linguistiques ont été produites grâce à l’étiqueteur CLAWS (Constituent Likelihood Automatic Word-tagging System), l’identification des segments et la description normalisée des méta-données suivent les recommandations de la TEI (Text Encoding Initiative).

5. Économie de la recherche dans un référentiel numérique

10La présence et surtout la plus ou moins grande qualité des outils électroniques de recherche ont désormais une influence grandissante sur les travaux linguistiques et lexicologiques de tous ordres. Il n’est pas question ici de suggérer que l’outil puisse remplacer à lui tout seul un raisonnement, une idée géniale, bref qu’il fasse le travail du chercheur. Néanmoins, si cet outil est bien conçu, et notamment grâce précisément aux recommandations, conseils et suggestions qu’ont pu prodiguer aux auteurs et éditeurs de ces produits des chercheurs avertis des possibilités de l’état de l’art dans ces domaines, il aidera le chercheur à envisager des pistes que l’énorme quantité de données disponibles ne peut laisser entrevoir lorsque ces données ne sont pas préparées, filtrées d’une façon lisible, pré-organisée.

11Dans cet ordre d’idée, le rôle de l’ergonomie est primordial, tant sur le plan visuel que fonctionnel, conceptuel, organisationnel, navigationnel, etc. On devine bien que, pour que les divers profils comportementaux en général et cognitifs en particulier puissent profiter au mieux de tous ces outils, il faudra que les concepteurs prennent un maximum de cas en compte lors de la mise au point des modes de navigation, des possibilités de consultation de précisions supplémentaires, de développement des sous-ensemble d’un terme et des sur-ensembles auxquels ils appartiennent, sur le plan, pour faire simple, tant de la construction morphologique que sémantique. Parmi les profils visuels, auditifs, tactiles, conceptualistes – et parmi ces derniers, parmi les préférences heuristiques ou algorithmiques, papillonnantes ou systématiques, accumulatrices ou sélectives –, il faudra bien choisir de privilégier tel ou tel. Tout ceci se traduira par une stratégie générale savante d’occupation et de gestion de l’espace visuel, privilégiant l’accès simple ou l’approfondissement sophistiqué, ou les deux suivant un mode éventuellement laissé au choix de l’utilisateur, l’espace visuel devant être capable de s’adapter au mode de fonctionnement de l’utilisateur et à ses variations possibles.

6. Ergonomie visuelle

12Elle est éminemment liée au plan fonctionnel, mais elle peut être abordée en se concentrant sur le plan de l’appétence que suggère l’organisation visuelle de l’espace de travail, pour l’essentiel liée à l’ergonomie des écrans.

a. Menus déroulants ou/et icones cliquables, etc.

13La majorité des outils présents combinent désormais les deux modes d’accès, favorisant ainsi autant les profils visuels que les profils conceptualistes. La possibilité de cliquer sur une icône attirera le profil visuel, et même la préférence tactile (via le clic sur la souris qui valorise la mobilité de la main et une préférence préhensile). Toutefois le développement d’un menu déroulant, avec l’insistance sur une construction arborescente et la nécessité de cliquer sur l’item choisi, permet de s’adresser aux deux profils. De nombreux choix de cet ordre essayent ainsi d’englober un volant aussi large que possible d’attitudes comportementales multiples et complémentaires.

14Un certain nombre d’éditeurs ont choisi d’inclure le mode visuel comme écran d’accueil de leur outil, d’autres comme étape possible ou alternative (voir à ce propos, infra, le recours à la technique de présentation de type « mind-mapping »).

b. Affichages ‘empilables’ ou ‘exclusifs’

15Une difficulté plus délicate à vaincre est l’économie des affichages successifs, plus ou moins exclusifs ou cumulatifs.

16À titre d’exemple, les premières versions du LIED, (Longman Interactive Electronic Dictionary, 1995) obligeaient l’utilisateur à fermer régulièrement un certain nombre de « fenêtres » qui avaient été successivement ouvertes, faute de quoi celui-ci risquait de ne plus pouvoir se retrouver dans l’information affichée et de souffrir d’une sorte d’indigestion cognitive chronique (cf. figure 1). Ces fenêtres pouvaient inclure, en ordre dispersé et sans aucune organisation ni format de présentation pré-établis, l’index général de tous les termes contenus dans le dictionnaire, des explications grammaticales, des « fenêtres sonores » pour entendre la prononciation d’un item (option remarquable pour l’époque), des explications phonétiques, encyclopédiques, historiques, iconographiques etc. Il en résultait facilement une sensation de malaise, de surexposition à l’information.

Figure 1

Figure 1

LIED v.1 – Espace visuel rapidement surchargé

17La deuxième édition du LIED, en 2000, favorisait déjà un ‘menu supérieur organisateur’ pour chaque fenêtre ‘résultat’, permettant de plus facilement pressentir derrière la masse des informations disponibles une structuration générale rassurante et souple tout à la fois (cf. figure 2), avec des icônes actives ou non, suivant les cas, ouvrant par exemple sur l’écoute de l’item choisi (haut parleur), un point de grammaire (G), sur une conjugaison verbale (V), sur un point de difficulté (signal danger), sur un complément iconographique, un document vidéo, etc.

