Navigation – Plan du site
Articles

Analyse assistée par ordinateur de discours spécialisés et élaboration de dictionnaires combinatoires

Computergestützte Fachdiskursanalyse und Erstellung von Kombinatorischen Wörterbüchern
Jean-Marc Delagneau
p. 83-97

Résumés

Les évolutions théoriques récentes en lexicologie, sémantique, terminologie et analyse de discours, ou linguistique textuelle, appliquées aux discours spécialisés, ont ouvert la voie à l’élaboration de nouveaux dictionnaires spécialisés. Les dictionnaires combinatoires incluant les aspects phraséologiques des termes en contexte peuvent être d’une grande utilité pour les traducteurs comme pour les enseignants de langues de spécialité. L’analyse de corpus permet d’enrichir de tels dictionnaires réalisés sous forme électronique avec d’autres données (morphologiques syntaxiques, sémantiques, cognitives, interculturelles) utiles aussi en didactique et pédagogie interactives des langues de spécialité.

Haut de page

Texte intégral

1. Un dictionnaire pour quoi faire ?

1Cette question peut sembler incongrue dans le cadre d’un article s’adressant à des enseignants et enseignants-chercheurs en langues vivantes étrangères, grands utilisateurs et auteurs potentiels de dictionnaires. Elle paraît paradoxale dans le domaine des langues de spécialité, où le dictionnaire tient souvent une place privilégiée lors du décryptage du lexique spécialisé par les enseignants, les traducteurs ou les professionnels.

2La problématique soulevée ici concerne l’adéquation du dictionnaire à la pédagogie, aux catégories d’apprenants, au type de formation suivie et à la nature de la langue de spécialité enseignée. Notre réflexion s’appuie essentiellement sur l’expérience pédagogique en langues allemandes de spécialité et sur des travaux de recherche en linguistique appliquée articulés avec cet enseignement. Elle s’inscrit cependant dans une interrogation plus vaste concernant l’ensemble des langues de spécialité, en ouvrant des perspectives de recherche destinées à valider ou à invalider la démarche présentée pour d’autres langues de spécialité.

3La pédagogie pratiquée actuellement en langues vivantes étrangères privilégie les compétences communicatives au niveau de la compréhension comme de l’expression. Des séquences de simulation mettant en œuvre fréquemment les nouvelles technologies transposent les apprenants dans un environnement linguistique virtuel situé dans le pays étranger correspondant. L’usage du dictionnaire bilingue n’est pas adapté à ces phases d’apprentissage, dont il anéantirait les objectifs en réintroduisant des mécanismes inhérents à la langue maternelle, tandis que la consultation permanente d’un dictionnaire monolingue limiterait la spontanéité des réactions.

4À ce facteur s’ajoutent d’autres dimensions restreignant considérablement l’aide éventuelle apportée par le dictionnaire en cours : l’ampleur et la nature des pré-acquis des apprenants, très variables selon les filières et les types de formations.

5En général, les étudiants suivant des cours de langues pour spécialistes d’autres disciplines (LANSAD) ne possèdent pas encore de connaissances suffisantes dans leurs disciplines dominantes qui leur permettent de comprendre les concepts donnés par un dictionnaire bilingue comme équivalents d’un terme technique étranger dans leur langue maternelle. Leur niveau linguistique ne leur ouvre pas davantage l’accès aux définitions pointues d’un dictionnaire spécialisé monolingue dans la langue étrangère concernée. La découverte du lexique spécialisé au travers des documents authentiques étudiés en cours de langue ou d’échanges par Internet avec des étudiants d’établissements partenaires, puis son acquisition à la fois conceptuelle et linguistique s’inscrivent dans un processus pédagogique particulier. Cette démarche permet de privilégier les compétences communicationnelles, sans négliger une initiation progressive aux aspects lexicologiques et terminologiques propres aux langues de spécialité. La constitution guidée d’un dictionnaire personnel comme la participation à la réalisation d’un dictionnaire collectif sont des activités complémentaires des séquences de compréhension écrite ou orale et permettent d’impliquer les apprenants.

  • 1 Nous pensons ici, par exemple, aux cours de langues de spécialité destinés à des étudiants en comme (...)

