Navigation – Plan du site
Articles

Place et rôle du lexique spécialisé dans les discours de français commercial et économique

The place and role of specialized vocabulary in the discourses of commercial and economic French
Jean-Marc Mangiante
p. 27-39

Résumés

Dans les textes commerciaux et économiques, la spécialisation du lexique utilisé relève de son emploi par des locuteurs spécialistes du sujet. À l’origine, certains termes du lexique courant ont pris un sens spécialisé, dérivé d’une signification ayant un lien avec le monde socio-économique. Cette relation apparaît associée aux opérations professionnelles reliant les personnes ainsi qu’à leur positionnement socioprofessionnel au sein d’un processus de communication spécialisée, que le discours commercial induit. À ces emprunts au lexique courant, complétés souvent par des apports étrangers, s’ajoutent des créations de termes spécialisés qui ont vocation à enrichir le lexique général.

Haut de page

Texte intégral

1Les statistiques, les données chiffrées et un lexique spécialisé tiennent une place importante dans le discours commercial et économique, notamment dans la mesure où ils favorisent les comparaisons entre des agents économiques ou des situations réparties dans le temps ou l’espace. Pour ce qui relève du lexique, la définition des agents et facteurs économiques ou celle de ce qu’il convient d’appeler les agrégats (données officielles) apparaissent indispensables à la compréhension des opérations rencontrées et des phénomènes à interpréter.

2Le lexique spécialisé, issu du lexique courant, emprunté à d’autres langues ou créé pour les besoins de la communication commerciale, contribue à cette détermination des objets économiques du discours, situés dans la réalité extra-langagière et à laquelle il se réfère.

3Nous essaierons ici, au travers de quelques-unes de ses caractéristiques, de dégager l’origine de la spécialisation de ce lexique et les circonstances d’apparition de la sémie économique de certains termes spécialisés, au cours de l’évolution historique de la langue. Dans la même perspective, nous étudierons certains apports étrangers et les confusions sémantiques qu’une comparaison permet de discerner. L’étude de quelques caractéristiques du lexique économique, qui ne se veut pas exhaustive, permettra de mettre en évidence des applications pédagogiques débouchant sur une classification d’exercices terminologiques (lacunaires, QCM…) utiles aux apprenants étrangers, afin de mieux cerner sa place et son rôle dans les discours du domaine.

4Le fondement de son caractère spécialisé par rapport au lexique dit courant, ses spécificités sémantiques et les différents processus par lesquels le lexique économique a pu s’enrichir au gré des évolutions de la discipline, font apparaître aussi un espace de positionnement et d’interdépendance des locuteurs au sein d’un discours de hiérarchie et de rapports de force.

1. Éléments constitutifs du lexique spécialisé

1.1. Quel lexique spécialisé ?

5Le lexique spécialisé rencontré dans les différents textes dont nous citerons des passages n’informe pas seulement sur le statut et la profession de chaque locuteur ou agent, ni sur la nature de chaque opération ou fonction économique, il permet aussi d’établir des comparaisons qui orientent le discours vers une hiérarchisation des tâches et des personnes. Les statistiques et les données chiffrées facilitent ces comparaisons tout en donnant un certain recul aux informations économiques en les plaçant en perspective, en les situant dans le temps ou l’espace. Ce qui apparaît déterminant dans le discours économique, c’est le rapport entre les personnes et les faits, ces derniers n’étant souvent accessibles au destinataire que si la fonction et la position des intervenants sont explicitées.

  • 1 Petit Robert.

