Navigation – Plan du site
Articles

Quantification dans le groupe nominal : étude comparative des structures partitives de quantification avec « of » en anglais général et en anglais de spécialité

Quantification within the noun phrase : a comparative study of of-partitive structures in generalist and specialist texts
Mourad Boughedaoui
p. 51-71

Résumés

En complément des termes classiques utilisés par la langue afin d’exprimer la quantité ou la masse, il existe une pléthore de syntagmes caractérisés par l’utilisation de termes de quantité reliés par la préposition « of » au groupe nominal qui les suit, formant ensemble une structure dite partitive, que nous symboliserons par [Q of the NP]. Ce type de quantification renferme une série très diverse de formes selon qu’elles expriment le nombre ou la masse, ou qu’elles se rapportent à des quantifications objectives (mesures précises et vérifiables) ou subjectives (liées à l’appréciation du locuteur sur le nombre ou la masse). Cet article se propose d’étudier cette structure de quantification à travers des corpus de textes de la langue anglaise générale et de spécialité. Ceci nous a permis d’observer la façon dont ces quantificateurs se répartissent et se comportent lorsque l’on passe du domaine général au particulier, ainsi que de mettre l’accent sur leurs caractéristiques morphologiques et syntaxiques.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Dans notre pratique langagière de tous les jours, nous sommes sans cesse amenés à délimiter, évaluer, estimer avec plus ou moins de précision des quantités d’objets ou de masses qui nous entourent. Sur le plan linguistique, cette quantification se traduit, tant à l’oral qu’à l’écrit, par un recours systématique à des types très variés de quantificateurs, comme l’attestent Larreya et Rivière : « Le type de quantification est évidemment différent selon que la délimitation s’opère sur un ensemble d’objets dénombrables ou sur une masse indénombrable. » (1999 : 139).

  • 1 Ce travail fait suite à une communication faite lors du séminaire de recherche du Centre Interlangu (...)

2À cet effet, la langue fait appel en premier lieu aux déterminants numéraux lorsqu’il s’agit d’un dénombrement précis, et à un groupe restreint de déterminants traditionnellement appelés indéfinis, pouvant s’associer à des dénombrables (few, a few, several, many, both, every…), des indénombrables (little, a little, much, a great deal of…), ou aux deux (some, any, all, a lot of, lots of, plenty of…). En second lieu et en complément à ce procédé de détermination quantitative du nom, on observe un nombre impressionnant de syntagmes complexes servant à dénombrer et à quantifier le noyau nominal. Au niveau de leur construction, ces syntagmes sont représentés par la séquence [Q of the NP], et sont communément appelés structures partitives1. Dans ce qui suit, et afin de mieux cerner le comportement et la distribution des partitifs sur l’aire du texte, nous nous pencherons sur les traits morpho-syntaxiques de ce type de quantification à travers une étude comparative de trois corpus de textes. Le premier se base sur un petit échantillon d’anglais littéraire composé des romans de Toni Morrison et Matthew Kneale (voir bibliographie du corpus) servant de pendant aux textes de langue de spécialité analysés. Le deuxième, constitué de textes des revues BusinessWeek et The Economist, représente la presse spécialisée (cf. biblio.). Enfin, le troisième niveau, fondé sur deux ouvrages (Voir biblio.), représente la langue de spécialité.

2. Les partitifs

3La structure partitive permet de déterminer une quantité dans une quantité, d’isoler la partie d’un tout. Selon Lapaire et Rotgé, « L’énonciateur travaille sur une totalité/bloc dont il détache, isole un fragment/élément. » (1991 : 107).

4Dans le processus de quantification par partition, il existe deux structures que nous résumerons dans le tableau suivant :

Tableau 0

1

Q of N

Structure pseudo-partitive

2

Q of det N

Structure partitive

Structures de quantification par partition

5Avec la structure [1], Q est un quantificateur précédant N qui, pouvant être dénombrable ou indénombrable, renvoie à la substance quantifiée. La séquence [Q of N] exprime une seule masse/quantité :

(1) Three litres of wine.

  • 2 Le terme ‘pseudo-partitif’ a été introduit par Selkirk (1977) pour faire référence aux construction (...)

6La référence ici est générale, elle concerne une quantité (3 litres) de vin quelconque. Cette structure n’est pas une véritable structure partitive et est appelée structure pseudo-partitive2. Le déterminant quantificateur porte sur tous les éléments ou toute la masse que représente le nom :

(2) A whole troop of red coats was posted there.

7Il est question dans cet exemple d’une référence générale à un nombre indéterminé de soldats anglais. On retrouve le même type de quantification dans les exemples suivants :

(3) Three buckets of water.
(4) A pound of beans.
(5) Ten feet of wire.

8Dodge et Wright utilisent à la place des « pseudo-partitifs » le terme « EMPs » (English Measure Phrases) qu’ils définissent ainsi :

As mentioned above, ‘herd of zebras’, ‘cup of coffee’, ‘square of cloth’, and ‘miles of beach’ are all examples of EMPs. They are of the form X of Y, where X is a count noun and Y is a mass noun or plural count noun. […] The EMP is a nominal element which consists of a noun modified by a prepositional phrase. (2002 : 2)

9Quant à la structure [2] du tableau précédent, la présence du terme ‘det’ indique que N doit renvoyer à une substance définie, prédéterminée. La référence est ici spécifique car la quantification concerne un prélèvement d’un élément ou d’une masse à partir d’une quantité préalablement repérée, déjà connue :

(6) Some of the prisoners have proved distressingly obdurate.

10La référence est spécifique car elle renvoie anaphoriquement à des éléments du texte précédent [« The convicts are given work to do in their cells… »]. Nous retrouvons dans les exemples suivants le même type de quantification partitive :

(7) Three buckets of this water.
(8) A pound of those beans.
(9) Ten feet of that wire.

11Sur cet aspect, Dodge et Wright (2002 : 3) font bien la distinction entre pseudo-partitifs (EMPs) et partitifs qu’ils qualifient de « phrases that describe part-whole relations (sip of the wine) […] For example, while ‘hunk of cheese’ is an EMP, the phrase ‘a hunk of that cheese’ describes a part-whole relationship. »

3. Partitifs : propriétés sémantiques

12La principale différence sémantique est claire : alors que les pseudo-partitifs ne désignent qu’une seule masse/quantité, les partitifs en désignent deux :

(10) A pint of beer.
(11) A pint of this beer.