Figure 2

Figure 2

LIED v.2 – Espace visuel réorganisé

c. Fenêtre auxiliaire indépendante

18Pour éviter le sentiment d’envahissement par une trop grande somme d’informations de statuts divers, la plupart des outils présentent désormais une organisation de base volontairement stable, avec un index plus ou moins développé et modulable sur la partie gauche (cf. lecture « à l’occidentale », de gauche à droite et de haut en bas), la fenêtre résultat, sur la partie droite, pouvant être complétée avec la superposition d’une fenêtre auxiliaire suggérant divers approfondissements. L’effet de surcharge est ainsi cadré, limité et compensé par la présence de menus supérieurs déroulants, permettant de se resituer dans l’arborescence générale de l’outil. Il en va ainsi du Oxford Advanced Learner’s dictionary (OALD désormais), du Cambridge Advanced Learner’s dictionary (CALD désormais), de l’organisation des dictionnaires « Larousse » bi- et multilingues, du Grand Robert et Collins (GR&C désormais), etc. La progression entre les versions 6 et 7 de l’OALD (figure 3) témoigne (malgré les limitations du noir et blanc et la taille réduite des copies écran suivantes) d’une réelle volonté d’aider à la structuration et à l’intégration de l’information proposée, malgré l’ajout, dans la version 7, d’une troisième colonne à droite, elle-même subdivisée et redimensionnable.

Figure 3

Figure 3

Évolution de l’organisation de l’espace visuel : OALD v.6 et v.7

19Un élément d’importance doit malgré tout être pris en compte ici et s’applique à pratiquement toutes les copies d’écran proposées. Il est lié à l’évolution de la technologie, à la baisse du coût des écrans accompagnée d’une plus grande finesse d’affichage ; ceci permet d’augmenter la quantité d’éléments proposés simultanément sans nuire à la lisibilité générale de l’outil.

20Le même type de gestion à la fois optimisée mais contrainte de l’espace disponible est visible dans la dernière version du GR&C (figure 4).

Figure 4

Figure 4

Grand Robert & Collins v.2

21Si le nombre de fenêtres disponibles est limité, chaque élément qu’elles contiennent peut voir la complexité des éléments qu’il sous-entend progressivement dévoilée (cf. un petit clic sur un signe +).

d. Adaptabilité : taille polices, fenêtrage (+/-), langue de l’interface, choix de couleurs…

22Un certain nombre de possibilités d’adapter l’espace de travail sont parfois offertes, d’inégales ampleur, utilité et qualité. Elles peuvent comprendre le choix de la taille des polices d’affichage (cf. travail sur un ordinateur ultra-portable avec tout petit écran, par exemple, et même désormais sur les smart phones), le redimensionnement et le repositionnement des ‘fenêtres résultats’ auxiliaires, le choix d’une langue d’interface, de certaines couleurs d’affichage (cf. pré-construits culturels attachés à telle couleur verte, jaune, rouge, etc., suivant u’on se trouve dans un pays du Maghreb, en Asie, etc).

23Le CALD3 donne, en outre, la possibilité d’enrichir l’outil (cf. figure 5) avec ses notes personnelles (My Notes), ses listes de recherches (My Lists), diverses options d’utilisations auxiliaires pour aider le travail de production ou de compréhension écrites (SuperWrite et QuickFind), et même quelques ouvertures pédagogiques (Exercises).

Figure 5

Figure 5

CALD v.3 – Adaptabilité de l’outil

e. Exportation : copie de définitions, d’articles, impression

24La plupart des outils permettent d’exporter les résultats obtenus, tout ou partie d’une rubrique, d’imprimer celle-ci, et d’optimiser le travail avec un logiciel de traitement de texte par exemple, ou avec un outil de messagerie électronique.

25Toutes ces options proposant l’adaptation du produit aux préférences de chacun favorisent naturellement, lorsqu’elles sont aisément accessibles et modifiables, l’appropriation de l’outil par l’utilisateur et peuvent contribuer plus qu’on ne l’imagine, à la pérennisation de l’information dans son cheminement mémoriel.

7. Ergonomie fonctionnelle

a. Appels depuis un traitement de texte : versions minimales et aide à la prononciation

26Diverses modalités d’intégration des outils de référence électroniques dans l’environnement de travail sont proposées à l’utilisateur, soit par le recours à une combinaison de touches (souvent re-programmable), soit par l’inclusion d’une icône d’appel rapide qui vient se placer dans la barre de tâches, en bas à droite de l’écran dans un environnement Windows. Lorsque le curseur est placé sur un mot dans un traitement de textes ou divers autres outils de bureautique, un clic sur une telle icône lance l’ouverture de l’outil de référence sur l’item choisi. Une autre possibilité parfois offerte inclut dans la barre de menu d’un explorateur internet un menu spécifique qui fonctionnera de la même manière que l’icône placée dans la barre de tâches.

  • 15 Pour renforcer la lisibilité de la copie d’écran, le terme recherché (make) a été présenté en « inv (...)

27D’autres outils facilitent la procédure en l’automatisant davantage. Un affichage réduit de l’outil peut alors être demandé, qui n’occupera qu’une fraction de l’espace écran. Le terme sur lequel viendra se placer le curseur d’écriture dans l’outil de bureautique sera automatiquement saisi dans l’index de recherche global de l’outil de référence. Il en va ainsi pour la version 7 de L’OALD, comme le montre la figure 6, ici à partir d’un traitement de texte15.