6Ainsi, les différents types de revenus ne sont assimilables que si la position des bénéficiaires est clairement définie. Par exemple, le traitement est une rémunération qui n’a pas la valeur économique habituelle du contrat de travail, et donc de l’échange force de travail-valeur du travail (rétribution), il ne se comprend que si les caractéristiques du bénéficiaire, le fonctionnaire, sont préalablement explicitées : recrutement généralement sur concours, anonymat certain dans la relation avec l’employeur – l’État – appartenance à un corps, notion de grade, grille, notation administrative, service public... Dès lors, le traitement s’inscrit en toute logique dans cette série de critères administratifs liés au statut du fonctionnaire : il révèle toute son origine lexicale, il est associé au comportement à l’égard d’une personne1, il se calcule non pas en fonction du marché mais des besoins pour vivre évalués par l’autorité administrative, besoins qui augmentent avec l’ancienneté de la personne et qui sont plus importants selon les fonctions occupées. D’une façon générale, l’équation « faits économiques-position des personnes » se traduit dans le discours soit par des verbes établissant une hiérarchisation ou un positionnement, soit dans la personnalisation des structures (emploi fréquent des pronoms personnels), soit dans la spécificité même des éléments lexicaux employés. Ces derniers, comme l’indiquent les différentes rémunérations, proviennent du lexique général dont ils gardent les sémies correspondant à la détermination souhaitée. Ainsi le terme traitement est appliqué à la rémunération depuis 1582, et fait suite (1549) à la signification « action de nourrir, de soigner », comme une sorte d’extension.

7Les termes capital, travail et entreprise procèdent d’un cheminement comparable. Le capital, issu lui-même de l’adjectif apparu au XIIe siècle (du latin capitalis), apparaît en 1567 avec le sens d’une somme constituant une dette et c’est au XVIIe qu’il désigne la somme que l’on fait valoir dans une entreprise, soit la signification dont est issu son sens commercial actuel, et dont il garde néanmoins certaines nuances d’origine, puisque le capital fait bien partie du passif dans le bilan de l’entreprise (passif = ressources, capital ; actif = utilisation du capital). Le travail dans son acception économique apparaît véritablement au XIXe siècle (notamment dans les ouvrages de K. Marx) avec la composante de rétribution. Son sens spécialisé provient de la notion d’activité, de labeur et de production de ce qui est utile apparue en 1471, elle-même issue de la désignation de la période d’accouchement où se produisent les contractions aboutissant à l’expulsion du foetus (1160). Quant au terme entreprise, il est révélateur du positionnement et de la hiérarchie des agents économiques, évoqués plus haut, de par son apparition au sein du lexique spécialisé, en 1798, comme organisation de production de biens ou de services à caractère commercial, dérivée d’opération de commerce (1699), et de entreprinse (1393) : différence entre deux personnes

8Il n’y a donc pas, à proprement parler, de lexique spécialisé, que ce soit en économie ou dans d’autres spécialités, mais une utilisation spécialisée de termes du lexique courant par des spécialistes d’un domaine donné pour accomplir une opération langagière spécifique au sein d’une communication spécialisée. Cet usage particulier du terme détourné l’enrichira d’une nouvelle sémie.

9L’opération inverse est d’ailleurs possible. Un terme apparu selon une signification spécialisée peut être appliqué à un contexte général. Ainsi le terme inflation emprunté à l’anglais en 1920 (provenant néanmoins du latin inflatio, enflure au XVe) désigne par extension (1925) « l’augmentation excessive d’un phénomène ».

1.2. Procédures de création lexicale au sein du domaine économique

10La comparaison entre les termes économiques dans différentes langues permet de repérer les difficultés lexicales des apprenants de français commercial. De nombreux termes spécialisés en français économique sont relativement récents et ont été introduits pour trouver un équivalent aux termes anglais correspondants. Les relations commerciales ont été régies principalement par cette langue, et le sont encore dans une large mesure, essentiellement depuis la révolution industrielle commencée en Angleterre, dans le « pays noir », durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

11Ainsi certains termes comme publipostage pour mailing, mercatique pour marketing, portage pour piggy back ou co-entreprise pour joint-venture, datent seulement de quelques dizaines d’années. Ces termes français, introduits récemment, sont destinés à proposer un équivalent aux termes anglais lorsqu’ils n’en ont pas. Ainsi, publipostage directement construit à partir de publicité et de postage, et introduit en 1973, est recommandé officiellement par la Délégation générale à la Langue Française (DGLF) pour remplacer l’anglicisme mailing. Il est à noter que le mot a été élaboré artificiellement exactement selon l’opération désignée : prospection publicitaire par voie postale. Le terme mercatique, par contre, doit sa construction au latin mercatus (marché), malgré son apparition tardive en 1974, et non, à l’origine, pour remplacer le terme anglais marketing ; il désigne en effet une branche du marketing : l’étude des aspects théoriques et généraux de la vente. Par extension, il est recommandé pour remplacer le terme marketing.