6La situation est différente pour les étudiants inscrits en filières à dominante linguistique (langues étrangères appliquées, formations de traducteurs). Sous toutes ses formes, éditions papier ou base de données électroniques, le dictionnaire sera de toute manière un outil privilégié pour l’exercice de l’activité professionnelle ultérieure des étudiants. Les objectifs disciplinaires induisent de facto la présence de cours de méthodologie destinés à l’apprentissage de l’usage des dictionnaires bilingues comme monolingues, tandis que des phases d’application peuvent être intégrées aux séquences de traduction spécialisée. Le dictionnaire est à la fois un auxiliaire précieux, un objet d’études et un modèle d’expérimentation pour les apprenants, car la démarche pédagogique intègre une plus grande part de réflexion théorique sur les aspects purement linguistiques et s’inscrit moins dans une perspective strictement communicative. L’analyse et la réalisation de dictionnaires expérimentaux peuvent s’inscrire naturellement dans le cursus. Les traducteurs professionnels sont d’ailleurs amenés à constituer leurs propres dictionnaires électroniques qu’ils enrichissent au fur et à mesure de leurs travaux. Mais, au niveau de leur formation initiale, le lien avec une seule spécialité relevant d’une activité professionnelle, scientifique ou technique, est moins étroit que pour des étudiants suivant des cours de LANSAD au sein d’une filière à spécialisation dominante bien délimitée1. Une certaine polyvalence est souhaitée pour les futurs linguistes d’entreprise ou traducteurs, dans l’attente de leur éventuelle spécialisation dans la vie active.

7La formation continue présente un tableau encore différent, puisque les professionnels (cadres, chercheurs, ingénieurs, techniciens) suivant des cours de langues étrangères spécialisées possèdent par essence les connaissances scientifiques ou techniques relevant de leur secteur d’activité. La consolidation méthodologique quant à l’usage du dictionnaire spécialisé bilingue s’inscrit naturellement dans le cursus, puisque les stagiaires seront amenés à utiliser régulièrement ce type de dictionnaire dans leur vie professionnelle, à l’issue de la formation répondant à un besoin de leur entreprise ou de leur administration. L’usage du dictionnaire ne pose pas de problème spécifique lors de séquences pédagogiques dédiées à l’apprentissage de la langue de spécialité concernée, car les apprenants n’ont pas de difficultés à comprendre les équivalents en langue maternelle des termes étrangers répertoriés. La consultation de dictionnaires spécialisés existants comme la réalisation en cours de dictionnaires à vocation pédagogique s’insèrent donc parfaitement dans les séquences de la formation.

8Mais cette intégration dans une démarche pédagogique de l’usage d’un dictionnaire spécialisé, bilingue ou monolingue, diffusé par les canaux habituels de l’édition, présuppose la disponibilité d’un tel ouvrage. Or, dans un certain nombre de spécialités comme de langues, y compris européennes, les dictionnaires spécialisés sont soit inexistants, soit dépassés, ce qui exclut de facto leur usage pour l’enseignement. Dans notre domaine, les langues allemandes de spécialité, nous sommes amenés à le constater régulièrement. Cet état de fait repose à la fois sur des choix économiques éditoriaux (nombre relativement limité d’usagers potentiels, absence de concurrence pour les rares quelques ouvrages existants, rarement réédités ou mis à jour), sur des options sociétales plus ou moins arbitraires qui les sous-tendent (utilisation prépondérante de la langue anglaise comme lingua franca des affaires, des sciences et des techniques, régression du choix de la langue allemande dans l’enseignement secondaire, puis supérieur) et sur des facteurs objectifs (évolution rapide des technologies, interdisciplinarité croissante, obsolescence des contenus) dont les impacts se trouvent encore amplifiés dans ce contexte précis. Seule la réalisation avec les apprenants de dictionnaires spécialisés à partir de documents authentiques écrits ou oraux servant de supports aux cours de langue peut pallier ce déficit. Les moyens techniques actuels apportés par l’informatique facilitent les opérations matérielles de collecte, de tri et de stockage des données. L’objectif pédagogique, double au niveau de l’enseignement supérieur (acquisition d’un niveau de compétences en vue de l’insertion professionnelle ultérieure et initiation à la recherche), implique la prise en compte des travaux récents en linguistique appliquée et la constitution d’un appareil scientifique adéquat. La réalisation de dictionnaires spécialisés répondant à cet objectif ne peut donc ignorer les enjeux lexicographiques liés aux divergences des conceptions théoriques en linguistique et en langues de spécialité.

2. Enjeux lexicographiques

2.1. Rapports entre approches linguistiques théoriques et lexicogaphie

9Alors que la lexicologie est une partie de la linguistique théorique consacrée à l’étude des mots, du lexique ou du vocabulaire, la lexicographie qui a pour objet la description du lexique dans le cadre de l’élaboration de dictionnaires, relève de la linguistique appliquée. La lexicologie fait encore l’objet d’interprétations diverses en fonction des théories linguistiques et s’est même vu parfois contester sa spécificité de science des mots par des conceptions systémiques du langage intégrant lexique et syntaxe. La lexicographie se trouve parfois en grande difficulté de tenir compte dans la pratique de positions théoriques qui nécessiteraient la constitution de dictionnaires volumineux, recueils de phrases, voire de textes, aux entrées multiples et à l’accès difficile, sinon impossible, par les usagers potentiels. Une autre difficulté est liée à la transdisciplinarité contemporaine qui tend à associer au travers de la sémantique du signe lexical des approches anthropologiques, cognitivistes et sociologiques à la description du lexique. Ce sont donc les contraintes méthodologiques (type d’entrées : alphabétiques ou thématiques), pratiques (taille et ergonomie du support, papier ou numérique) et économiques (moyens humains et financiers mis à disposition par l’éditeur ou l’institution commanditaire du dictionnaire, public visé) qui ne permettent d’intégrer dans les dictionnaires courants ni l’ensemble des constituants d’une langue, ni la diversité des approches contemporaines. Selon Herbert-Ernst Wiegand (1998), Stefan Engelberg & Lothar Lemnitzer (2008) ou Alain Rey (2008), la typologie traditionnelle des dictionnaires se divise en deux branches à partir du dictionnaire standard : les dictionnaires à vocation cognitive et les dictionnaires à vocation purement linguistique. Le dictionnaire de langue de spécialité se trouve ainsi en filiation directe du dictionnaire de langue, alors que le dictionnaire spécialisé est affilié au dictionnaire encyclopédique (cf. schéma 1).