  • 3 Il existe une théorie qui stipule que les structures dites partitives contiennent initialement deux (...)

13Le nominal de quantification (pint) désigne une sous-masse de la masse désignée par le nominal de substance (beer). En [10] il n’y a qu’une seule quantité de bière, alors qu’en [11] il y en deux : une grande masse (this beer) à partir de laquelle une sous-masse (a pint) est prélevée3.

14Parmi les auteurs qui ont étudié la construction partitive, Jackendoff a été le premier à avoir énoncé une règle concernant la structure partitive, connue sous le nom de « contrainte de partition de Jackendoff » (Jackendoff’s partitive constraint) et qui stipule que : « In an of-N’’’ construction interpreted as a partitive, the N’’’ must have a demonstrative or genitive specifier » (1977 : 113).

15En d’autres termes, pour désigner une structure partitive, le groupe nominal suivant le partitif ‘of’ doit être défini. Cependant, Hoeksema (1996 : 9) relève quelques cas d’exceptions à cette règle, dont l’une concerne l’acceptabilité des universaux après le partitif ‘of’ :

While universally quantified NPs are usually excluded from that position, they do not always yield ungrammatical partitives, cf : (18) the best of all possible worlds.
In such cases, there is a dependency between the upstairs and the downstairs determiner : the presence of all downstairs is compatible only with an upstairs determiner that is superlative (as in 18) or a fractional expression (such as 20 %, three quarters or half).

16Pour Hoeksema, ce type de séquences partitives relève plus particulièrement de la prose journalistique et du discours de spécialité. Afin d’étayer cette observation, nous avons procédé à la recherche de cas similaires dans notre corpus. Nous en avons relevé plusieurs exemples :

(12) In 2001, 41 % of all workers…
(13) Almost 50 % of all D.S. Treasury bonds are held as reserves.
(14) …, which plays a part in more than three-quarters of all mortgage lending decisions.
(15) ... about half of all spending, posted a 0.2 % advance.

17Dans un même ordre d’idée, on peut trouver des superlatifs et plus fréquemment des indicateurs de fraction comme éléments déclencheurs d’exceptions à cette contrainte lorsque ‘of’ est suivi d’un nom pluriel introduit par l’article zéro :

(16) About half of retail shops have fewer than five employees.
(17) At least 20 % of depressed patients don’t respond to medication.
(18) Having managed to convince 50 % of American sneaker buyers that they must just do it, Nike Inc. is looking to Europe.

18On peut considérer dans le cas des partitifs que le superlatif et les fractions sont des exceptions non encore expliquées dans l’état actuel de la recherche, et qu’il serait tout à fait intéressant d’observer un plus grand éventail d’exemples de ce type afin d’en comprendre les mécanismes et les règles grammaticales qui les sous-tendent, si règles il y a bien sûr.

4. Partitifs : propriétés syntaxiques

19Outre la différence qui réside au niveau de l’existence d’un déterminant défini entre les deux structures, Selkirk (1977) a relevé quelques propriétés au niveau syntaxique dont nous reprendrons quelques exemples pour mieux en illustrer le propos. En reprenant la formule [N1 of NP2] utilisée par Selkirk, la première propriété concerne le fait que la structure partitive accepte l’extraposition du syntagme nominal [of NP2], alors que la structure pseudo-partitive ne le permet pas :

(19) a. A lot of the leftover turkey has been eaten.
b. A lot has been eaten of the leftover turkey.
(20) a. A lot of leftover turkey has been eaten.
b. *A lot has been eaten of leftover turkey.

20En revanche, si le syntagme nominal [of NP2] est lui-même modifié, la structure partitive ne tolèrera pas l’extraposition du modifieur, alors que la structure pseudo-partitive acceptera un tel déplacement :

(21) a. Only a handful of those questions concerning electromagnetism were asked.
b.*Only a handful of those questions were asked concerning electromagnetism.
(22) a. Only a handful of questions concerning electromagnetism were asked.
b. Only a handful of questions were asked concerning electromagnetism.

21Selkirk attribue ce contraste révélé par l’extraposition de [of NP2] et du ‘modifieur’ uniquement à la différence de structure entre le partitif et le pseudo-partitif. Dans [21.a] la structure de post-modification ‘concerning electromagnetism’ est profondément enchâssée dans le groupe nominal et ne peut être séparée du nom qu’elle modifie (cf. 21.b). En revanche, dans [22.a] le post-modifiant ‘concerning electromagnetism’ est considéré comme un modifieur superficiel, adjoint au groupe nominal et pouvant par conséquent être déplacé en fin de phrase.

22Une autre propriété, corollaire de la précédente, concerne les cas où le segment [of NP2] se retrouve – seulement dans le cas des partitifs – propulsé par le procédé de thématisation en début de phrase. Cette opération n’est pas possible pour les pseudo-partitifs (cf. 24).

(23) a. How many pounds of those apples did you buy ?
b. How many pounds did you buy of those apples ? D’où
c. Of those apples, how many pounds did you buy ?

23D'où

(24) a. How many pounds of apples did you buy ?
b. *How many pounds did you buy of apples ?
c. *Of apples, how many pounds did you buy ?

24Nous avons pu relever dans notre corpus plusieurs cas de clivage de la structure partitive dont nous reprendrons quelques exemples :

(25) Of the sheep only one sorry specimen survived
(26) Of the applicants who replied one would be old and frail.
(27) Of the six products of pairs of deviations, four are negative.
(28) Of the n units, (a1+a1’) are found to fall in domain 1.

25Dans ce qui suit, nous allons, à travers plusieurs tableaux, étudier les marqueurs de quantification objective et subjective des dénombrables et indénombrables propres aux constructions partitives.

5. Quantifications objectives et subjectives

26Les quantifications objectives sont des mesures précises, définies et aisément vérifiables qui sont opérées sur un ensemble d’objets dénombrables ou sur une masse indénombrable. Elles constituent une classe fermée de termes correspondants essentiellement à des mesures conventionnelles. Les quantifications subjectives sont des mesures qui sont liées à la seule appréciation du locuteur sur le nombre ou la masse. Elles constituent en revanche une classe ouverte de termes correspondants à des quantités relativement imprécises. Sur ces points, nous citerons Roggero, qui résume bien ces deux aspects : « Des numéraux comme three, nine, twelve ont bien entendu une valeur objective ; des quantificateurs comme much ou little expriment un point de vue : un litre d’eau, c’est beaucoup pour un pastis, c’est peu pour un jardin. » (1979 : 137).