12L’utilisation du terme portage relève d’une démarche sensiblement différente puisqu’il s’agit d’un mot existant sous sa forme actuelle depuis 1260, tout naturellement issu du verbe porter, appliqué à l’origine à l’action de déplacer à dos d’homme une embarcation d’un cours d’eau à l’autre, étendu au transport à dos d’homme en général. Ici la démarche néologique a consisté à créer une extension sémantique, plus exactement à tirer de la signification du terme une sorte de sens figuré induit, d’utiliser sa faculté connotatrice, puisque, appliqué au langage commercial, le portage est l’action d’exporter des produits à travers le réseau de distribution d’une grande société bien implantée sur le marché international, de « se faire porter par elle » en quelque sorte. Le mot portage pour son équivalent anglais piggy back fait partie des remises à jour des arrêtés de terminologie des finances qui paraissent régulièrement au journal officiel. Enfin le cas de co-entreprise pour joint-venture consiste en un recours classique à la procédure d’affixation, le préfixe “co” désignant la coopération d’entreprises, la mise en commun de compétences. Ces exemples couvrent les différents modes possibles de détermination de termes spécialisés : la fabrication à partir de mots existants, le recours à l’étymologie, méthode la plus traditionnelle comme pour la construction des termes médicaux à racine et affixes grecs élaborés aux XVII, XVIII et XIXe siècles, l’extension sémantique d’un mot existant, la construction par radical et affixe(s).

13Il convient de relever le rôle considérable joué par l’association Actions pour Promouvoir le Français des Affaires (APFA) qui, patronnée par la DGLF, participe à l’élaboration de termes spécialisés du domaine socio-économique et qui édite la brochure, régulièrement mise à jour, 1000 Mots d’Or des Affaires. Dirigée par Jean-Marcel Lauginié, l’association élabore de nouvelles expressions spécialisées, en collaboration avec des professionnels des affaires dans le but à la fois de rendre plus efficace l’action des entreprises par l’outil linguistique qui traduit le mieux leur spécificité. Il s’agit aussi de contribuer à maintenir un certain mode de pensée français : l’utilisation de mots anglais, que ce soit par défaut ou à la place de mots français, risque de se traduire, de notre point de vue, par une forme « d’anglicisation » de la pensée. Leur recueil participe aussi à une nécessaire harmonisation terminologique en tenant compte du travail des différentes commissions ministérielles de terminologie française et des organismes officiels canadiens et québécois, des arrêtés de terminologie des finances et de la commission générale de terminologie.

1.3. Les problèmes d’équivalence lexicale du domaine économique

14À la difficulté inhérente au domaine, s’ajoutent, pour les apprenants, les difficultés liées au passage en français des termes spécialisés qu’ils connaissent dans leur langue maternelle ou, dans un grand nombre de pays africains et asiatiques, en anglais. C’est particulièrement le cas des apprenants arabophones dont les études dans les disciplines commerciale et économique s’effectuent souvent en partie en anglais, surtout au Moyen Orient, et qui suivent des cours de français des affaires.

15Ainsi, certains termes utilisés dans une situation de communication du domaine commercial ou économique peuvent être mal compris et mal utilisés parce que leur traduction et leur emploi en anglais, dans le même domaine, entraînent des confusions. On peut citer l’exemple du terme contrôle ou du verbe contrôler. Apparu en français en 1422, il a le sens de vérification faite, c’est à dire le plus souvent a posteriori, comme on vérifie le déroulement d’un processus quand il a commencé à se dérouler et le Petit Robert cite comme exemples le contrôle d’une comptabilité, des billets de chemin de fer, des papiers d’identité, de la Cour des Comptes... En empruntant ce terme, l’anglais lui attribue un sens différent, celui d’une action réalisée a priori pour intervenir sur le déroulement d’un phénomène afin de le modifier, avant qu’il ne soit déclenché (self-control par exemple), et en particulier dans le domaine socio-économique : le birth-control, ensemble de mesures préventives pour limiter le nombre des naissances. Cette acception nouvelle du terme, qui peut être appliquée par des locuteurs français, entraîne ici une « anglicisation » du lexique spécialisé et donc de la pensée économique, et brouille le sens de certaines tournures. Ainsi, l’expression contrôle des prix : s’agit-il de la vérification des prix (sens de contrôle en français classique) ou de l’action entreprise pour les empêcher de monter (sens anglais, qu’il faudrait plutôt traduire par maîtrise) ?