Figure 6

Figure 6

Option « Genie », OALD v. 7 – Aide à la production écrite

28La procédure d’automatisation peut être parfois poussée un cran plus loin encore (cf. figure 7). Il s’agit ici de la version « pop-up »du Harraps shorter. Le simple survol de l’item par le pointeur de la souris ouvre la fenêtre auxiliaire en surimpression ; de plus, si on a choisi cette option, un choix ergonomique supplémentaire lance automatiquement l’écoute du terme choisi (ici : goggles).

Figure 7

Figure 7

Harraps shorter – Affichage minimum (pop-up) – aide à la compréhension

29Précisons que la version « maximale » des outils qui ont recours à ce type d’usage auxiliaire reste toujours accessible si on ne trouve pas suffisante l’information proposée dans cet affichage restreint.

b. Intégration en programmation ou dans les menus des « butineurs »

30On pourra tester l’appel d’outils dictionnaires ‘en ligne’ en fabriquant un ordre intégrant l’adresse du site et le terme recherché. Ceci fonctionne avec la plupart des dictionnaires en ligne, et par exemple avec le GR&C, comme le montrera à qui voudra le tester l’appel suivant – lequel ne renvoie en fait qu’à une version de démonstration (la version complète nécessitant un abonnement payant) :

http://rc2009.bvdep.com/​demo/​ ?mot =act of god

31L’ordre suivant http://www.wordreference.com/​enfr/​testing ouvrira tout aussi bien l’outil gratuit « Wordreference », en choisissant le binôme anglais/français.

32Pour les programmeurs, notons au passage qu’il est possible d’intégrer les appels à la plupart de ces dictionnaires dans une écriture programmée et notamment dans le corps d’une macro-procédure, par exemple en VBA (Visual Basic), comme c’est le cas dans la très simple procédure suivante, écrite pour fonctionner sous Microsoft Word, mais adaptable à volonté. Pour faciliter la reproductibilité, le choix a porté ici sur des outils de référence accessibles ‘en ligne’ mais il peut en être de même avec les outils installés sur l’ordinateur.

33La macro peut être associée à une combinaison de touches au clavier, ou à un bouton qu’on peut ajouter (menu : Outil / Personnalisation) dans la barre de menu du traitement de texte ou encore dans le corps même du texte. Une fois un terme sélectionné (et donc en ‘inverse-vidéo’) dans le traitement de texte, un clic sur le bouton fabriqué ou l’activation de la combinaison choisie de touches de clavier lancera l’exécution de la macro et ouvrira dans l’explorateur le dictionnaire en ligne choisi avec le terme dont le contenu (inscrit dans ‘Selection’) aura été concaténé avec l’ordre d’appel :

34wshShell.Run « iexplore.exe » & "http://www.wordreference.com/​enfr/​«  & Selection

35Sub Dictionnaire_Click()
‘Dictionnaire.TakeFocusOnClick = True
With Selection
Dim wshShell
Set wshShell = CreateObject(“wscript.shell”)
wshShell.Run “iexplore.exe” & “http://www.wordreference.com/​enfr/​” & Selection
End With
‘Dictionnaire.TakeFocusOnClick = False
End Sub

  • 16 On notera dans ces lignes l’option - parfois nécessaire suivant les cas - d’attirer le ‘focus’ de l (...)

36Notons qu’à la place de l’adresse du Wordreference, on peut choisir d’autres outils en modifiant comme il convient la ligne concernée. Par exemple16 :

wshShell.Run  »iexplore.exe«  &  »http://dictionary.reference.com/​browse/​«  & Selection

37ou bien :

wshShell.Run  »iexplore.exe«  &  »http://www.onelook.com/​ ?loc =pub&w =«  & Selection

38ou bien :

wshShell.Run  »iexplore.exe«  &  »http://www.hyperdictionary.com/​dictionary/​«  & Selection

8. Ergonomie de recherche

39L’espace manque pour détailler tous les aspects qui font que l’utilisation de ces outils facilite ou contrarie l’élan du chercheur, et pourtant ces éléments sont essentiels et justifieraient à eux seuls un travail de recherche entièrement axé sur cette rencontre entre disponibilité de l’outil et stimulation de l’utilisateur.

a. Aspects navigationnels

40Il en va des aspects navigationnels comme du reste : tout est de fait lié. Ce qui a déjà été mentionné à propos de l’organisation générale de ces outils (rôle des menus, des icônes d’activation, etc.) participe de cet aspect navigationnel. Mais, une chose est de se promener dans les divers menus généraux d’un outil (procédure top-down, en repérage bi-dimensionnel, en quelque sorte), une autre chose est de se frayer son chemin parmi les sens d’un terme, modalités d’utilisation, structurations sous-jacentes (procédure multi-dimensionnelle, donc), tous éléments encore plus délicats à suivre dans un référentiel bi-lingue que dans un ensemble mono-lingue.

41Certains éditeurs ont opté pour une accessibilité à tout ou partie des données proposées via une présentation des données de type « mind-mapping » ou « carte heuristique ». Ainsi la version 6 de l’OALD proposait-elle cette option, appelée « Recherche 3D », pour suggérer visuellement l’organisation plus ou moins complexe des liens sous-jacents à la structuration sémantico-structurale des termes travaillés (figure 8, ici avec le terme « make »).