27Dans les tableaux ci-après, [XY] représente le cas simple de détermination directe sans intermédiaire entre l’élément quantificateur et l’élément quantifié (two newspapers, much space, many people, etc.). [X of Y] est la représentation des constructions pseudo-partitives (a pint of beer, a ton of wood, etc.), alors que [X of det Y] est celle des constructions partitives (one of the letters, much of this milk, etc.). Les tableaux reflètent notre double approche d’analyse fondée sur les aspects objectifs et subjectifs du procédé de quantification tel qu’il s’applique d’un côté à des quantités dénombrables et de l’autre à des quantités indénombrables.

Tableau 1

XY

X of Y

X of det Y

one letter
twenty letters

*one of letters
*twenty of letters

one of the letters
twenty of the letters

Référence objective (précise) à un nombre d’éléments.

Agrammatical

Référence objective (précise) à un nombre d’éléments prélevés à partir d’un ensemble déterminé.

Quantification objective des dénombrables

28Avec les dénombrables, la structure pseudo-partitive (X of Y) engendrerait des constructions agrammaticales. Il faudrait rappeler à ce stade que les cardinaux dozen, hundred, million, or billion deviennent tout à fait imprécis et approximatifs dans leurs formes plurielles et utilisés comme des partitifs (hundreds of years, thousands of miles, dozens of friends, etc.).

Tableau 2

XY

X of Y

X of det Y

*a pint beer
*a ton wood

a pint of beer
a ton of wood

a pint of this beer
a ton of that wood

Agrammatical

Référence objective (précise) à une masse indénombrable.

Référence objective (précise) à une quantité prélevée à partir d’une masse déterminée.

Quantification objective des indénombrables

29Avec les indénombrables, le passage direct au dénombrement représenté par Adamcsewski (1993 : 265) soulève le problème de la quantification des indénombrables et déclare :

Une manière de résoudre le problème de la quantification des indénombrables est de faire appel à des classificateurs suivis de ‘of’. Certaines notions rejettent le passage direct au dénombrement et font appel à des classificateurs. Le fragment (dénombrable) permet ainsi de quantifier un segment qui se dérobe sur le plan quantitatif.

30La catégorie de classificateurs objectifs que l’on trouve dans le tableau 2 sont des classificateurs de mesure (a pint of, a ton of) et renvoient nécessairement à des mesures précises.

Tableau 3

XY

X of Y

X of det Y

few letters
several letters
many letters

*few of letters
*several of letters
*many of letters

few of the letters
several of the letters
many of the letters

Référence subjective (non précise) à un nombre d’éléments

Agrammatical

Référence subjective (non précise) à un nombre d’éléments prélevés à partir d’un ensemble déterminé

Quantification subjective des dénombrables

31Nous verrons que la structure [X of Y], qui génère des constructions agrammaticales avec des quantificateurs classiques, est utilisée avec plusieurs catégories de classificateurs servant à exprimer le groupement (a clump of), le genre/la variété (a kind of), l’arrangement (a row of), la contenance (a packet of) ou à exprimer de grandes quantités (a slew of, a battery of, a blizzard of, a multitude of, a myriad of, a plethora of, etc.), des quantités moyennes (a flow of, a number of, a heap of, etc.) ou de petites quantités (a handful of, a scattering of, a smidgen of, etc.).

Tableau 4

XY

X of Y

X of det Y

a little mail
much mail

*a little of mail
*much of mail

a little of that mail
much of this mail

Référence subjective (non précise) à une masse indénombrable

Agrammatical

Référence subjective (non précise) à une quantité prélevée à partir d’une masse indénombrable déterminée

Quantification subjective des indénombrables

32Nous voyons là aussi que la structure [X of Y] n’accepte pas les quantificateurs classiques devant ‘of’. Cependant, il est tout à fait possible de réaliser cette opération grâce aussi à une très riche variété de classificateurs pour de grandes quantités/masses (a backlog of, a cornucopia of, a host of, etc.), pour des quantités moyennes (a load of, a basin of, a jarful of, etc.), ou pour de petites quantités (a crumb of, a dollop of, a hint of, one iota of, a modicum of, etc.).

Tableau 5

XY

X of Y

X of det Y

Subjectifs

Objectifs

Subjectifs

Objectifs

Subjectifs

Objectifs

Dénombrables

some letters

50 % of letters

some of letters

50 % of letters

some of the l.

50 % of the l.

Indénombrables

some mail

50 % of mail

some of mail

50 % of mail

some of the m.

50 % of the m.

Acceptabilité

oui

non

Non

non

oui

oui

Quantification mixte des dénombrables et des indénombrables

33Sous le terme de quantification mixte, nous regroupons la catégorie des quantificateurs subjectifs et objectifs qui peuvent s’associer en même temps avec des noms dénombrables et indénombrables. La structure [XY] rejette les quantificateurs objectifs pour les deux catégories de noms. [X of Y] n’accepte ni les noms dénombrables ni les noms indénombrables.

6. Les classificateurs

34En général, les classificateurs ont un sens indépendant de leur fonction ‘quantifiante’. Sémantiquement, l’opinion générale sur les classificateurs est qu’ils permettent de dénombrer des masses indénombrables (cf. citation Adamczewski, dans la partie 5). Dodge et Wright écrivent à ce sujet : « The semantic frame of measurement includes an agent who partitions and separates a quantity of a substance from an undifferentiated mass in order to handle, transport or otherwise interact with the substance » (2002 : 6).

35Les classificateurs rendent possible l’opération de pluralisation sur des masses normalement indénombrables : two bottles of wine, three pieces of advice, four lumps of sugar, etc. On voit à travers ces exemples que les classificateurs sont également pluralisables. Adamczewski déclare aussi : « Le pluriel peut également, à l’aide de ces classificateurs, rejoindre l’unique : a bunch of flowers, a shoal of fishes, a bed of flowers » (1993 : 265).

