Navigation – Plan du site

Vol. XXXI N° 3 | 2012
La certification en langues - État des lieux

La certification en langue est un sujet de débat récurrent dans l’enseignement supérieur. Lors du XXVIIIe Congrès de l’APLIUT (juin 2006), sur le thème « Normes et normalisation dans l’enseignement des langues », une table ronde sur les certifications ainsi que plusieurs communications ont mis en lumière une certaine confusion au niveau de l’offre de certification en soulignant les imprécisions, les contradictions, voire les incohérences contenues dans les instructions ministérielles, dans les programmes des formations et même dans l’énoncé du Cadre européen de référence pour les langues (CECRL). Le congrès s’est donc clôturé sur de nombreuses interrogations. Six ans plus tard, alors que la nécessité d’une certification en langues à l’issue des cursus universitaires s’impose aux Centres de langues et aux formations LANSAD (Langue pour spécialistes d’autres disciplines), les questions sont toujours nombreuses : quel est le meilleur moyen de valider les compétences en langues ? Comment optimiser l’enseignement pour aider les étudiants à atteindre le niveau de certification qu’ils recherchent ? Dans quelle direction l’offre a-t-elle évolué sur le marché français et étranger ? Nous espérons, avec ce numéro de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, apporter quelques précisions sur les évolutions dans le domaine de la certification.
Ce volume contient quatre textes consacré à la certification : deux articles sur le Certificat de compétences en langues de l’enseignement supérieur (CLES) qui semble l’emporter dans les universités françaises et dont la mise en œuvre continue à évoluer, un texte qui compare quatre certifications en espagnol disponibles pour les étudiants français, et un article sur le choix d’une certification et sur la préparation à la certification en français dans le contexte universitaire tunisien. Un article hors thème et quatre recensions d’ouvrages complètent ce Cahier.