Figure 8

Figure 8

OALD v.6 : Option affichage « 3 D » – « carte heuristique »

42La réception par le public de cette possibilité n’a semble-t-il pas été convaincante puisqu’elle a disparu de la version 7 du dictionnaire. Cette décision a été probablement prise pour des raisons de lisibilité (il est vrai que le terme make est nettement plus riche que d’autres) mais aussi probablement en raison du niveau relativement grand-public auquel l’outil s’adressait au départ. Cliquer sur un élément le faisait se développer en autant de sous-ramifications disponibles qui venaient en bonne partie remplir le champ visuel et, partant, conceptuel. Il faut préciser que les éléments présentés étaient en lent mais constant mouvement, laissant à chaque ramification la possibilité d’apparaître après quelques secondes dans le champ visuel mais perturbant d’autant, par là-même, ce dernier.

43Le problème est, en réalité, nettement plus complexe que ces quelques mots le laissent entendre, car il ne s’agit pas de se contenter d’une présentation en « 3D », comme annoncé par l’éditeur, pour déjà riche que celle-ci essaye d’apparaître. Pour que le système visuel puisse traduire la réalité des imbrications concernées, il faudrait pouvoir représenter, et ceci de manière lisible et ‘attirante’, une multitude de faisceaux de relations, suivant de multiples axes, d’importance variable, et le nombre de dimensions à retenir pour rendre justice à la complexité de cette réalité dépasserait largement le chiffre 3 suggéré par l’équipe de Patrick Goldsmith et de l’OALD version 6. De plus, ce nombre varie sensiblement en permanence, suivant la nature de l’item d’où part la recherche et il semble quasiment impossible de suggérer et de faire mémoriser de manière graphique et intuitive une organisation aussi complexe, même par le biais de styles, de couleurs et de grosseurs de traits de liaisons différents.

Figure 9

Figure 9

Dictionnaire LEO online – affichage multicritère

44Cette option de représentation visuelle reste pourtant accessible dans un certain nombre d’outils, notamment en ligne, comme avec la série de dictionnaires du site LEO online (dictionnaire de langue allemande au départ), qui offre d’ailleurs de nombreux autres développements (comme le montre la figure 9), et qui inclut une option « carte-heuristique », au départ simplifiée mais qu’on peut faire afficher progressivement de manière plus fouillée (figure 10).

45Un approfondissement de la fenêtre ‘mind-mapping’ aboutit à un affichage plus détaillé. On voit ici le schéma (relativement simplifié et lisible) des ouvertures collocatives grâce auxquelles le terme peut être étudié dans les corpus que propose le dictionnaire, et ainsi exploré ses diverses variantes d’utilisation.

Figure 10

Figure 10

Dictionnaire LEO online – mind-mapping

46Pour rendre compte de l’axe navigationnel, il faudrait encore analyser de manière comparative les divers modes de circulation parmi les éléments déjà « visités ». Cette fonction est proposée de manière plus ou moins satisfaisante suivant les outils et il faut se contenter le plus souvent d’une simple et frustrante ‘recherche historique’ de type linéaire, qui ne satisfait pas le besoin d’un retour sur un cheminement de raisonnement parfois bien plus subtil que la simple succession des actes le laisse entrevoir.

b. Recherche « par entrée » vs recherche occurrentielle dans le corpus entier

  • 17 cf. une codification du style de ce que proposent certains traitements de texte ou encore la plupar (...)

47Afin de faciliter l’accès à la diversité des relations sémantico-structurelles suggérées supra, la plupart des outils optent pour une binarité rassurante, et donc pour un choix entre recherche « par entrée » (option top-down) ou recherche de toutes les occurrences de l’item travaillé (ou d’une chaîne d’items) dans tout le dictionnaire (option bottom-up). On constate alors le plus souvent, hélas, l’absence – ou au mieux l’insuffisance – de caractères génériques de recherche17, qui permettraient pourtant un balayage des bases de données disponibles suivant une forme filtrante ouverte.

48On peut néanmoins le plus souvent disposer d’un outil de recherche opérant sur le contenu de la fenêtre résultat, laquelle peut, il est vrai, dans certains cas être – comme avec le verbe make – très chargée.

c. Modularité de recherche sur le sens

49Une option particulière semble en voie de se généraliser, celle d’une recherche multilingue automatisée, introduite dès la première version du GR&C. Si cette option est validée, l’outil reconnaît alors la langue concernée par l’item recherché et propose automatiquement les éléments correspondants. Parfois, un item est instancié dans deux langues. L’option simple et efficace du GR&C est d’inscrire alors dans une ‘fenêtre résultat’ indexée les items trouvés avec une couleur différente (bleu pour le français, rouge pour l’anglais).

50Des développements sur les antonymes, synonymes et relations analogiques de type « thesaurus » sont souvent proposés. L’exploitation d’une approche « thesaurus », réservée aux outils les plus complets, permet un accès initial par item et un prolongement lexicologique intéressant, qui dépend toutefois – mais comment faire autrement – des options de regroupements sémantiques privilégiées par les concepteurs du produit et parfois discutables. Le GR&C ne propose pas vraiment cette option et permet seulement d’explorer le corpus depuis les têtes de catégories suivantes : Proverbes, Expressions, Notices culturelles. Le CALD propose, à partir d’une entrée donnée, de fouiller le champ du thesaurus dans lequel elle a été incluse, voir d’explorer les champs annexes. Mais ce même CALD propose également, en optant pour le mode « advanced search », des options de recherche assez fines pour limiter le champ de recherche, comme le montre la copie d’écran ci-dessous (figure 11). Ici, c’est le champ « topic » qui a été développé, mais d’autres critères de filtrage sont accessibles : fréquence, part of speech, usage, etc.