16Par conséquent, il n’est pas exact de dire que certains termes spécialisés peuvent malgré tout, en particulier dans le français économique, avoir plusieurs sens dans le même domaine d’application (comme le mot contrôle par exemple) car cette polysémie peut provenir de problèmes de correspondance entre les langues, qui conduisent à des glissements de sens constituant un appauvrissement de la langue de spécialité. Les définitions des termes spécialisés doivent être aussi précises que possible dans chaque langue avant d’entamer les correspondances d’une langue à l’autre. Ainsi, dans les expressions précédentes, il conviendrait d’utiliser une palette plus large de termes spécialisés : la maîtrise des prix « versus » la vérification des prix, la régulation des naissances plutôt que le contrôle des naissances ou même le mot régulance, pour son « vêtement sonore » (Longchamp 1979).

17Cette apparente diversité des termes autour d’une notion particulière remet en lumière la thèse de Saussure sur l’arbitraire du signe linguistique qui, selon certains spécialistes du français fonctionnel, ne s’appliquerait que partiellement au discours spécialisé, notamment dans le cadre d’un cours de langue destiné à des spécialistes du domaine, dans leur langue maternelle (Malmberg 1967 : 90). Les langues de spécialité ne constituent pas un « sous-système linguistique » (Lerat 1995 : 15-16), mais présentent dans l’ensemble une « communauté de traits structuraux » avec la langue courante, choisis et organisés autrement que dans le discours ordinaire, selon une « substance sémantique spéciale », ignorée du profane mais connue du spécialiste étranger, dans sa langue maternelle. Ainsi, alors que pour ce dernier l’apprentissage du français courant nécessite « l’assimilation d’un autre système conceptuel lié à des conventions sociales arbitraires », celui du français de sa spécialité le renvoie à des concepts qui lui sont familiers. À cette « transparence sémantique » peuvent s’ajouter des similitudes formelles apparentes sur le plan lexical, en particulier entre des termes spécialisés anglais et français. Ces ressemblances aident à l’apprentissage, mais doivent être précisées lorsqu’il s’agit pour l’apprenant de repérer les termes dans un énoncé oral ou écrit, et de les utiliser lui-même dans le cadre d’une production.

1.4. Apprentissage du lexique commercial et économique et techniques de compréhension lexicale

18La connaissance des aspects morphosyntaxiques de la langue cible demeure indispensable. L’enseignement du lexique économique se fera donc à partir de l’exploration des réalisations discursives. Néanmoins, il est nécessaire de classer ce lexique pour en faciliter l’apprentissage, selon des critères définis de façon précise, par un classement qui suit les étapes de l’apprentissage, de la compréhension à l’expression : les critères thématiques et les critères sémantiques, en tirant partie des relations d’antonymie (amélioration/détérioration des échanges, crise/croissance, inflation/déflation...), de synonymie (inflation/stagflation, croissance/expansion/progression/développement), d’hyperonymie (liste des différents revenus par exemple) ; les critères morphosyntaxiques avec la mise en évidence de certaines séries génériques (loi, législateur, législation, législature, légiférer, légal, légalement, légalité), ou celle de certaines dérivations syntagmatiques les plus employées (déposer une motion/déposer/dépôt des conclusions) ; enfin des critères phonétiques et orthographiques (Gaultier & Masselin 1973).

19Le classement du lexique économique ne suffit pas et les apprenants devront l’utiliser dans le discours dans une perspective dynamique, par la compréhension et l’emploi de modalisations plus complexes. Par exemple et pour reprendre le cas du mot contrôle : « c’est le gouvernement français qui est responsable du contrôle de l’exécution du plan français ; c’est le gouvernement français qui a la responsabilité de contrôler l’exécution du plan français ; c’est au gouvernement français qu’il incombe de contrôler l’exécution du plan français ; le contrôle de l’exécution du plan français est du ressort du gouvernement ». L’activité consistera ici pour l’apprenant à passer d’une modalisation à l’autre et à comprendre pourquoi telle modalisation implique telle valeur.