36On distingue généralement deux types distincts de classificateurs : un groupe restreint de partitifs « spécialisés », qui sont contraints, c’est-à-dire imposés au nominal qu’ils précèdent : pride of lions, gaggle of geese, a loaf of bread, etc. ; et un autre groupe, beaucoup plus ouvert, de partitifs plus généraux qui s’associent librement avec le nominal dont ils assurent le dénombrement :

a bit of chalk, bread
a kind of paper, meat
a piece of wood, furniture

37Cette dernière catégorie de quantificateurs se subdivise à son tour en plusieurs sous-classes figurant dans le schéma suivant :

Schéma 1

Schéma 1

Classificateurs : partitifs généraux

38Les termes dans les cases, en tant que génériques, peuvent se subdiviser à leur tour en fonction des particularités du domaine qu’ils couvrent. Par exemple, la case ‘mesure’ renferme des quantificateurs relatifs à des mesures de superficie, de longueur, de profondeur, de poids, et de volume :

area : an acre of land
depth : a foot of water
length : a yard of cloth
weight : an ounce of tobacco
volume : a pint of beer

39Dans cette catégorie, nous trouverons des partitifs qui renvoient à la notion de « contenance » ou à des unités de mesures non standard qui se distinguent par l’adjonction des morphèmes -ful et -load (voir tableau G bis). Le morphème -ful ne peut pas être suffixé à des unités de mesure précises, alors qu’il est obligatoire avec des « contenants » non standard, à qui il confère le statut d’unité de mesure :

a liter(*ful) of milk versus a mouthful of meat
a gallon (*ful) of oil versus a handful of sand
a ton (*ful) of coal versus a beakful of fish

40En ce qui concerne le morphème -load, on le retrouve associé à des noms de véhicules (bus, car, truck…) pour exprimer la quantité/le nombre de marchandises, choses ou personnes qu’un véhicule peut transporter :

a busload of tourists / a carload of slag / a truckload of men.

41Dans la sous-classe « groupement », il s’agit généralement d’un nom de groupe spécial utilisé avec certaines catégories de choses ou d’individus (cf. supra) :

an army of soldier
a crew of sailor
a crowd of people
a gang of thieves
a herd of cattle
a pack of cards
a flock of sheep
a constellation of stars

42Dans la catégorie « variété » ou « espèce », on regroupe les dénombreurs variétaux qui sont des partitifs de qualité et peuvent se trouver soit avec des syntagmes nominaux comptables ou non comptables :

a kind of car / two kinds of cars
a kind of equipment / two kinds of equipment

43Il est à noter que généralement c’est le nom de « variété » ou d’ « espèce » plutôt que le nom qui le suit qui est modifié : a Japanese make of car (non *a make of Japanese car). Cependant, la question de la modification de N1 ou de NP2 dans les constructions partitives est loin d’être unanimement acceptée et soulève quelques problèmes sur le plan sémantique. Kennedy se pose la question de savoir si les structures proposées dans les exemples ci-après sont synonymes :

  • 4 La numérotation des exemples est de Kennedy.

(10) a. four ice-cold glasses of water.
b. four glasses of ice-cold water. (Kennedy 2003a : 2)4
a. three cubes of frozen meat.
b. three frozen cubes of meat.
(32) a. three pounds of rancid meat.
b. ? three rancid pounds of meat. (Kennedy 2003b : 5)

44Nous retrouvons les mêmes préoccupations chez Dodge et Wright (2002) concernant les modèles de modification des pseudo-partitifs :

(1) The other colours are provided by a snaking blue-black ribbon of tarmac. (BNC)5.
(2) Ronni blinked down at the glittering sea that was divided from the craggy landscape by a broad silken ribbon of glittering pale gold sand. (BNC)

45Pour les auteurs, blue-black dans [1] modifie tarmac et non ribbon, qui servirait plutôt à spécifier les limites des dimensions du tarmac. Dans [2], broad fait référence à la dimension de ribbon, alors que silken décrit la qualité du sable (sand).

46Enfin, dans la sous-classe « divers », nous avons regroupé les cas que l’on pourrait qualifier d’irréguliers car ils ne sont pas conformes à certaines règles sémantico-grammaticales.

47Certains de ces classificateurs n’ont que la forme du pluriel :

Oodles of (un tas de, des masses de…).
Scads of (beaucoup de, plein de…).

48D’autres sont en revanche uniquement au singulier :

A glut of (un surplus de…).
A plethora of (une pléthore de, une surabondance de…).
A rash of (fig. une explosion de, une éruption de…).
A slew of (un tas de, un grand nombre de…).

49Le sens de certains des partitifs au singulier est différent de celui des partitifs au pluriel :

A gob of (a mass of something wet and sticky) vs gobs of (a large amount of).
A ream of (standard amount of paper => US : 500 pieces / UK : 480 pieces) vs reams of (a large amount of writing paper).
A score of (a group of 20) vs scores of (a lot of, a great number of).

50Il y a enfin le cas des partitifs dont le sens au singulier est équivalent à celui du pluriel :

A load of / loads of.
A raft of / rafts of.
A stock of / stocks of.

51Devant un tel arsenal de partitifs de quantification, on est en droit de se demander si toutes ces structures ont une distribution et un comportement similaires lorsque l’on glisse de la langue générale vers la langue de spécialité, en passant par la langue de la presse spécialisée. C’est ce que nous allons essayer de voir à travers une étude comparative de trois corpus représentatifs des ces trois langues.

7. Étude comparative des partitifs

52Cette étude a pu être réalisée grâce à l’exploitation de textes relevant de trois niveaux de langue : le premier constitué de textes d’anglais général, le deuxième d’articles de la presse spécialisée (BusinessWeek, The Economist) et enfin un troisième composé de livres de spécialité. Ces trois niveaux seront désignés dans les différents tableaux ci-après par les sigles GE (General English), BW (BusinessWeek) et ESP (English for Specific Purposes) respectivement. Nous étudierons en premier lieu les quantificateurs objectifs et subjectifs pour les dénombrables et les indénombrables ; ensuite nous porterons notre attention sur les diverses catégories des classificateurs tels qu’ils apparaissent dans le schéma présenté dans la partie 6.

7.1. Quantification objective

53Nous rappellerons brièvement que les quantificateurs objectifs sont des outils de la langue qui permettent une évaluation précise d’un nombre ou d’une masse. Concernant les noms dénombrables, le tableau A montre une répartition assez équilibrée des partitifs rencontrés.