Figure 11

Figure 11

CALD v.3 – Option « Thesaurus »

51Au bout du compte, il faut bien reconnaître que pour tirer pleinement avantage de tels filtres, il faut soit pratiquement avoir déjà en tête une idée très précise de ce qu’on cherche, soit connaître suffisamment bien les structures générales qui organisent le lexique et la syntaxe de la langue travaillée – dans les deux cas, cela sous-entend un profil de chercheur déjà passablement expert. Un mode de recherche annoncé supra, utilisant des masques de filtrage incluant des caractères génériques et la possibilité d’inclure une variable de proximité (terme auxiliaire à + ou – n mots) serait probablement plus ouvert et donc productif.

d. Modularité de recherche sur la morphologie

52Cette orientation d’analyse mériterait, à elle seule, de très nombreuses pages. Si on constate que les outils électroniques commencent à offrir quelques possibilités d’ouverture sur la systématisation des matrices morpho-sémantiques, il manque néanmoins de façon générale une vision structurante des éléments disponibles. Aborder de façon organisée la construction des matrices lexicales et syntaxiques est pourtant fondamental pour faciliter une véritable systématisation de l’approche cognitive, notamment par la mise en œuvre d’un certain nombre de stratégies prédictives que cela implique. Pour dire la même chose autrement, les outils existants satisfont plutôt les profils dits ‘data gatherers’ (rassembleurs de données) et ne donnent en revanche pas suffisamment de points d’accroche aux ‘rule gatherers’ (découvreurs de règles), pour reprendre quelques éléments de classification des profils cognitifs mis en avant depuis longtemps par des chercheurs comme Richard Duda et Philip Riley (1990). Une approche organisée visant la présentation des racines étymologiques, des préfixations, suffixations et de quelques rares infixations, une ouverture sur les sens récurrents des prépositions adverbiales, et même, sur le plan sonore, sur les schémas accentuels, etc., iraient dans ce sens. Pour l’heure, les procédures proposées, d’inspiration plutôt normative, reproduisent une démarche classique d’apprentissage, de type transmissif, qui ne bénéficie pas assez des possibilités modulables et interactionnelles d’un environnement multimédia. La copie d’écran suivante (figure 12), ne proposant que des pages au format PDF, donne un exemple assez représentatif de ces ‘enrichissements’ limités.

Figure 12

Figure 12

CALD v.3 – Approches morphologiques structurantes

53Plutôt qu’un format PDF, éminemment statique, il aurait été nettement préférable de proposer un affichage avec liens hypertextuels internes vers les items suggérés.

54Par ailleurs, nos outils de référence électroniques doivent pouvoir faire bénéficier l’utilisateur d’un certain degré de tolérance morphologique, incluant autant une approximation orthographique (on peut avoir l’idée qu’un mot existe mais ne pas – ou plus – vraiment savoir comment il s’écrit) qu’une tentative de restitution d’une forme sonore précise dont on ne sait pas – ou plus – comment l’écrire (cf. valorisation des profils auditifs). Une telle ouverture peut avoir de l’intérêt non seulement pour les apprenants d’un niveau plus faible mais aussi (quoique pour d’autres motivations) pour les chercheurs avertis. La seule possibilité généralement offerte dans ce secteur opérationnel n’aboutit qu’à une progression de l’affichage dans l’index de recherche suivant aussi étroitement que possible la progression de l’écriture dans la fenêtre d’interrogation : l’écriture de « int » faisant apparaître le premier terme trouvé commençant par ces trois caractères : intact ; « inten » faisant apparaître intend ; « intens » intense, etc.

55On notera ici et là quelques tentatives intéressantes pour aider l’utilisateur à retrouver ce qu’il cherche, à tâtonner en quelque sorte, une des fonctions fondatrices de l’attitude du chercheur. Mais les réponses proposées sont de qualités inégales suivant les outils.

56À titre d’exemple, si l’on propose l’entrée ‘*trieson’ à l’OALD7, il sera possible de choisir parmi : treason, prison, tiresome, frisson, raison, reason, et même resin, un paysage exploratoire assez intéressant, au demeurant. Le CALD3 se contentera de répondre avec probité : “Sorry, word not found. Did you mean ‘treason’ ?”, et ouvrira généreusement sans plus attendre la fenêtre résultat sur l’entrée proposée. On ne pourra que regretter, à l’inverse, que le GR&C ne tolère quant à lui que des absences ou erreurs d’accent sur certaines voyelles (‘*patir’, pour ‘pâtir’, par exemple). Pour la majorité des outils existants, l’absence de réaction sera la seule réponse offerte.

e. Contextualisation concordancée

57Dès le plus élémentaire niveau de recherche, il est indispensable de pouvoir bénéficier de l’appui d’une forme de contextualisation pour pouvoir apprécier l’adéquation du terme trouvé par rapport au contexte d’utilisation que l’on a en tête. Pour compléter l’ouverture quelque peu normative que proposent les dictionnaires classiques (privilégiant souvent une esthétique linguistique qui mériterait parfois d’être discutée), certains outils proposent à l’utilisateur un affichage de type ‘concordancé’. Même si les dictionnaires modernes sont désormais construits à partir de corpus dits ‘authentiques’ (l’authenticité étant une notion dont le sens reste pour le moins fluctuant), il peut en effet être utile de compléter les résultats obtenus dans nos outils de référence électroniques par une recherche sur un concordanceur.