Schéma 1

Schéma 1

Typologie traditionnelle des dictionnaires

2.2. Typologie traditionnelle des dictionnaires et doctrine terminologique

  • 2 Marie-Claude L’Homme (2004) a réalisé une excellente synthèse de la doctrine terminologique, présen (...)

10Cette typologie est en parfaite corrélation avec l’approche lexicale traditionnelle des langues de spécialité reposant sur deux piliers distincts, le manuel scientifique ou technique spécialisé et la nomenclature terminologique, recueil de mots spécialisés ou termes, classés en listes selon une hiérarchie partant du mot général ou générique (hyperonyme) vers le mot particulier ou hyperspécialisé (hyponyme). Eugen Wüster (1970, 1931), à l’origine de la doctrine terminologique, a déterminé pendant plusieurs décennies une conception exclusivement lexicale des langues de spécialité reposant sur la normalisation et l’univocité des termes, détachés de leur contexte d’emploi2. De nombreux dictionnaires de langues de spécialité ont intégré cette approche dans leur conception lexicographique et nous citerons, par exemple, les dictionnaires bilingues franco-allemands consacrés aux sciences et techniques édités par Richard Ernst (1986) ou Aribert Schlegelmilch (1998).

11Quand l’illustration est utilisée, elle ne sert pas à compenser le haut niveau d’abstraction de la nomenclature par l’introduction d’un environnement plus concret du terme concerné, mais elle est destinée à dissiper tout reste éventuel de polysémie :

Pour les domaines techniques, les terminologues conseillent en outre, d’illustrer cette activité normative par un dessin juxtaposé auquel incombe la fonction d’éliminer le dernier soupçon d’équivoque (Klaus Morgenroth : 1995).

12C’est le cas dans le dictionnaire spécialisé allemand unilingue de la technologie édité par Gerhard Müller (1989). La distinction entre ce type de dictionnaire à objectif sémantico-cognitif et un manuel spécialisé comme le « Dubbel », référentiel de la fabrication mécanique, édité en Allemagne par Wolfgang Beitz & Karl-Heinrich Grote (1997) réside principalement dans le classement alphabétique propre au dictionnaire.

13L’embarras des dénominations utilisées pour désigner les listes de termes souligne tout le paradoxe de cette approche lexicale traditionnelle :

Terminologie : Ensemble des mots techniques appartenant à une science, un art, à un chercheur ou à un groupe de chercheurs V. Nomenclature, vocabulaire (Petit Robert).

Nomenclature : Ensemble des termes employés dans une science, une technique, un art… méthodiquement classés (Petit Robert).

Lexique : Dictionnaire succinct d’une science ou d’une technique d’un domaine spécialisé… V. Glossaire. V. Vocabulaire (Petit Robert).

Vocabulaire : Dictionnaire succinct qui ne donne que les mots essentiels d’une langue… Dictionnaire spécialisé dans une science, un art (V. Lexique) un état de langue (V. Glossaire) (Petit Robert).

Glossaire : Dictionnaire qui donne l’explication de mots anciens ou mal connus…Lexique d’un domaine spécialisé (Petit Robert).

14Nous préconisons donc l’utilisation du terme générique de « dictionnaire » pour désigner un recueil de mots spécialisés, quel que soit son volume.