20L’assimilation du lexique spécialisé dans le discours économique s’effectue, dans les programmes de préparation comme dans les examens de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris (CCIP), par le recours fréquent à des exercices lacunaires ou encore des QCM, dont un classement appliqué à l’apprentissage d’une langue de spécialité, a pu être réalisé (Lamailloux et alii 1993). Sans constituer systématiquement une forme d’évaluation sommative des connaissances, ces exercices relèvent « d’une perspective à la fois sémantique et discursive » selon laquelle « devraient être ré-envisagés les exercices à dominante lexicale » (Vigner 1984).

21Ces activités participent à l’assimilation du discours et à l’acquisition de la compétence d’expression écrite et orale et peuvent être classés en fonction d’une typologie formelle qui associe chaque compétence de communication à la tâche convenable, selon la progression d’apprentissage habituelle, de la compréhension à l’expression.

22Ainsi, on distinguera sept catégories d’exercices terminologiques : les textes lacunaires (ou tests de closure), les QCM surtout utilisés pour la compréhension, les mises en relation ciblées sur la compréhension écrite, les puzzles pour la compréhension textuelle, les tableaux pour la conceptualisation métalinguistique, les matrices de textes pour l’expression, les reformulations et réécritures visant la forme de l’expression, les textes lacunaires constituant l’essentiel des exercices lexicaux des programmes d’apprentissage notamment pour la préparation des examens de la CCIP.

23Ces exercices montrent l’importance des notions de cohésion et de cohérence textuelles pour l’interprétation correcte de l’information spécialisée, celle des redondances intra textuelles (les nombreuses références anaphoriques). De même la compréhension du type de discours facilite l’appréciation du sens des termes. Un discours à visée argumentative ou explicative orientera l’apprenant vers le bon choix lexical, surtout s’il dispose de la liste des termes à utiliser dans la complétion, l’exercice devient une discrimination terminologique en compréhension écrite permise grâce au contexte discursif (Pou & Sanchez 1993) :

[« Le document de base du contrat de transport maritime est la propriété de la marchandise. La ..................................... est quant à elle la preuve du contrat d’affrètement. Au départ ou à destination de la France, le contrat de transport routier peut être matérialisé soit par une ....................................., soit par une .......................................
charte-partie, connaissement, convention, feuille de route, lettre de transport, lettre de voiture, récépissé.]

24Le texte de type explicatif et définitoire permet une sélection du terme spécialisé par le sens et la connaissance du mécanisme du commerce international. Dans ce cas, l’exercice lacunaire s’oppose à l’exercice « à trous » constitué de phrases isolées, dépourvues de contexte, répondant davantage à un objectif métalinguistique, vérifiant souvent les acquisitions lexicales d’une leçon précédente. Il convient donc de distinguer les exercices lacunaires vérifiant le « vocabulaire passif », ou l’aptitude à comprendre les mots rencontrés dans un texte (comme dans l’extrait), de ceux ne comportant aucune indication et qui vérifient le « vocabulaire actif », ou l’aptitude à employer les termes spécialisés (Davoine 1995). De même, un travail axé sur la synonymie, par le recours à des QCM, consistant à remplacer des mots soulignés en contexte par un synonyme proposé parmi plusieurs distracteurs, sera nécessaire.

25Ce type d’activité qui cerne la place du lexique spécialisé au sein du discours économique, permet à l’apprenant de contrôler sa capacité de lecture, d’anticipation et de compréhension. Il lui donne l’occasion de distinguer les termes selon des « sèmes pertinents et des compatibilités de co-occurrences ou de collocations » qui déterminent la fonction remplie par le lexique spécialisé au sein du processus d’énonciation.

26Le lexique révèle, par son emploi dans le discours, en quoi il contribue à placer les locuteurs, les uns par rapport aux autres ou par rapport aux faits économiques, dans un schéma de communication spécialisée.