58L’outil COBUILD avait en son temps proposé parmi les premiers cette extension au travail lexicologique, tout d’abord en version papier, puis en version électronique18. Le LEO Online, comme déjà mentionné supra (figures 9 et 10), propose une ouverture de cette ordre intégrée à son outil de travail. Il ne paraît pas hors de portée de demander aux autres outils existant en ligne et sur cédérom de faire la même chose. Je ne résiste pas à l’envie de citer ici le site concocté par Mark Davies (Brigham Young University), qui met à notre disposition des outils tout à fait performants d’interrogation de divers corpus19.

f. Contextualisation culturelle

59Ce qui a été mentionné supra, concernant l’ouverture sur les stratégies prédictives pour aborder l’organisation de la langue en termes de matrices lexicales, syntaxiques, sonores etc. peut être répété ici pour ce qui est de l’enracinement historico-culturel de la langue. Les notes culturelles, proposées par le Harraps Shorter (figure 13) sont représentatives de ce qui se fait habituellement dans cette optique lorsque les outils existants se préoccupent de ces questions. Les sujets traités vont de l’explication de ce qu’est un conseil de classe, une élection, la fête de la musique, les grandes écoles ‘à la française’ (rien à voir avec les High Schools anglaises, de fait), la guerre d’Indochine, la Légion d’honneur, ou encore ‘les trente-cinq heures’. Elles montrent bien les limites trop étroites auxquelles on se heurte encore sur ce plan. La volonté de ne pas trop dire est compréhensible dans un module appelé « shorter », mais l’attitude reste la même dans la version Unabridged Pro du même outil ou encore dans ce que propose le GR&C.

Figure 13

Figure 13

Harraps Shorter – Notes culturelles

60Pourquoi ne pas proposer une explication réduite pour ne pas effrayer certains et des explications plus amples pour ceux qui en veulent plus ?

61Là encore, l’adaptabilité de l’outil, le choix du type d’investissement cognitif qu’on souhaite mettre en œuvre, de la nature de l’empan culturel qu’on vise, n’existent qu’à l’état embryonnaire à l’heure actuelle, mais pourraient laisser espérer une évolution favorable dans un avenir plus ou moins proche.

9. Conclusion : pour favoriser une meilleure économie méta-cognitique

62Le monde de l’outil référentiel électronique est en pleine et constante évolution. Toutefois les progrès constatés en terme d’ergonomie et de méta-cognitique ne sont pas aussi flagrants qu’on aurait pu s’y attendre au vu du dynamisme indéniable et de la rapidité d’évolution de nos technologies d’information et de communication. Une manière positive d’interpréter cet état de chose est que cela reflète une réelle (et rassurante par certains côtés, n’en doutons pas) stabilité de nos comportements dans ces domaines. Les éditeurs, on le comprendra, qui veulent satisfaire les attentes de leurs cibles commerciales potentielles et ne pas trop les dérouter, ne poussent pas outre mesure à des évolutions trop fortes qui risqueraient d’être mal comprises.

63Si nous voulons voir ces outils s’améliorer en profondeur, il dépend probablement davantage de la sphère universitaire dans son entier de se pencher sur ces questions. Toutefois, cela doit se faire d’une façon plus poussée et systématique que les quelques réflexions et copies d’écran que j’ai pu réunir ici ne peuvent le faire. D’autres travaux personnels, dont le compte rendu déborderait par trop les limites de cet article, laissent entrevoir de larges perspectives de recherche dans ce domaine. Un véritable champ de recherche, que j’appellerais volontiers « heuristique », au sens premier du terme, devrait aujourd’hui se mettre en place pour tester et mieux comprendre tout un ensemble de possibilités qui sont aujourd’hui accessibles dans ces domaines du fait de la souplesse et de la malléabilité de nos environnements électroniques.

64Pour rester dans le secteur ‘grand-public’, parmi les espaces d’intérêt dont il n’était pas possible de rendre compte ici, figure ce qui est pourtant un prolongement direct et incontournable de ce qui a été abordé supra. Les outils de référence électroniques devront tôt ou tard ouvrir sur un espace ludo-pédagogique dépassant largement le stade du simple exercice à trou (non ou à peine commenté en cas d’erreur) timidement proposé par certains produits déjà existants. Pour ne prendre qu’un exemple parmi tant d’autres, des mots croisés portant sur des thèmes sémantiques choisis, avec accompagnement commenté en cas d’erreur et diverses possibilités de gradation en termes de difficulté et de ludicité (taille de la grille, niveau de langue, longueur des mots, aides sonores ou non, indices, etc.), offriraient un espace d’apprentissage, de confirmation ou/et de découverte qui prolongeraient efficacement l’existant en le dynamisant et en l’agrémentant d’une ouverture interactive indispensable et pourtant encore trop peu exploitée. Les activités proposées pourraient cibler des domaines que la recherche didactique explore depuis de longues années maintenant, dont quelques termes tels que notionnel, fonctionnel, communicationnel, actionnels, etc., pour nécessairement conventionnels qu’ils soient, donnent une petite idée. Les définitions de termes à trouver pour remplir les grilles pourraient explorer l’approximation analogique, le morphologique, l’étymologique, le graphique, le contexte culturel et pourquoi pas l’enracinement concordanciel, etc., l’ensemble bénéficiant des multiples ressorts dynamiques du multimédia, Toutes ces ouvertures, potentiellement présentes dans les outils qu’il nous est déjà proposé d’utiliser et qui sont en réelle progression depuis leur naissance il y a une trentaine d’années, restent insuffisamment exploitées.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Baccino, Thierry. 2004. La lecture électronique. Presses Universitaires de Grenoble.