Tableau A

GE

BW

ESP

one of his cards
two of whom
three of the four animals
four of your men
five of them
two dozen of the buggers
eighteen of us
thirty-five of them
fifty-nine of the buggers
sixty of the fellows

one of the major players
two of them
-
-
-
seven of the top 10 spots
nine of the 14 countries
the first of a quarter of crossover sport-utility vehicles

one of the concepts
two of the 40 lines
three of the eight senses
-
five of the estimates
nine of the 100 units
the first of these groups

Tableau comparatif de quantification objective des dénombrables

54Le tableau B, relatif aux quantifications objectives des noms indénombrables, révèle un recours beaucoup plus marqué à ce type de quantificateurs en anglais général. Si aucun cas n’a été repéré dans les deux autres niveaux de langue, il ne faut pas automatiquement en déduire qu’ils ne sont pas utilisés, mais plutôt que l’on rencontre beaucoup moins de références à des masses dans des textes relevant plus de la langue dite de spécialité.

Tableau B

GE

BW

ESP

every inch of grass
a pint of cream
the three pounds of gallant but defeated life
a quart of water
three quarts of milk

-
-
-
-
-

-
-
-
-
-

Tableau comparatif de quantification objective des indénombrables

7.2. Quantification subjective

55Elle renvoie à une évaluation imprécise, voire approximative, fondée sur l’unique jugement du locuteur. Pour les noms dénombrables, le tableau C montre que l’on retrouve plus ou moins les mêmes types de quantificateurs à travers ces trois niveaux de langue.

Tableau C

GE

BW

ESP

both of them
each and every one of them
either of the brothers
a few of the cases
many of these activities
neither of them
a good number of the arrivals
a couple of cannon
hundreds of others
a few hundreds of savages
scores of the fellows

a couple of cell-phone handsets
a number of shortcomings
many of the key areas
billions of dollars
dozens of corporations
millions of smart phones
thousands of tourists
zillions of gated communities
hundreds of jobs

both of which
certain of the items
many of its features
several of the letters
a couple of examples
a number of criteria
numbers of households

Tableau comparatif de quantification subjective des dénombrables

56En ce qui concerne les noms indénombrables du tableau D, l’équilibre entre le nombre et la variété au niveau de la distribution des quantificateurs entre les trois niveaux de langue est assez édifiant.

Tableau D

GE

BW

ESP

the amount of milk
a bit of bread
a little of the salve
a good deal of amusement
much of this
a part of the world
parts of that description
the whole of the term

a huge amount of work
a tiny bit of energy
a great deal of hassle
part of the problem
parts of its business
the whole of Southeast Asia

a vast amount of data
amounts of non-response
a bit of imagination
a good/great deal of effort
much of the research
a part of the population
the whole of the population

Tableau comparatif de quantification subjective des indénombrables

57Dans le tableau E, nous avons récapitulé les quantificateurs mixtes, ceux qui peuvent s’associer tant avec les noms dénombrables qu’avec les indénombrables.

Tableau E

GE

BW

ESP

Subjectifs

Objectifs

Subjectifs

Objectifs

Subjectifs

Objectifs

a lot of
all of
any of
lots of
more of
most of
none of
some of
the rest of
the whole of

half of

a lot of
all of
any of
lots of
more of
most of
none of
plenty of
some of
the rest of
the whole of

3.5 % of
15 % of
20 % of
a fifth of
a quarter of
a tenth of
a third of
half of
one-fifth of
one-quarter of
one-third of
two-thirds of

a lot of
all of
any of/ lots of
most of
none of
some of
the rest of
the whole of

¼ of
99 % of
half of
one eighth of
one fourth of
one quarter of
one tenth of
one third of

Tableau comparatif de quantification subjective des dénombrables et indénombrables

58Le tableau E fait ressortir un faible recours aux quantificateurs objectifs en langue générale. On peut attribuer ce déséquilibre au fait que la langue de spécialité (BW et ESP) est beaucoup plus concernée par une constante évaluation de nombres et de masses avec un maximum de précision.

8. Étude comparative des partitifs classificateurs

59Dans leur fonction de quantification, les classificateurs couvrent un large spectre de domaines d’application en faisant appel à une multitude de syntagmes déployés en fonction des diverses sous-classes figurant dans le schéma présenté dans la partie 6 et dont nous allons essayer de mettre en évidence les principales différences d`utilisation entre les trois niveaux de langue étudiés. Un tableau comparatif récapitulera les classificateurs de chaque sous-classe.

60Le tableau F fait ressortir une plus grande utilisation de ce type de classificateurs en langue générale pour quantifier plus particulièrement des masses.

Tableau F

GE

BW

ESP

acres of
gallons of
every inch of
miles of
a few ounces of
a pint of
three pounds of
a quart of
three quarts of
yards of

a ton of

acres of
gallons of

Tableau comparative des unités de mesure

61En ce qui concerne les classificateurs de « contenance », repris dans le tableau G, on observe un recours abondant et très varié de ce genre de partitifs. La langue de spécialité en fait un usage très restreint.

Tableau G

GE

BW

ESP

a bag of sovereigns
a rotten bagful of nothing
fifty barrels of salted herring
baskets of plum reserves
a bottle of French brandy
bottles of champagne
a bowl of yak-me
bowls of pot liquor
a box of popcorn
a bucket of hot soapy water
a can of kerosene
whole cases of sherry
a cask of water
casks of brandy
half a crate of them
a cup of tears
cups of postum
dishes of a kind of stew
a small flask of brandy
a large glass of punch
four glasses of something
a jug of liquor
jugs of spring flowers
the mug of tea
a pack of lies
packets of lye
pails of steamy water
a full pitcher of Kool-Aid
racks of bottles
the scoops of ice cream
a teaspoon of sugar
the tin of spilled tobacco
tins of hotch potch
a treasure of money & jewels

a bag of electronic tricks
a barrel of crude
a basket of goods & services
the breadbaskets of western networking giants
a scoop of personal income
tanks of liquid disinfectant
a toolbox of AI methods

a scoop of information

Tableau comparatif des contenants

62Nous avons la même distribution pour les termes exprimant la contenance qui se terminent par -ful et -load dans le tableau Gbis.

Tableau Gbis

GE

BW

ESP

an armful of
a rotten bagful of
brimful of
a carful of
churchfuls of
fingerfuls of
a fistful of
fistfuls of
a handful of
handfuls of
a mouthful of
a roomful of
a sackful of
a truckful of

chockfull of
a handful of
a spoonful of

a handful of

a boatload of
carloads of
a shipload of
shiploads of
a truckload of

bagloads of
a boatload of

Tableau comparatif des contenants se terminant en ‘-FUL’ et ‘-LOAD’

63Dans le tableau H, nous avons regroupé les quelques exemples de classificateurs exprimant une idée de disposition et d`arrangement dont la langue de la presse spécialisée fait grand usage.