2.3. Renouveau des approches théoriques

15La conception terminologique traditionnelle a été remise en cause par la linguistique textuelle, la sociolinguistique et la linguistique de corpus appliquées aux langues de spécialité. À la suite des travaux de Hartwig Kalverkämper (1983, 1999, 2004) et de Lothar Hoffmann (1987, 1988, 1999) en Allemagne, les aspects communicationnels incluant les contextes d’emploi des termes et l’ensemble des éléments concourant à la communication spécialisée ont été opposés à l’isolement des termes considérés comme seuls vecteurs linguistiques des spécialités. Cette nouvelle linguistique des textes spécialisés prend en compte à la fois le lexique et la syntaxe, tout en redonnant à la polysémie la place réelle qu’elle occupe dans toute communication en langue naturelle, fût-elle spécialisée, contrairement à la terminologie traditionnelle caractérisant le niveau de spécialisation de la langue par des listes de mots univoques, lemmatisés et normalisés. En France, Marie-Françoise Mortureux (1995, 2008) a souligné la relativité de la distinction entre lexèmes et termes face aux divers emplois du vocabulaire spécialisé :

Il en ressort que dans une société « développée » (comme la nôtre), l’opposition entre lexèmes et termes ne peut être conçue dans l’absolu, en dehors des discours ; les termes ne figurent pas que dans les discours spécialisés, et bien des unités lexicales sont mises en jeu dans des types de communication multiples, plus ou moins spécialisés selon la situation et la compétence des locuteurs (1995 : 25).

16Pour Marie-Françoise Mortureux le lexicographe tient compte essentiellement de l’usage déterminé par l’interaction entre lexicologie et analyse du discours, quand il élabore un dictionnaire :

La lexicalisation passe par les discours. Pour qu’une nouveauté s’intègre au lexique, il faut d’abord qu’elle se répande dans l’usage. C’est l’usage qu’enregistrent les dictionnaires (2008 : 152).

17Monique Slodzian (2000) utilise le concept de « terminologie textuelle » pour donner à la terminologie une nouvelle dimension plus proche de la réalité reposant sur des emplois concrets en contexte. Elle rejoint ainsi le souci de la terminologue Maria Teresa Cabre (1998) d’intégrer dorénavant l’ensemble des aspects communicationnels dans une nouvelle approche de la terminologie.

18Parallèlement à cette nouvelle linguistique textuelle consacrée aux textes spécialisés, les travaux de la socioterminologie avec Louis Guespin (1991), François Gaudin (2003), ont également contribué à ce réel infléchissement de la doctrine terminologique, en contestant l’abstraction sociale pratiquée par la terminologie traditionnelle pour des activités où les acteurs selon leur fonction et les contextes socio-économiques marquent de leur empreinte, y compris langagière, les procédures, les recherches et les inventions dans les secteurs scientifiques et techniques.

19Yves Gambier (1993) a fait le lien entre cette approche socioterminologique et l’étude des expressions figées ou phraséologie, autrefois souvent limitée aux textes littéraires et en particulier aux proverbes dans le cadre de la parémiologie. Igor Mel’cuk (1993) a consacré dans la même période des travaux importants à l’étude de la phraséologie en démontrant le potentiel de retombées pédagogiques dans le cadre de l’apprentissage des langues. L’ouverture de la phraséologie aux textes spécialisés, à partir des difficultés rencontrées notamment par les traducteurs face à la récurrence de structures figées complexes, a été poursuivie pour les textes allemands par Gertrud Greciano (1995) et Rosemarie Gläser (2007) dans le cadre de la « Fachsphaseologie », ou phraséologie spécialisée.

20La linguistique de corpus, bridée auparavant dans ses analyses automatiques de collections de textes ou corpus par les limites techniques des ordinateurs, a pu enfin prendre son essor grâce aux progrès techniques et à la création de nouveaux logiciels performants. Elle s’est développée en Grande-Bretagne avec les travaux de John Sinclair (1991). Après avoir interrompu son premier programme de recherche à cause des piètres performances du matériel, John Sinclair les a reprises ensuite pour étudier les fréquences d’emploi du lexique dans les corpus volumineux. Leur objectif était de substituer aux choix arbitraires des auteurs de dictionnaires et des lexicologues, des relevés objectifs d’emploi des mots reposant sur des calculs statistiques. Comme Douglas Biber (2002), soucieux également des retombées pédagogiques de la linguistique de corpus, il s’est intéressé à l’environnement des mots en relevant les collocations. Celles-ci peuvent non seulement compléter l’étude lexicale par une étude syntaxique, mais aussi contribuer à l’inventaire des expressions figées, trois composantes indispensables et complémentaires d’un apprentissage efficace Récemment, M.A.K. Halliday et alii (2004) et Carmen Scherer (2006) ont présenté respectivement un tableau assez exhaustif de la linguistique de corpus. Appliquée aux textes spécialisés, elle permet d’établir des relevés lexicaux et syntaxiques en adéquation avec la réalité des situations de communication, d’apporter des solutions pratiques et pédagogiques adaptées à l’évolution rapide des langues de spécialité, en adéquation avec les théories récentes (Delagneau 2007, [2004]). Les logiciels d’analyse ouvrent de nombreuses possibilités d’analyse lexicale, morphologique, phraséologique, sémantique, syntaxique. Anne Condamines (2005) établit également le lien entre terminologie et linguistique de corpus :

La terminologie n’a pas toujours fait bon ménage avec les textes. […] La tradition wüsterienne a même mis en garde contre l’utilisation des productions réelles pour constituer des terminologies. Ce n’est que récemment sous la pression de différents paramètres, que la constitution de terminologies à partir de textes a pris un essor considérable. Une des conséquences de cette évolution est que la terminologie en tant que discipline scientifique s’est rapprochée de la linguistique. En effet, la linguistique elle-même se trouve à un tournant majeur de son histoire : les corpus sont maintenant facilement disponibles […] et des outils pour les interroger sont également accessibles (2005 : 36).