2. Rôle du lexique spécialisé dans les relations économiques interpersonnelles

2.1. Lexique spécialisé et positionnement des locuteurs par rapport aux faits économiques

27Il serait réducteur et inexact de considérer les discours commerciaux et économiques, issus de la presse spécialisée, d’ouvrages de référence et de documents officiels, fréquemment exploités dans les programmes de français des affaires, comme des textes purement informatifs et descriptifs destinés à présenter aux destinataires une situation réelle sur laquelle ils n’ont pas de prise directe et dont ils n’ont qu’à enregistrer les phénomènes. Une étude fréquentielle plus approfondie des structures linguistiques permet de révéler un discours de relations, d’échanges et d’interdépendance qui se manifeste par la mise en tableau ou circuit des informations économiques, la nominalisation des actions entreprises par les différents acteurs qui renforce leur schématisation et réduit leur implication et leur responsabilité dans les opérations économiques (Hagège 1985 : 268). Ainsi l’énoncé suivant : « L’entreprise est un agent économique dont la fonction principale est la production de biens et de services » sera plus fréquent que « L’entreprise est un agent économique qui produit des biens et des services ». De même, on peut remarquer aussi l’emploi des prépositions exprimant l’échange : contre, en échange de...

28Le lexique spécialisé détermine aussi la relation entre les agents et les faits économiques selon un schéma discursif qui s’apparente à celui du langage juridique. À la hiérarchie des personnes et des faits économiques entre eux, correspond une hiérarchisation de l’information au sein du discours. Les faits commerciaux ou économiques, mis en exergue, assurent la progression et la cohésion de l’énoncé et apparaissent comme la partie rhématique du discours économique. Les relations entre les personnes ou agents économiques, qui souvent précèdent la réalisation des opérations, permettent, quant à elles, la compréhension des faits, assurent la cohérence du discours économique et en constituent ainsi la partie thématique, selon la distinction sémantique de deux types de notions fonctionnelles : le thème (ce dont on parle) et le rhème (ce qu’on en dit).

29C’est à l’interface du fait économique et de la position du locuteur dans le dispositif, que se situe le lexique spécialisé : des termes commerciaux comme franchise, concessionnaire, co-entreprise, filiale... indiquent à la fois le processus de vente à l’exportation et le rôle des partenaires, de même, dans le secteur des revenus, les termes fermage, gages, honoraires, traitement, prestations, pension, salaires, prime ou profit placent d’emblée le lecteur dans le secteur économique convenable et dans une relation professionnelle spécifique.

30Cette implication du lexique spécialisé dans la relation entre les faits économiques et le positionnement des personnes fait penser au langage juridique, à la terminologie du droit, dans lesquels les faits constatés et les procédures sont intimement liés au statut des personnes. L’introduction par la CCIP, d’un certificat de français juridique parmi les examens pour étrangers confirme que la langue des affaires s’est convertie et se convertit encore aux structures particulières du discours juridique.

31Le monde du commerce présente un discours où les échanges s’intensifient, se négocient et se finalisent par contrat. Par conséquent, l’assimilation par les étudiants de cette influence du discours juridique sur celui des affaires nécessite une connaissance des notions du droit comme le révèlent les études réalisées par le département des examens de la CCIP sur l’imprégnation du discours économique par une terminologie juridique spécialisée (Rimbert 1996). Par exemple, un terme comme acte est associé à des notions très différentes selon que l’on se réfère au langage commun ou à celui du droit commercial : agir/action pour le premier, forme de contrat pour le second, lié encore à la position des personnes ou « parties ». De même, des mots comme propriété, personne, absence, disparition, servitude ont été en quelque sorte détournés de leur sens général. D’autres ont acquis en droit un sens particulier : bonne foi, motif légitime... Les informations juridiques sont révélatrices, en droit socio-économique, de la relation entre les faits et le statut des personnes, notamment, dans cet extrait :

[Art. L.122-14 – Alinéa 1 - L’employeur, ou son représentant, qui envisage de licencier un salarié doit, avant toute décision, convoquer l’intéressé par lettre recommandée en lui indiquant l’objet de la convocation. Au cours de l’entretien, l’employeur est tenu d’indiquer le ou les motifs de la décision envisagée et de recueillir les explications du salarié.]

32Ici les personnes ne sont définies que par leur fonction. Les actes de licencier, convoquer et indiquer, par rapport à celui d’expliquer, sont accessibles à l’apprenant par le truchement de la relation employeur/salarié.