Bejoint, Henri & Philippe Thoiron (dir.). 1996. Les Dictionnaires bilingues. Bruxelles : Éditions Duculot.

Burnard L. 1999. « Using SGML for linguistic analysis : the case of the BNC ». In Markup languages theory and practice, vol. I.2. Cambridge, Mass : MIT Press, 31-51 (également publié en 2001 dans Maschinelle Verarbeitung altdeitscher Texte, vol. V. Tuebingen : Max Niemeyer, 53-72).

Duda, Richard & Philip Riley (éds). (1990. Learning Styles. Nancy : Presses Universitaires de Nancy.

Fellbaum, Christiane. 1999. « La représentation des verbes dans le réseau sémantique WordNet ». Langages, Sémantique lexicale et grammaticale, 136. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lgge_0458-726x_1999_num_33_136_2210.

Ferrer, R. & R. V. Solé. 2001. “The small world of human language”. Proceedings of The Royal Society of London. Series B, Biological Sciences, 268(1482) :2261--2265.

Gaume, Bruno & Karine Duvignau. 2004. « Pour une ergonomie cognitive des dictionnaires électroniques ». Lavoisier - Document numérique - 2004/3 - Volume 8 : 157-181. http://www.cairn.info/load_pdf.php ?ID_ARTICLE =DN_083_0157 ou http://w3.erss.univ-tlse2.fr :8080/index.jsp ?perso =gaume&subURL =resources/FouTex_Orga_Final.pdf.

Guespin, Louis. 2000. Initiation à la lexicologie française : de la néologie aux dictionnaires. De Boeck Université.

Hjelmslev, Louis. 1943. Prolégomènes à une théorie du langage. Annales de l’université de Copenhague.

Hofstadter, D. 1995. Fluid concepts and creative analogies. New York : Basic Books.

Mangeot-Lerebours, Mathieu. 2001. Thèse univ. Joseph Fourier. « Exploration de nouvelles directions, bilan et cahier des charges d’un environnement avancé ». http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/04/68/92/HTML/download.html.

Ploux S. & B. Victorri. 1998. « Construction d’espaces sémantiques à l’aide de dictionnaires de synonymes ». Traitement automatique des langues, 39(1) : 161-182.

Pruvost, Jean. 2000. Dictionnaires et nouvelles technologies. Presses universitaires de France.

Selva Thierry, Serge Verlinde & Jean Binon. 2003. « Vers une deuxième génération de dictionnaires électroniques ». Traitement automatique des langues, 44(2) : 177–197.

Tricot, André & Aline Chevalier. 2008. Ergonomie des documents électroniques. Presses universitaires de France. Aperçu : http://tecfa.unige.ch/perso/mireille/papers/Jamet_Be-trancourt08.pdf.

Victorri B. & C. Fuchs. 1996. La polysémie – Construction dynamique du sens. Paris : Hermès.

Vieira, Lise. 2004. L’édition électronique : de l’imprimé au numérique : évolutions et stratégies. Presses Universitaires de Bordeaux.

Wohlgethan, Ralv. 2008. Recherche diachronique basée sur des corpus électroniques : Comparaison d’éditions imprimées à des corpus électroniques. GRIN Verlag.

Quelques adresses d’outils « en ligne » à consulter, parmi d’innombrables autres

Cobuild online. http://www.collins.co.uk/corpus/CorpusSearch.aspx.

Dictionnaire Cambridge. « online » http://dictionary.cambridge.org/.

Dictionnaire des spécialités. http://www.alphadictionary.com/specialty.html.

Dictionnaire étymologique. http://www.cnrtl.fr/etymologie/ : site du CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales).

Dictionnaire Larousse « online ». http://www.larousse.fr/dictionnaires.

Dictionnaire Oxford Compact « online ». http://www.askoxford.com/dictionaries.

Dictionnaire Webster’s « online ». http://www.merriam-webster.com/.

Dictionnaires Reverso. http://dictionnaire.reverso.net/ : multilingue et partiellement spécialisé (médecine, commerce, informatique).

Grand dictionnaire (Québec). http://w3.granddictionnaire.com ou encore http://www.olf.gouv.qc.ca/ressources/gdt_bdl2.html.

http://dictionary.reference.com : dictionnaire avec thesaurus, encyclopédie, traducteur, etc, propose aussi des jeux, anagrammes, cryptogrammes, jeu du pendu, mots croisés,  »phrase invader« , etc.

LEO Online. http://dict.leo.org/ : dictionnaire multilingue et multi-orientations, en langue allemande.

Lexilogos. http://www.lexilogos.com/ : encore de nombreux outils, avec possibilité de recherche comparée.

Liens utiles. http://www.liensutiles.org/dico.htm.

Mark Davies. http://view.byu.edu/ : site donnant accès au BNC (British National Corpus), au COCA (Corpus of Contemporary American English), au TCAE (TIME Corpus of American English), à un corpus en Espagnol et un autre en Portugais, avec outils sophistiqués de recherche.

OneLook. http://www.onelook.com.

Site de l’université du « Québec en Outaouais ». http://biblio.uqo.ca/sites-internet/disciplines/sites-etudeslangagieres.php.

Systran « online ». http://www.systran.fr/ : un des outils de traductions automatiques les moins décevants quoique très imparfait, on l’aura compris.

TLF-Atilf. http://atilf.atilf.fr/tlf.htm : le site du Trésor de la langue française.