21On peut donc constater actuellement une véritable convergence des approches. Elle doit trouver des applications lexicographiques grâce à la richesse des outils mis à disposition par les nouvelles technologies. Les dictionnaires combinatoires, tels qu’ils ont été conçus par Igor Mel’cuk (1995, 2007) constituent une des pistes les plus intéressantes, tant au plan théorique qu’au plan pédagogique dans le secteur des langues de spécialité.

3. Evolution lexicographique : les dictionnaires combinatoires

3.1. Définition

22Un dictionnaire combinatoire prend en charge la combinatoire lexicale, c’est-à-dire à la fois l’axe paradigmatique dans le lexique (oppositions sémantiques, sélection sémantique d’unités) et l’axe syntagmatique (enchaînement des unités lexicales dans le texte). Les unités ou lexies sont constituées aussi bien d’un lexème, acception bien circonscrite d’un mot ou d’un phrasème, acception bien cernée d’une expression figée.

23Pour l’élaboration d’un dictionnaire combinatoire, l’étude

[…] doit être multilatérale. Cela signifie que la lexie est considérée simultanément
- sous sa facette sémantique
- sous sa facette syntaxique
- et sous sa facette lexico-combinatoire (Mel’cuk et alii 1995 : 15).

3.2. Méthodologie

24Le dictionnaire combinatoire repose sur des bases de données textuelles informatisées ou corpus. Selon Igor Mel’cuk et alii (1995 : 81), les avantages de ce choix sont les capacités énormes de stockage, en comparaison avec des fichiers manuels, la possibilité d’intégrer aussi bien des transcriptions d’enregistrements oraux que des documents écrits, la représentativité globale et objective et l’accès immédiat aux ensembles de faits linguistiques recherchés, qui permet de nombreuses comparaisons en peu de temps.

  • 3 Une lexie est une expression qui ne peut être décrite complètement par la grammaire, mais qui néces (...)

25L’utilisation des techniques informatiques mises au point par la linguistique de corpus donne des relevés plus complets que les extractions de mots uniques à l’aide d’ordinateurs déjà mises en œuvre depuis de nombreuses années par les lexicologues. Par exemple, les extractions de collocations à l’aide de concordanciers indiquent les cooccurences les plus fréquentes d’un mot ou d’un terme spécialisé lors de son usage dans les corpus analysés, ainsi que les structures syntaxiques figées pour son emploi. C’est donc dans la délimitation des lexies3 que l’élaboration d’un dictionnaire combinatoire est différente. Contrairement aux dictionnaires traditionnels de mots, les lexies peuvent-être ici mono ou multi-lexémiques, et elle sont donc soit des lexèmes soit des phrasèmes.

3.3. Exemples de dictionnaires combinatoires

26Dans le secteur des langues de spécialité, nous citerons d’abord le Vocabulaire combinatoire unilingue de la conception et de la fabrication assistée par ordinateur (CFAO) publié au Canada sous la direction de Claude Lainé (1993) :

conception assistée par ordinateur : CAO
~V. ~abréger [délais de conception, délais de préparation de la liasse], ~améliorer les techniques de conception et de fabrication, ~[permettre de, se préoccuper de], créer [vues d’un objet, données], …~faire appel aux techniques d’approximation automatique…
~V. baser ~sur un modèle descriptif, définir une pièce en ~, implanter~, porter~ sur micro
~Adj. ~2D, ~mécanique, ~ 3D
~(Prép) (Art) N. ~sur micro-ordinateur
N(Prép) (Art)~ aspect logiciel de la ~, aspect matériel de la~, base de données en ~, chaîne ~, implantation de la ~, …introduction de la ~dans l’entreprise,…reprise en ~ des plans (1993 :20).

27Plus récemment, le Glossaire Multilingue de la gestion du risque pour usagers francophones (Gertrud Greciano et alii, 2007) a été réalisé avec le soutien de la Région Alsace :

Entry number B6
French
 : protection civile
Graminfo <prhasnom, f, sg>
English : civil protection
Graminfo <noun phrase, sg, pl>
German : Katastrophenschutz
Graminfo <Kompositum, M, Sg>
Spanish : proteccion civil
Graminfo <frasnom,f,sg>
Romanian : protectie civila
Gramminfo <frazem nominal, f, sg
[….]
Related terms and expressions Fr/En/Ge/SP/Ro :
[….]
Cellule<f,sg,pl -s>de communication et de crise/ crisis communication unit <sg, pl -s>/Zelle<F,Sg, pl -n>für Krisenkommunikation/ unidad<f,sg, pl -es>de comunicaciones de crisis/celula<f,sg, pl celule>de comunicare pentri situatiii de criza
.../…
(2007 : DOC 5.1-DOC 5.2)

