Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Le volume intitulé « Normes et normalisation dans l’enseignement des langues » contient plusieurs t (...)

1Le XXVIIIe Congrès de l’APLIUT (juin 2006), sur le thème « Normes et normalisation dans l’enseignement des langues », a placé la certification au centre des débats1. La table ronde sur les certifications ainsi que plusieurs communications ont mis en lumière une certaine confusion au niveau de l’offre de certification en soulignant les imprécisions, les contradictions, voire les incohérences contenues dans les instructions ministérielles, dans les programmes des formations et même dans l’énoncé du Cadre européen de référence pour les langues (CECRL). Le congrès s’est donc clôturé sur de nombreuses interrogations.

2Six ans plus tard, alors que la nécessité d’une certification en langues à l’issue des cursus universitaires s’impose aux Centres de langues et aux formations LANSAD (Langue pour spécialistes d’autres disciplines), les questions sont toujours nombreuses : quel est le meilleur moyen de valider les compétences en langues ? Comment optimiser l’enseignement pour aider les étudiants à atteindre le niveau de certification qu’ils recherchent ? Dans quelle direction l’offre a-t-elle évolué sur le marché français et étranger ? Nous espérons, avec ce numéro de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, apporter quelques précisions sur les évolutions dans le domaine de la certification.

3Ce volume contient quatre textes consacré à la certification : deux articles sur le Certificat de compétences en langues de l’enseignement supérieur (CLES) qui semble l’emporter dans les universités françaises et dont la mise en œuvre continue à évoluer, un texte qui compare quatre certifications en espagnol disponibles pour les étudiants français, et un article sur le choix d’une certification et sur la préparation à la certification en français dans le contexte universitaire tunisien.

4Un article hors thème et quatre recensions d’ouvrages complètent ce Cahier.

5Laurent Rouveyrol se penche sur les fondements linguistiques du CLES et explore la représentation langagière induite en amont de l’épreuve d’interaction verbale du CLES 2. Dans le cadre du scénario qui lui est proposé, le candidat doit accomplir une mission et négocier une solution avec son binôme, à partir d’un point de vue imposé qu’il doit défendre, en tenant compte de la mise en situation globale du dossier. L. Rouveyrol montre que, dans cette épreuve d’interaction dyadique, la perspective actionnelle prônée par le CECRL, sur laquelle repose le CLES, rejoint la conception interactionnelle de la langue définie par Bakhtine. En effet, en confiant au candidat deux macro-tâches (orale et écrite) en fin de chaîne, le CLES prend en compte les genres de discours et considère l’apprenant comme un véritable acteur social en interaction avec son environnement socioculturel.

6Cédric Brudermann, Christine Demaison et Faouzia Benderdouche s’appuient sur la nécessité de prendre en considération le contexte, les besoins et les objectifs de la certification en langues pour les étudiants et les enseignants et présentent un dispositif qui s’articule autour de trois volets : la création d’un test de positionnement, l’adossement des enseignements au CECRL et la certification des compétences par le CLES. L’article revient sur les trois premières années de la mise en œuvre du projet à l’université Pierre et Marie Curie (Paris), analyse les résultats obtenus et anticipe sur l’évolution du dispositif.

7Carlos Meléndez Quero propose une comparaison des quatre certifications (CLES, DCL, BULATS et DELE) actuellement acceptées par le Ministère de l’Éducation nationale pour attester de la compétence en langue espagnole. Il fonde son analyse sur les critères établis par Bachman et Palmer (1996) pour évaluer l’utilité d’un test : fiabilité, validité, authenticité, interactivité, impact et faisabilité. L’auteur conclut cependant que, au final, le choix du diplôme ou du test de langue à adopter appartient à l’enseignant et au candidat, selon des critères personnels et en fonction des objectifs de chacun et du contexte d’apprentissage.

8Mohammed Msalmi présente un projet d’implantation de la certification en langue française dans le milieu universitaire tunisien, après l’adoption du système LMD (Licence-Master-Doctorat). L’auteur apporte des éléments permettant de choisir la certification la plus adaptée, et de concevoir le contenu d’une unité d’enseignement intitulée « français : préparation à la certification ». L’article rend compte des résultats d’une double enquête menée auprès des étudiants de deux mastères (recherche et professionnel) et de leurs enseignants de français de spécialité, pour cerner leurs besoins respectifs.

9Le dernier article publié dans ce Cahier est un hors thème qui traite de l’interlangue.

10Nicolas Guichon et Cathy Cohen présentent les résultats d’une étude pilote visant à définir le rôle joué par la métacognition dans le développement des compétences langagières, notamment quand des apprenants d’une langue étrangère sont confrontés aux traces filmées de leur propre performance orale. L’expérimentation relatée ici s’est déroulée en deux temps : des apprenants ont d’abord été filmés alors qu’ils réalisaient une tâche de production orale en anglais ; ils ont ensuite visionné l’enregistrement de leur prestation orale, lors d’un entretien (également filmé) avec leur enseignant. Les auteurs cherchent à évaluer dans quelle mesure l’auto-confrontation a permis aux apprenants de développer des compétences de repérage en L2 et de prendre conscience de leurs erreurs.

11Ce volume contient également des recensions de quatre ouvrages.

12Geneviève Bordet et Elsa Pic font un compte rendu très complet d’un ouvrage sur l’état de la recherche en anglais de spécialité en France, Corpus-informed Research and Teaching in ESP, co-édité par Alex Boulton, Shirley Carter-Thomas et Elizabeth Rowley-Jolivet.

13Marie-Annick Mattioli signe une recension de l’ouvrage La didactique des langues interrogée par les compétences, dans lequel Jean-Jacques Richer précise le concept de compétence au regard du CECRL et redéfinit la notion de tâche et l’approche actionnelle en didactique des langues.

14Noëlla Gaigeot rend compte du volume coordonné par Anne Chateau et Dominique Macaire, Mélanges CRAPEL, N° 32, numéro spécial « Pratiques d’accompagnement(s) des apprenants en présentiel et à distance ».

15François Maniez présente l’ouvrage de John Humbley et Oscar Torres Vera, La traduction trilingue : Traduire du français vers l’anglais et l’espagnol, destiné en particulier aux étudiants de Langues étrangères appliquées.

16Nous remercions les évaluateurs et les relecteurs qui ont contribué à la publication de ce volume. Bonne lecture à tous.

Haut de page

Notes

1 Le volume intitulé « Normes et normalisation dans l’enseignement des langues » contient plusieurs textes issus des communications de ce congrès ainsi que le compte rendu de la table ronde animée par Gail Taillefer. Les Cahiers de l’APLIUT, vol. XXVI N° 2, juin 2007. http://apliut.revues.org/1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXI N° 3 | 2012, 12.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXI N° 3 | 2012, mis en ligne le 06 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/2985

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Rédactrice en chef de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’APLIUT
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page