33Le discours juridique apparaît ici à la fois comme impersonnel et comme déterminé, dans ses tournures et son lexique, par la position des personnes et les relations qu’elles entretiennent entre elles et vis à vis des faits économiques. Le lexique spécialisé y remplit ainsi une fonction sociale au sein du monde professionnel. Cette fonction s’exprime en particulier dans des rapports de force et d’interdépendance dans la sphère micro-économique de l’entreprise.

2.2. Part du lexique dans la production d’un discours de relations, d’échanges et d’interdépendance

34C’est dans les situations de communication du monde de l’entreprise et du commerce que le lexique spécialisé s’inscrit le plus dans un schéma actif entre des locuteurs en situation de dépendance. Cette situation caractéristique des entreprises est avant toute chose celle du travail, du contexte professionnel, du rapport employeur/salarié, des relations entre employés et cadres... Les discours des chefs d’entreprise orientent dans une certaine mesure les discours sociaux produits par les médias sur les questions relatives à la structure de l’économie et aux problèmes de société. Sur le problème du chômage, associé souvent dans le discours à celui des flux migratoires, par exemple, ils peuvent exercer une influence en en réduisant les causes structurelles à des motifs ethniques dépendant des différences culturelles opposées au processus d’intégration dans l’entreprise et donc, par extension, d’intégration à la société.

35C’est du moins la théorie de Teun A. Van Dijk, chercheur de l’Université d’Amsterdam, membre du Programme d’Analyse du Discours et du Center for Research into Texts, Information and Communication In Society (CRITICS), groupe de recherches international.

36Après des études sur la grammaire textuelle dans les années 1970, Van Dijk se consacre à l’analyse sociopolitique du discours (critical discourse analysis) et s’intéresse, à partir de 1980, à des thèmes sociaux et politiques et, plus particulièrement, au racisme en Europe, à la manière dont il s’exprime, se « reproduit » et « est légitimé » à travers le discours. À partir d’entretiens avec des directeurs du personnel, Van Dijk analyse le discours des chefs d’entreprise sur le thème du marché de l’emploi, des qualifications et de la main d’œuvre d’origine étrangère. Bien qu’ils nient dans un premier temps pratiquer le moindre ostracisme envers la population étrangère au niveau des recrutements, ils finissent, dans leur grande majorité par justifier le fort taux de chômage des minorités immigrées par des raisons d’ordre socioculturel, exprimées dans des expressions comme : insuffisante maîtrise linguistique, différences culturelles, carences éducatives, absence de motivation...

37Cette étude a montré que plus de 60 % des employeurs néerlandais préfèrent embaucher un homme blanc plutôt qu’une femme ou un homme issu d’une minorité immigrée (Van Dijk 1996). Ces conclusions n’ont naturellement pas ici une valeur démonstrative et généralisatrice qui placerait le discours de l’entreprise au sein d’une problématique morale et sociale qui n’est pas notre propos. Néanmoins, elles méritent leur place ici dans la mesure où elles constituent une illustration sur l’aspect relationnel de ce discours, lieu d’une certaine forme de classement des personnes, de dépendance et d’influence. Les locuteurs cherchent l’adhésion de leurs interlocuteurs selon une démarche empirique au cours de laquelle des constats, souvent sans valeur scientifique ou représentative, servent de fondement au raisonnement argumentatif.

Conclusion

38Le lexique spécialisé révèle, par ses conditions d’apparition et d’évolution comme par celles de son emploi, les caractéristiques discursives des textes du domaine commercial et économique, qui le différencient du discours général et du discours scientifique. Il désigne les relations d’interdépendance unissant les personnes ou agents économiques qui définissent les opérations économiques et déterminent, en grande partie, le déroulement des faits. C’est dans cette perspective que le lexique spécialisé contribue à positionner les personnes au sein d’une hiérarchisation sociale davantage perceptible dans un discours de relations de travail et de négociation où les rapports de force s’exercent.

39La communication au sein de l’entreprise est devenue une composante essentielle de son action et de ce qu’il est convenu d’appeler la « culture d’entreprise », aussi bien pour une meilleure efficacité, que dans le cadre du développement des instances de la parole des salariés (projets d’entreprise, groupes d’expression des salariés, cercles de qualité), ou encore de la promotion d’une communication interne tournée vers des techniques de multimédias (messageries, lettres d’entreprises, sites Internet...). Même si cette communication spécialisée ne relève pas de notre propos, son évocation révèle le lien étroit entre la spécificité du lexique économique et le caractère pragmatique et interactionnel du discours économique.