3.4. Outils utilisés pour réaliser des dictionnaires combinatoires en langues de spécialité allemandes

28Nous réalisons à partir de nos travaux sur les langues de spécialité des dictionnaires combinatoires de langues de spécialité allemandes correspondant à nos enseignements. Ces dictionnaires sont des dictionnaires combinatoires « élargis », dans la mesure où nous intégrons au titre des phrasèmes des phrases complètes, si nécessaire, et que nous complétons les relevés des lexies par des indications morphologiques et syntaxiques à vocation pédagogique. Pour obtenir ces résultats nous combinons trois types d’analyse informatique des corpus de documents authentiques utilisés comme supports pédagogiques dans nos cours.


Schéma 2


Schéma 2

Traitements effectués sur les corpus à l’aide de logiciels

29Les logiciels utilisés ont été conçus respectivement pour l’une ou plusieurs de ces fonctions.
Relevé de fréquences : Hyperbase (Université de Nice/CNRS), WordSmith (Université de Liverpool).
Relevé de collocations : AntConc (Waseda University, Japon), Hyperbase, WordSmith.
Marquage syntaxique : Morphy (IMS Stuttgart).

30Les relevés effectués par l’ensemble de ces logiciels peuvent être fédérés dans des bases de données informatiques avec ajout des indications à vocation pédagogique. Des liens permettent de retrouver à la demande les passages incriminés des textes sources composant le corpus analysé ainsi que l’analyse syntaxique de phrases quand l’emploi figé des entrées vedettes, lexies spécialisées ou terminologisées, en contexte est remarquable. Ces dictionnaires combinatoires « élargis » s’inscrivent ainsi concrètement dans l’approche contemporaine intégrative des langues de spécialité et les nouvelles approches de la terminologie. Ils ouvrent de nouvelles alternatives pour l’usage du dictionnaire en cours de langue.

4. Nouvelles alternatives pour l’utilisation pédagogique du dictionnaire

4.1. Deux types de dictionnaires

31La relation de l’apprenant avec le dictionnaire dans les séquences d’apprentissage peut être soit passive soit active, selon qu’il participe ou non à son enrichissement, voire à son élaboration. Nous pouvons désormais distinguer deux types de dictionnaires dans le cadre pédagogique :

  • le dictionnaire préexistant (édition papier ou électronique fermée cf. CD-ROM) réalisé par des lexicologues/terminologues et consulté par les étudiants : il s’agit d’un outil de référence fermé et statique ;

  • le dictionnaire élaboré ou enrichi par les étudiants sous la direction d’un enseignant sous forme de base de données informatiques : cette base constitue un outil pédagogique actionnel ouvert.

4.2. Rôle et nature du dictionnaire selon les publics d’apprenants

32Les dictionnaires peuvent avoir des rôles différents selon les contextes d’apprentissage. Leur type de conception, traditionnelle ou combinatoire, a une incidence importante sur leur impact pédagogique éventuel et, en dernier lieu, sur l’opportunité ou non de leur usage en cours de langue de spécialité. Le tableau suivant indique ces divergences selon le contexte d’apprentissage :

33Formation initiale :

34Formation continue :

Conclusion : perspectives pour améliorer l’impact pédagogique des dictionnaires combinatoires

35Dans la situation actuelle, les dictionnaires combinatoires constituent une évolution des approches de la terminologie : termes + environnement immédiat des termes dans des expressions figées ou phrasèmes avec une petite information grammaticale. Nous avons pu constater cet état des lieux dans les deux exemples évoqués supra. Le développement souhaitable est l’intégration de phrases entières, avec des commentaires comportant des indications morphologiques, des données syntaxiques, des dimensions sociologiques, pluridisciplinaires et interculturelles, liées aux contextes d’emploi des lexies spécialisées. Quand elles sont terminologisées, ces lexies correspondent parfaitement à l’acceptation contemporaine du terme en situation de communication. Elles devraient se substituer dans les instances nationales et internationales dédiées à la normalisation terminologique à l’actuelle conception officielle du terme correspondant. Les dictionnaires combinatoires présentent l’avantage de pouvoir être utilisés aussi bien comme des ouvrages de référence par les acteurs d’un domaine d’activité ou les traducteurs, quand ils sont réalisés par des spécialistes dans un cadre scientifique lexicographique ou terminographique, que comme des ouvrages pédagogiques, quand ils sont réalisés par des étudiants en cours de langue de spécialité.