Tableau H

GE

BW

ESP

-
-
-
-

a row of old furnaces
a sequence of steps
a series of circles / plagues
a string of IPOs

a train of camels

Tableau comparatif des partitifs exprimant un arrangement / disposition

64La sous-classe des classificateurs de « fragmentation » renferme un riche éventail de termes dont l’usage, bien que beaucoup plus marqué et varié en langue générale, est tout de même représentatif de la langue de la presse spécialisée et, à un degré moindre, à celui des ouvrages spécialisés, où nous retrouvons surtout des classificateurs classiques (a bit of, a pair of, a part of, a piece of, etc.).

Tableau I

GE

BW

ESP

a bit of bread
the bits of painted glass
a chunk of land
a drop of fine liquor
a few drops of gold
flakes of stick cinnamon
flecks of black
the fragments of talk
grains of ivory snow
hunks of red meat
a lump of swiney
a pair of twins
pairs of pillow slips
a part of the world
parts of that description
whole patches of blood
a piece of land
pieces of cable
a portion of their meal
a scrap of gossip
scrolls of curses
shards of glass
the sheets of paper
every shred of gossip
a sliver of soap
a speck of shade
specks of silver
little sprigs of parsley
a thin stick of smoke
a little strip of water
a swatch of green
a big tear of French newspaper
wisps of hair

each bit of data
bits of data
a 24 % chunk of the market
chunks of his 1990 IPO
a hunk of her liver
a pair of brand-new jeans
a part of the shift
parts of its business
a piece of junk mail
pieces of big loans
a portion of their hard drives
a scroll of paper
a slab of the computer giant
a wide sliver of rubber
a swath of industries
swaths of the economy

a bit of imagination
a pair of random numbers
pairs of observations
a part of the population
parts of the body
a piece of cut wood
pieces of information

Tableau comparatif des classificateurs de fragmentation

65En complément à la sous-classe « fragmentation », nous pouvons lui associer celle des classificateurs de « fractionnement », beaucoup plus orientée vers les portions, fractions et pourcentages. En revanche, nous retrouvons dans le tableau I bis ci-dessous une plus forte concentration de ces classificateurs dans le niveau de la langue de spécialité, ce à quoi on peut aisément s’attendre car ce sont des quantificateurs plus « techniques ».

Tableau Ibis

GE

BW

ESP

a fraction of
a portion of

a fraction of
the lion’s share of
parts of
a percentage of
a portion of
a 10 % share of

a fraction of
a percentage of
portions of
the proportion of
a sample of
samples of

Tableau comparatif des classificateurs de fractionnement

66Concernant la sous-classe « groupement », il est plus difficile de distinguer l’usage qui est fait de ces quantificateurs par la langue générale et la langue de la presse spécialisée où la variété et le nombre des classificateurs semblent plus élevés. Les classificateurs de la colonne « ESP » sont classiques et peu variés (a group of, a set of, a body of, a class of, a cluster of, a collection of, a corpus of…).

Tableau J

GE

BW

ESP

the array of candies
blocks of stories
a body of men
a bunch of trees
a class of pupils
clumps of lavender
a cluster of rocks
clusters of rocky hills
a clutch of mountains
a collection of samples
a company of convicts
a contingent of families
a crowd of customs
the droves of people
a flock of birds
a gang of convicts
a group of blacks
a huddle of convicts
the knot of people
a library of scribbling
a mob of his kind
a set of silver brushes
swarms of colored
a team of camel drivers
a whole throng of them
a troop of guards
tufts of wool

an army of searchers
an array of packages
a band of CPAs
a batch of keys
blocks of spectrum
the board of directors
a bunch of executives
a cadre of teachers
clusters of smart cameras
a collection of channels
colonies of processors
a consortium of organizations
a core of shareholders
the crew of developing countries
the crop of annual reports
a family of drugs
a whole fleet of aircraft
a flock of new devices
a gaggle of digital gadgets
a galaxy of smart devices
a fresh gang of startups
a new generation of drugs
a group of lenders
small groups of members
a network of pipes
a pocket of growth
a pool of assets
a broad range of tools
a new round of incentives
a set of communication links
a full staple of identities
a team of mathematicians
teams of doctors

a batch of light bulbs
a body of material
one branch of the I-E family
a class of estimators
a cluster of enemies
a few clusters of units
a collection of dictionaries
collections of whole texts
corpora of a 100 M words
a small corpus of texts
a group of countries
groups of returns
a network of associations
a package of subsets
a range of values
a set of components
sets of observations
any string of letters
subsets of words

Tableau comparatif des classificateurs de groupement

67Pour les classificateurs de la sous-classe « variété » nous pouvons voir dans le tableau K un usage plus fréquent et varié dans la colonne « ESP », alors que dans les deux autres colonnes il y a un équilibre dans leur utilisation.

Tableau K

GE

BW

ESP

certain kinds of flowers
all sorts of jobs

certain types of pathogens
a variety of causes

a broad class of words
three kinds of site
different sorts of relation
a variety of methods
new varieties of the language

Tableau comparatif des classificateurs de variété

68Dans la sous-classe « divers » nous avons fait état de tous les autres classificateurs qui n’entrent pas directement dans les sous-classes précédentes et expriment des quantités assez variées. Leur emploi est typique de la langue journalistique spécialisée qui foisonne de ce type de classificateurs (cf. Tableau L). La langue générale marque le pas au niveau de la variété des types rencontrés. Dans la colonne « ESP » le recours est insignifiant, tant sur le plan de l`expression des grandes quantités que celui des petites (cf. Tableau M). Nous avons aussi intégré dans cette sous-classe des partitifs à référence temporelle (cf. Tableau N) et des partitifs métaphoriques (cf. Tableau O).