40En effet la spécificité du lexique ne relève pas d’une catégorisation du lexique courant au sein duquel il constituerait une « sous-catégorie » car le critère d’appartenance au domaine de spécialité, des termes étudiés, est extérieur au discours lui-même (Lerat 1995). Ce caractère provient d’une fréquence d’emploi, par des spécialistes du domaine, et qui est réduite à des contextes particuliers et à une utilisation dans des situations professionnelles spécifiques. L’appartenance au domaine de spécialité révèle la part prise par le lexique dans la détermination des interactions hiérarchisées, des relations d’interdépendance et des rapports de force.

41C’est la spécialisation du lexique qui montre les normes relationnelles convenues et personnalisées des locuteurs spécialistes au sein du discours économique. Les échanges communicatifs y excluent une certaine spontanéité, des rôles précis y sont distribués en fonction de la position des personnes, les actes de langage sont déterminés par des rapports de pouvoir et de savoir. On y constate notamment une répartition de la parole en fonction de « droits d’initiative largement pré-distribués » (Lacoste 1990).

42Les significations spécialisées des termes utilisés dans le domaine commercial sont le plus souvent dérivées de celles du lexique courant appliquées justement aux relations interpersonnelles : entreprise, société, action (dette active à l’origine), obligation, salaire

Haut de page

Bibliographie

Danilo, M. & B. Tauzin. 1990. Le Français de l’Entreprise. Paris : CLE international.

Davoine, J.-P. 1995. « Langues de Spécialité ». Le Français dans le Monde n° 272. Vanves : Hachette.

Gaultier, M.-Th. & J. Masselin. 1973. « L’Enseignement des Langues de Spécialité à des Étudiants Étrangers ». Langue Française n° 17. Paris : Larousse.

Hagège, C. 1985. L’homme de paroles. Paris : Folio Essais.

Lacoste, M. 1990. « Un regard nouveau sur le travail et l’entreprise : autour de l’ethnographie de la communication ». Publics Spécifiques et Communication Spécialisée. Paris : Hachette, Édicef.

Lamailloux, P., M.-H. Arnaud & R. Jeannard. 1993. Fabriquer des Exercices de Français. Paris : Hachette éducation.

Lauginie, J.-M. 2002. 1000 Mots d’or des affaires. Paris : Foucher, collection Langues de France.

Lerat, P. 1995. Les langues spécialisées. Paris : PUF.

Longchamp, R. 1979. Coopération entre la Langue arabe et la Langue française. Communication au colloque d’Hammamet, Tunisie, 16 au 20 mai 1978. Paris : Conseil International de la Langue Française.

Malmberg, B. 1967. « Systèmes lexicaux et Systèmes conceptuels ». Les Langues de Spécialité. Analyse Linguistique et Recherche Pédagogique. Actes du Stage de Saint-Cloud, 23/30 novembre 1967.

Pou, G. & M. Sanchez. 1993. Commerce affaires. Paris : CLE international, collection Entraînez-vous.

Rimbert, E. 1996. « Langue Française, Culture Juridique et Certification ». Le Français dans le Monde n° 279. Vanves : Hachette.

Van Dijk, T.À. 1996. « De la grammaire de textes à l’analyse sociopolitique du discours ». Le Discours : Enjeux et Perspectives. Paris : Hachette, Édicef.

Vigner, G. 1984. L’Exercice dans la Classe de Français. Paris : Hachette.

Haut de page

Notes

1 Petit Robert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Mangiante, « Place et rôle du lexique spécialisé dans les discours de français commercial et économique », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 4 | 2002, 27-39.

Référence électronique

Jean-Marc Mangiante, « Place et rôle du lexique spécialisé dans les discours de français commercial et économique », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 4 | 2002, mis en ligne le 07 février 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4109 ; DOI : 10.4000/apliut.4109

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Mangiante

Docteur en Sciences du langage (Université de Provence), ancien attaché de coopération pour le Français au Moyen-Orient durant 11 ans, Jean-Marc Mangiante est Chargé de mission à l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page