Word Reference. http://www.wordreference.com/.

YourDictionary. http://www.yourdictionary.com : donne accès à de très nombreux dictionnaires, phonétiques, multilingues ou non (70 langues), dictionnaires spécialisés de toutes sortes, écrans de jeux sur les mots étudiés, etc.

Haut de page

Notes

1 2° s. environ av J. C. La pierre contenant les mêmes informations en 3 codes : hiéroglyphes, démotique et grec.

2 2° s. environ av J.C. L’approche de Jules Pollux est à la fois linguistique (explications de mots, citations anciennes) et encyclopédique (il fait références aux mœurs, aux religions et aux institutions).

3 1606.

4 1680, dictionnaire français.

5 1690, dictionnaire universel.

6 Commencé en 1694, encore en réajustement, et dont la dernière version date de 1979.

7 1777.

8 1801-1881.

9 1817-1875.

10 Cf. Paul Robert, aidé par Alain Rey et Josette Rey-Debove.

11 Une 2e version, un peu décevante, sort en 1999. Mais les éditeurs produisent à la même époque une version sur laquelle ils ont concentré tous leurs efforts, directement consultable sur l’internet.

12 Voir notamment dans la bibliographie les références des sites proposés par Mark Davies (Brigham Young Univ.).

13 Une 2e version est sortie en 2008.

14 http://web.univ-ubs.fr/corpus/jlc5/ACTES/ACTES_JLC07_burnard.pdf.

15 Pour renforcer la lisibilité de la copie d’écran, le terme recherché (make) a été présenté en « inversion vidéo » dans le texte – ce que ne nécessite pas l’outil mentionné.

16 On notera dans ces lignes l’option - parfois nécessaire suivant les cas - d’attirer le ‘focus’ de l’action demandée dans la fenêtre du traitement de texte. Pour valider cette prise en charge du ‘focus’, il suffira de retirer l’apostrophe placée en début de ligne. L’apostrophe, lorsqu’elle est présente, fait que tout ce qui suit n’est pas inclus dans l’exécution de la macro et se comporte comme un simple commentaire.

17 cf. une codification du style de ce que proposent certains traitements de texte ou encore la plupart des outils de concordances : * pour un ou aucun caractère où qu’il soit en début, en fin ou au milieu de mot ; @ pour un ou aucun mot ; # pour un mot obligatoirement présent ; ? pour un caractère, etc.

18 Voir le Cobuild online : http://www.collins.co.uk/corpus/CorpusSearch.aspx.

19 Le site permet d’interroger les 400 M de mots du COCA (Corpus of Contemporary American English), les 100 M de mots du BNC et du TCAE (TIME Corpus of American English), un corpus en Espagnol de 100 M de mots et un autre en Portugais de 45 M de mots.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende LIED v.1 – Espace visuel rapidement surchargé
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-1.png
Fichier image/png, 184k
Titre Figure 2
Légende LIED v.2 – Espace visuel réorganisé
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-2.png
Fichier image/png, 351k
Titre Figure 3
Légende Évolution de l’organisation de l’espace visuel : OALD v.6 et v.7
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-3.png
Fichier image/png, 292k
Titre Figure 4
Légende Grand Robert & Collins v.2
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-4.png
Fichier image/png, 237k
Titre Figure 5
Légende CALD v.3 – Adaptabilité de l’outil
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-5.png
Fichier image/png, 160k
Titre Figure 6
Légende Option « Genie », OALD v. 7 – Aide à la production écrite
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-6.png
Fichier image/png, 500k
Titre Figure 7
Légende Harraps shorter – Affichage minimum (pop-up) – aide à la compréhension
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-7.png
Fichier image/png, 321k
Titre Figure 8
Légende OALD v.6 : Option affichage « 3 D » – « carte heuristique »
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-8.png
Fichier image/png, 364k
Titre Figure 9
Légende Dictionnaire LEO online – affichage multicritère
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-9.png
Fichier image/png, 308k
Titre Figure 10
Légende Dictionnaire LEO online – mind-mapping
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-10.png
Fichier image/png, 138k
Titre Figure 11
Légende CALD v.3 – Option « Thesaurus »
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-11.png
Fichier image/png, 234k
Titre Figure 12
Légende CALD v.3 – Approches morphologiques structurantes
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-12.png
Fichier image/png, 420k
Titre Figure 13
Légende Harraps Shorter – Notes culturelles
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/925/img-13.png
Fichier image/png, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Cazade, « Les dictionnaires électroniques : vers une économie méta-cognitique de la recherche avec nos outils de référence électronique », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 1 | 2010, 49-72.

Référence électronique

Alain Cazade, « Les dictionnaires électroniques : vers une économie méta-cognitique de la recherche avec nos outils de référence électronique », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 1 | 2010, mis en ligne le 04 novembre 2011, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/925 ; DOI : 10.4000/apliut.925

Haut de page

Auteur

Alain Cazade

Alain Cazade est Professeur à l’université Paris-Dauphine. Il a été président de RANACLES (Rassemblement National des Centres de Langues de l’Enseignement Supérieur) jusqu’en novembre 2008. Sa recherche porte sur le développement et l’utilisation des outils multimédias dans l’enseignement des langues et sur l’analyse des profils apprenants. Il a lui-même conçu et réalisé divers logiciels pour la recherche et l’enseignement, logiciels auteurs, outils d’analyse, etc.
alain.cazade@dauphine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page