Tableau L

GE

BW

ESP

bales of tobacco
a small cloud of smoke
clouds of steamy vapour
a dose of high finery
a host of questions
a big jumble of blankets
sheaves of tobacco
a shower of spears
a stack of sticks
stacks of newspapers
a stash of silver cutlery
a store of bales
a supply of cookies
a surge of love
the wave of Southern negroes

the bulk of government spending
a burst of profits
a clutter of obscene ads
a deluge of spam
a glut of new space
gobs of money
a heap of debt
a hodgepodge of currencies
a host of products
an influx of immigrants
legions of machines
loads of books
oodles of batteries
a plethora of shares
a raft of finance business
rafts of data & reports
a rash of rival products
reams of e-mails
scads of companies
scores of agencies
a slew of weapons
a stack of papers
a stampede of companies
the US stock of investment
a stockpile of diamonds
stocks of houses
a supply of new homes
the rising tide of spam
a volume of packages
a wave of technologies

an influx of settlers
the stock of words
the volume of timber

Tableau comparatif du reste des partitifs exprimant une grande quantité

Tableau M

GE

BW

ESP

a dollop of grits
a drop of liquor
a few drops of gold
a glimmer of the truth
the knot of people
a slug of whisky
swigs of water
a trickle of blood

atoms of deuterium
a dollop of confidence
a flurry of link-ups
a glimmer of hope
a ray of hope
a smidgen of the losses

Tableau comparatif du reste des partitifs exprimant une petite quantité

69Pour la référence temporelle du tableau N, le temps est fractionné et utilisé comme unité de mesure et de quantification de termes abstraits et concrets.

Tableau N

GE

BW

ESP

an age and a half of shouting
three months of nights
all these weeks of waiting
a good while of standing waiting
a full year of splitting our hands

decades of easy profits
about two hours of DVD-quality video
months of preparation
three weeks of treatment

Tableau comparatif des partitifs à référence temporelle

70Les partitifs métaphoriques du tableau O servent uniquement de quantificateurs ‘dosant’ des termes abstraits. Il est tout à fait normal et prévisible de ne pas en trouver un grand nombre dans la colonne « ESP », compte tenu de son caractère scientifique. En revanche, la langue journalistique spécialisée, à mi-chemin entre les deux autres niveaux de langue, en fait un usage assez conséquent.

Tableau O

GE

BW

ESP

a dart of affection
a fist of fatigue
a fountain of enthusiasm
a faint smell of madness
a spark of inspiration
a touch of sadness
a wave of compassion

a dollop of confidence
a dose of luck and skill
a flood of abuse
gobs of goodwill
a large heap of faith
a ray of hope

this avalanche of words

Tableau comparatif des partitifs métaphoriques

71Afin de compléter l’étude déjà exhaustive de la quantification dans le groupe nominal, nous aimerions attirer l’attention sur certains classificateurs qui n’ont pas une entrée dans les dictionnaires et que nous avons cependant rencontrés au cours de l’exploitation de notre corpus. En premier nous reprendrons quelques exemples relevés dans le corpus représentatif de l’anglais général, ensuite nous citerons ceux rencontrés dans les articles de la presse spécialisée :

(29) … but it made not a scran of difference.
… and pewk at the little scran of weather we met.
… and it was a little scran of what looked like skin.
(30) … a frenzy of steamers.
(31) … a good fill of rum.

  • 6 Dans l’OED, ce terme est l’équivalent du terme ‘scrap’, qui signifie ‘petit bout, bribe, fragment, (...)

72Le terme ‘scran’ est tout simplement inexistant dans un grand nombre de dictionnaires6 ; cependant on sent bien qu’il remplit le rôle d’un classificateur pouvant être l’équivalent de « un peu de » dans les exemples ci-dessus. ‘Frenzy’ exprimerait quant à lui l’idée de « profusion de ». ‘Fill’ prendrait le sens de « une rasade de ».

73Pour les cas suivants, très proches de constructions métaphoriques, le lecteur devra faire appel à des constructions paraphrastiques afin d’interpréter les classificateurs :

(32) … a gnat-minute’s worth of regret.
(33) … half a hospital’s worth of doctors.
(34) … a pea-knuckle of pride.
(35) … steams of Arapaho hair.

74Dans les articles de presse spécialisée, nous reprendrons les classificateurs suivants :

(36) … this new breed of laptop PC ( = type, génération de …).
(37) … a bucket brigade of computers ( = une chaîne d’ordinateurs).
(38) … a flood of angry e-mail ( = un déluge, avalanche de).
(39) … page after page after page of lies and innuendo ( = suite interminable de).
(40) … a tranche of government shares ( = une portion de).

75Nous voyons à travers ces exemples l’étendue des types de classificateurs et des possibilités de création qui sont offertes aux auteurs selon leurs besoins propres et leurs styles particuliers.

Conclusion

76Au terme de cette étude, nous espérons avoir pu mettre en lumière les structures de quantification dites partitives et la manière dont la langue, à travers les différents niveaux étudiés, se les approprie afin de produire une kyrielle insoupçonnée de syntagmes au service de l’expression de la quantité, aussi infime ou aussi grande soit-elle. Les retombées pédagogiques de l’étude comparative réalisée sont principalement orientées vers une meilleure lecture du processus de quantification lorsque l’on passe de la langue générale à la langue de spécialité. On observe que ce passage se traduit dans bien des cas par un glissement d’expressions de la langue de tous les jours qualifiées de (très) familières vers une langue plus soutenue et supposée technique qui est celle de la presse spécialisée (ex. a slew of* weapons, a raft* of finance business, rafts* of data and reports, oodles* of batteries, scads* of companies, gobs* of goodwill). Un tel glissement serait considéré comme un écart ou une incorrection inacceptable dans des textes de langue de spécialité pure, où la norme reste de rigueur.

77L’analyse des différents contextes d’occurrence des structures partitives dans les corpus analysés a mis en évidence un aspect important intimement lié à la quantification par partition : l’accord entre le verbe et le sujet introduit par un partitif. Cet aspect mérite que l’on s’y attarde plus longuement et qu’on lui consacre une étude approfondie en vue d’en explorer et comprendre les mécanismes de fonctionnement. Nous espérons développer une telle analyse dans le cadre de travaux de recherche ultérieurs.

Haut de page

Bibliographie

Anglais Général

Kneale, M. 2001. English Passengers. Londres : Penguin Books Ltd.

Morrison, T. 1993. Jazz. New York : Penguin Books Ltd.

Morrison, T.1994 : The Bluest Eye. Londres : Vintage Random House.

Morrison, T. 1999. Paradise. Londres : Vintage.