36L’usage, l’enrichissement ou la réalisation de dictionnaires combinatoires à partir de documents authentiques en cours de langue de spécialité constituent ainsi des outils remarquables dont tous les atouts ne sont pas encore exploités :

37La synthèse que nous avons présentée dans cet article s’appuie sur des travaux théoriques en articulation avec une expérience pédagogique dans le secteur des langues allemandes de spécialité. Si elle s’inscrit dans une recherche plus générale en linguistique appliquée avec l’analyse intégrative des discours spécialisés associant la linguistique de corpus, la phraséologie spécialisée et les nouvelles approches de la terminologie, des interrogations peuvent demeurer quant à la pertinence de la méthodologie retenue pour la conception de dictionnaires combinatoires relevant d’autres langues de spécialité. Des études doivent leur être consacrées pour défricher éventuellement des pistes nouvelles ou complémentaires. Les enjeux actuels dans le cadre du développement de l’enseignement des langues pour spécialistes d’autres disciplines, du maintien d’une diversité linguistique spécialisée, au niveau européen comme mondial, et des mutations à venir des dispositifs d’apprentissage incluant la formation tout au long de la vie, sont autant d’incitations à poursuivre cette réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Baumann, Kl-D. 1992. Integrative Fachtextlinguistik. Tübingen : G. Narr Verlag.

Baumann, Kl-D. 2001. Kenntnissystem im Fachtext. Egelsbach. Frankfurt : Dr Hänsel-Hohenhausen.

Baumann, Kl-D. & H. Kalverkämper (eds.). 2004. Pluralität in der Fachsprachenforschung. Tübingen : G. Narr Verlag.

Beitz, W. & K.-H. Grote. 1997. Dubbel, Taschenbuch für den Maschinenbau, 19.Auflage. Berlin : Heidelberg, Springer.

Biber, D., S. Conrad & R. Reppen. 2002. Corpus Linguistics. Cambridge : Cambridge University Press.

Cabre, M. T. 1998. La Terminologie. Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa. Paris : Amand Colin.

Condamines, A. 2005. « Linguistique de corpus et terminologie ». Langages n° 157, La terminologie : nature et enjeux : 36-47.

Delagneau, J.-M. 2006. « Méthode de détermination assistée par ordinateur du lexique préférentiel pour une langue allemande de spécialité ». Actes du Colloque GLAT-Bertinoro (Université de Bologne, Italie), 17-20 mai 2006, 185-197.

Delagneau, J.-M. 2007. Étude quantitative assistée par ordinateur d’une langue allemande de spécialité. Thèse de doctorat soutenue en novembre 2004 à l’Université de Caen-Basse Normandie. Lille : Atelier National de Reproduction des Thèses.

Engelberg, S. & L. Lemnitzer. 2008. Lexikographie und Wörterbuchbenutzung. Tübingen : Stauffenburg Verlag.

Ernst, R. 1986. Wörterbuch der industriellen Technik. Band III, Deutsch-Französisch, Wiesbaden : Oscar Brandstetter Verlag.

Gambier, Y. 1993. « Socioterminologie et phraséologie : pertinence théorique et méthodologique ». Terminologie et Traduction, n° 2-3 : 397-409.

Gaudin, F. & L. Guespin. 2000. Initiation à la lexicologie française, De la néologie aux dictionnaires. Bruxelles : Duculot.

Gaudin, F. 2003. Socioterminologie. Une approche sociolinguistique de la terminologie. Bruxelles : De Boeck-Duculot.

Gläser, R. 2007. « Fachphraseologie ». In Burger, H., D. Dobrovol’skij, P. Kühn & N. R. Norrick (eds.). Phraseologie – Phraseology. Ein internationales Handbuch der zeitgenössischen Forschung. Berlin, New York : Walter de Gruyter, 482-505.

Greciano, G. 1995. « Fachphraseologie ». In Métrich, R. & M. Vuillaume (eds.). Rand und Band, Tübingen : Stauffenburg Verlag, 183-195.

Grossmann, F. & A. Tutin (eds.). 2003. « Les collocations, analyse et traitement ». In Travaux et recherches en linguistique appliquée, Série E – Numéro 1. Amsterdam : De Werelt.

Guespin, L. 1991. « La circulation terminologique et les rapports science, technique, production ». Cahiers de linguistique sociale, n° 18 : 79-89.

Halliday, M. A . K., W. Teubert, C. Yallop & A. Cermakova (eds.). 2004. Lexicology and Corpus Linguistics. An introduction. London, New-York : Continuum.

Hoffmann, L. 1987. Kommunikationsmittel Fachsprache. Berlin : Akademie-Verlag.

Hoffmann, L. 1988. Vom Fachwort zum Fachtext. Tübingen : Gunter Narr Verlag.

Hoffmann, L., H. Kalverkämper & H. E. Wiegand (eds.). 1999. Fachsprachen – Languages for Special Purposes. Ein Internationales Handbuch zur Fachsprachenforschung und Terminologiewissenschaft. Berlin, New York : Walter de Gruyter.

Jahr, S. 1993. Das Fachwort in der kognitiven und sprachlichen Repräsentation. Essen : Die Blaue Eule.