Anglais de la presse spécialisée

BusinessWeek
1994 : May 9. 1996 : Sept. 9 / 16 ; Oct. 7 ; Nov. 18. 1997 : May 5 ; June 30 ; Dec. 8. 1998 : Jan. 26 ; March 16 / 30 ; May 4 ; June 8 / 15/ 29 ; Nov. 9. 1999 : March 15 ; May 31 ; June 14. 2000 : Feb. 14 / 21 ; May 29. 2002 : May 20 ; June 10 ; Sept. 9/ 16/ 23 ; Oct. 7 / 21 / 28 ; Nov. 4 / 11 /18 / 25 ; Dec. 16. 2003 : Jan. 20 ; Feb. 10 ; Spring 2003 ; March 17 ; May 19 ; Sept 15 ; Nov. 17 / 24 ; Dec. 8 / 15 /22. 2004 : Feb. 23.

The Economist
1998 : Oct. 31 ; Nov. 6. 2000 : Jan. 29 ; Feb. 4 ; June 3 / 9 ; Sept. 9 / 15 ; Nov. 11 / 17. 2003 : Apr. 19 / 25.

Anglais de Spécialité

Cochran, W. G. 1977. Sampling Techniques. 3rd edition. New York : John Wiley & Sons.

Jackson, H. & E. Z. Amvela. 2000. Words, Meaning and Vocabulary. An Introduction to Modern English Lexicology. New York : Cassell Wellington House.

Références bibliographiques

Adamczewski, H. 1993. Grammaire linguistique de l’anglais. 4e édition. Paris : Armand Colin éditeur.

Hoeksema, J. 1996. « Introduction ». In Hoeksema, J. (ed). Partitives : Studies on the Syntax and Semantics of partitive and related constructions. Berlin/New York : Mouton de Gruyter, 1-24.

Jackendoff, R. 1997. In de Hoop, H. A Semantic reanalysis of the partitive constraint. LINGUA 103.Utrecht University, the Netherlands, 151-174.

Lapaire, J.-R. & W. Rotgé. 1991. Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

Larreya, P. & C. Rivière. 1999. Grammaire explicative de l’anglais. Paris : Longman Université.

Roggero, J. 1979. Grammaire anglaise. Nathan Université. Information. Formation.

Selkirk, E. 1977. « Some Remarks on Noun Phrase Structure ». In Akmajjan, A., P. Culicover & T. Watson, (eds). Studies in Formal Syntax. New York : Academic Press.

Documents Internet

Dodge, E. & A. Wright. 2002. « Herds of Wildebeest, Flasks of Vodka, Heaps of trouble : An Embodied Construction Grammar Approach to English Measure Phrases ». Proceedings of the 28th Annual Meeting of the University of California, Berkeley. http://framenet.icsi.berkeley.edu/papers/dodge_wright.doc.

Kennedy, C. 2003.a. « Partitivity and Measurement in NP ». Ling 471. Northwestern University. Fall 2003. http://www.ling.nwu.edu/~kennedy/Classes/471/F03/H4_partitives.pdf.

Kennedy. C. 2003b. « Measure Terms and Classifiers ». Ling 471. Northwestern University. Fall 2003. http://home.uchicago.edu/~ck0/classes/nu/471/F03/H5_classifiers.pdf.

Selkirk, E. 2004. In Helen Stickney. « The pseudo-partitive, extrapolation, and predication within the DP ». Eco5 Syntax Workshop. UMASS Amherst., March 7. http://www.ling.umd.edu/Events/SyntaxConf/HO/Stickney-HO.pdf.

Haut de page

Notes

1 Ce travail fait suite à une communication faite lors du séminaire de recherche du Centre Interlangue d’Études en Lexicologie (CIEL) organisé le 13 décembre 2004 à l’UFR EILA de l’Université Paris 7 Denis Diderot.

2 Le terme ‘pseudo-partitif’ a été introduit par Selkirk (1977) pour faire référence aux constructions de quantification dans lesquelles on trouve la préposition ‘of’, mais qui ne sont pas partitives. La différence entre ces deux structures n’a jamais été clairement établie ; certains linguistes considérant les ‘pseudo-partitifs’ comme des dérivés de structures partitives sous-jacentes.

3 Il existe une théorie qui stipule que les structures dites partitives contiennent initialement deux noms principaux, le premier appelé « part-noun » et le second « whole-noun », dont l’un est silencieux (« silent noun ») suite à un effacement phonétique. Dans l’exemple suivant : three (books] of the books, le premier « books » serait celui qui subirait l’effacement phonétique dans la structure partitive, donnant ainsi : « three of the books ». Dans un même ordre d’idée, Hoeksema (1996 : 3) reprend le terme « empty word » utilisé par Jackendoff et Selkirk et qu’ils symbolisent avec le terme « PRO » dans la représentation graphique qu’ils font de la structure partitive : « Jackendoff proposed the structure below, where an empty head element PRO serves as the head of the construction : all PRO of the men ».

4 La numérotation des exemples est de Kennedy.

5 BNC : The British National Corpus. http://www.hcu.ox.ac.uk/BNC/. La numérotation des exemples est de Dodge & Wright.

6 Dans l’OED, ce terme est l’équivalent du terme ‘scrap’, qui signifie ‘petit bout, bribe, fragment, etc. de quelque chose.’ Au sens figuré, on le retrouve dans des tournures du genre ‘there isn’t a scrap of evidence’, ou ‘there wasn’t a scrap of truth in it’.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1
Légende Classificateurs : partitifs généraux
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2081/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mourad Boughedaoui, « Quantification dans le groupe nominal : étude comparative des structures partitives de quantification avec « of » en anglais général et en anglais de spécialité », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVI N° 1 | 2007, 51-71.

Référence électronique

Mourad Boughedaoui, « Quantification dans le groupe nominal : étude comparative des structures partitives de quantification avec « of » en anglais général et en anglais de spécialité », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVI N° 1 | 2007, mis en ligne le 12 janvier 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://apliut.revues.org/2081 ; DOI : 10.4000/apliut.2081

Haut de page

Auteur

Mourad Boughedaoui

Mourad Boughedaoui est maître de conférences à l’Institut Universitaire de Technologie de Paris 5 où il enseigne l’anglais de spécialité. Ses thèmes de recherche s’articulent autour de l’étude des caractéristiques lexicologiques et morpho-syntaxiques de la langue de spécialité.

mourad.boughedaoui@univ-paris5.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page