Lainé, C. (ed.). 1993. Vocabulaire combinatoire de la CFAO mécanique. Réseau international de néologie et de terminologie. Ottawa : Ministère des Approvisionnements et Services du Canada.

L’Homme, M.-C. 2004. La terminologie : principes et techniques. Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

Mel’cuk, I. 1993. « La phraséologie et son rôle dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère ». In Etudes de Linguistique Appliquée, N° 92. Paris : Didier Erudition, 82-113.

Mel’cuk, I., A. Clas & A. Polguère. 1995. Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire. Louvain-la-Neuve : Duculot.

Mel’cuk, I. 2007. « Lexical functions ». In Burger, H., D. Dobrovol’skij, P. Kühn & N. R. Norrick (eds.). Phraseologie – Phraseology. Ein internationales Handbuch der zeitgenössischen Forschung. Berlin, New York : Walter de Gruyter, 119-131.

Morgenroth, K. 1994. Le terme technique. Tübingen : Max Niemeyer Verlag.

Morgenroth, K. (ed.) 1996. Terminologie und Nomenklatur. Frankfurt am Main : Peter Lang.

Mortureux, M.-F. 1995. « Les vocabulaires scientifiques et techniques ». In Les carnets du Cediscor, N° 3, Les enjeux des discours spécialisés. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 13-25.

Mortureux, M.-F. 2008. La lexicologie entre langue et discours. Paris : Armand Colin.

Müller, G. 1989. Lexikon Technologie, Metallverarbeitende Industrie. Berlin : VEB Verlag Technik.

Rey, A. 2008. De l’artisanat des dictionnaires à une science du mot. Images et modèles. Paris : Armand Colin.

Römer, C. & B. Matzke (eds.). 2004. Lexikologie des Deutschen. Eine Einführung. Tübingen : G. Narr Verlag.

Schaeder, B. & H. Bergenholtz (eds.). 1994. Fachlexikographie. Fachwissen und seine Repräsentation in Wörterbüchern. Tübingen : Gunter Narr Verlag.

Scherer, C. 2006. Korpuslinguistik. Heidelberg : Universitätsverlag Winter.

Schlaefer, M. 2009. Lexikologie und Lexikographie. Eine Einführung am Beispiel deutscher Wörterbücher. Berlin : Erich Schmidt Verlag.

Schlegelmilch, A. 1998. Langenscheidts Fachwörterbuch Technik und angewandte Wissenschaften. Deutsch-Französisch, München : Langenscheidt.

Sinclair, J. 1991. Corpus, Concordance, Collocation. Oxford : Oxford University Press.

Slodzian, M. 2000. « L’émergence d’une terminologie textuelle ». In Béjoint, H. & P. Thoiron (eds.). Le sens en terminologie. Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 61-85.

Wahrig, G. 1997. Deutsches Wörterbuch. Gütersloh : Bertellsmann Lexikon Verlag.

Wüster, E. 1970. Internationale Sprachnormung in der Technik, besonders in der Elektrotechnik [1931]. Bonn : H. Bouvier u. Co. Verlag.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons ici, par exemple, aux cours de langues de spécialité destinés à des étudiants en commerce, économie, droit, logistique, sciences humaines, sciences et techniques, transports, dispensés dans les IUT, les écoles de commerce ou d’ingénieurs ainsi que dans les facultés et UFR des universités.

2 Marie-Claude L’Homme (2004) a réalisé une excellente synthèse de la doctrine terminologique, présentant à la fois l’historique et les principes de la terminologie en tant que théorie linguistique.

3 Une lexie est une expression qui ne peut être décrite complètement par la grammaire, mais qui nécessite une description individuelle par un article de dictionnaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1
Légende Typologie traditionnelle des dictionnaires
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/953/img-1.png
Fichier image/png, 49k
Titre 
Schéma 2
Légende Traitements effectués sur les corpus à l’aide de logiciels
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/953/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Delagneau, « Analyse assistée par ordinateur de discours spécialisés et élaboration de dictionnaires combinatoires », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 1 | 2010, 83-97.

Référence électronique

Jean-Marc Delagneau, « Analyse assistée par ordinateur de discours spécialisés et élaboration de dictionnaires combinatoires », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 1 | 2010, mis en ligne le 04 novembre 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/953 ; DOI : 10.4000/apliut.953

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Delagneau

Jean-Marc Delagneau est Maître de Conférences en linguistique allemande. Il est en poste à la Faculté des Affaires Internationales de l’Université du Havre depuis septembre 1993, où il dirige actuellement le Département des langues romanes et germaniques. Membre titulaire de l’UMR IDEES CNRS et membre associé du laboratoire GRIC de l’Université du Havre, il est également membre de la société allemande de linguistique appliquée (Gesellschaft für angewandte Linguistik) et préside la Régionale de Rouen de l’Association des Professeurs de langues (APLV).
jean-marc.delagneau@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page