Navigation – Plan du site
Articles de recherche

L’apprentissage par problèmes : une méthode active d’enseignement des langues étrangères pour spécialistes d’autres disciplines

Problem Based Learning: an Active Method for the Teaching of Languages for Specific Purposes
Marcelo Tano

Résumés

Les méthodes actives (MA) se présentent comme une évolution actuellement perceptible en éducation, secteur dans lequel des courants convergent vers l’apparition d’un nouveau paradigme dans les pratiques pédagogiques où les visions du modèle conventionnel sont remplacées par celles d’un modèle émergent. Ces méthodes sont particulièrement adaptées pour proposer des activités interactives dans l’enseignement des langues pour spécialistes d’autres disciplines (Lansad). Mais il en existe une qui, bien qu’adaptée aux exigences d’apprentissage du milieu universitaire, n’est pas encore très implémentée. Il s’agit de l’enseignement des langues étrangères basé sur la résolution de problèmes connu sous le nom d’apprentissage par problèmes (APP). Les enseignants du secteur Lansad connaissent-ils cette méthode ? L’appliquent-ils ? Si oui, sous quelles conditions de mise en œuvre ? Cette contribution répondra, entre autres, à ces questions en fournissant des renseignements qualitatifs et quantitatifs issus d’une enquête ad hoc. Ces informations permettront de constater le niveau d’utilisation des MA dans l’enseignement des langues dans l’enseignement supérieur et d’analyser les exigences pratiques qui peuvent faciliter ou entraver la mise en place de l’APP dans les cours.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Les langues étrangères face aux nouveaux paradigmes de la pédagogie universitaire : vers la généralisation des méthodes actives

1Enseigner et apprendre une langue étrangère (LE) est un défi conditionné par de nombreuses variables, notamment par des situations d’interaction. Lorsque celles-ci ont lieu dans un contexte stimulant, les apprentissages peuvent augmenter sensiblement si la méthode de travail adoptée permet à la fois un enrichissement personnel et collectif. Dans le cadre de l’enseignement-apprentissage des LE dans le contexte concernant les langues pour spécialistes d’autres disciplines (Lansad), la qualité de ce qui sera enseigné et appris dépendra en grande partie non seulement de la motivation de chaque enseignant pour enseigner et de chaque étudiant pour apprendre mais aussi de la façon de transmettre et d’acquérir l’instrument linguistique.

  • 1 La méthode active est née à la fin du XIXème siècle mais elle a pris un nouvel essor à la fin du XX (...)

2Certaines modalités de travail facilitent la prise de contrôle par l’étudiant. C’est le cas des méthodes actives (MA)1 grâce auxquelles l'étudiant devient constructeur de son savoir. Autrement dit, bien que la démarche soit guidée par l’enseignant, le savoir n'est pas intégré et reproduit passivement mais construit activement par l’étudiant avec la médiation, en cas de besoin, des autres membres du groupe-classe. Cette évolution actuellement perceptible en éducation fait converger des courants vers l’apparition de ce que nous pourrions appeler un « nouveau paradigme » dans les pratiques pédagogiques où les conceptions du modèle conventionnel sont complétées ou remplacées par les visions d’un modèle émergent.

3Dans son séminaire « La didactique des langues-cultures comme domaine de recherche », Puren définit la notion de méthode tout à la fois comme « un principe, un objectif et l’ensemble des procédés correspondants de mis en œuvre ». Nous reproduisons dans la figure 1 ses explications.

Figure 1. Un exemple de méthode pour l’enseignement des langues vivantes : la méthode active. Figure adaptée de Puren.

4Comme le formule Poteaux, passer du paradigme de l’enseignement au paradigme de l’apprentissage implique rompre avec le modèle « j’enseigne, donc vous apprenez ». Certains auteurs comme Langevin et Villeneuve (18) considèrent à juste titre qu’on est passé « d’une formation centrée sur l’enseignement d’une discipline [...] à une formation centrée sur l’apprentissage où l’étudiant se voit confier un rôle plus actif dans sa formation ». Les observations que nous présentons dans la figure 2, où nous proposons un résumé synthétique de ces deux tendances, montrent certains éléments sur lesquels porte ce changement dans le domaine des LE.

Figure 2. Modèles actuellement utilisés dans l’enseignement-apprentissage des LE (Tano « Les méthodes actives »).

1.2. L’apprentissage « profond » comme condition pour l’acquisition active des langues étrangères

5Comme nous pouvons le voir dans l’aperçu présenté dans la figure 2, l’apprentissage se construit selon des processus développés par les étudiants en fonction des activités qu’ils réalisent. Les résultats de ces processus peuvent être classés selon deux catégories d’apprentissages (De Miguel Díaz 75) : l’apprentissage « superficiel ou déclaratif » et l’apprentissage « profond ou fonctionnel ». L’enseignant devrait connaître les clés méthodologiques qui déterminent ces deux types d’apprentissage car la qualité de son agir dépendrait de sa capacité à stimuler l’apprentissage en profondeur. La modalité la mieux adaptée pour obtenir un apprentissage profond consisterait donc à impliquer l’étudiant dans un travail personnel et autonome suivi d’un travail collectif en groupe où il apprendrait dans et par l’action.

6L’apprentissage profond est rarement présent dans l’enseignement frontal, unidirectionnel et monologué. Endrizzi (4) rappelle que, traditionnellement, on distingue deux grands types de conceptions de l’enseignement :

Une approche orientée ‘contenus’ et centrée sur l’enseignant, où les étudiants sont considérés comme les destinataires plutôt passifs des contenus transmis par l’enseignant ; une autre orientée ‘apprentissage’ et centrée sur l’étudiant, où l’enseignant s’attache davantage à faciliter les apprentissages.

7Il nous semble donc qu’une approche centrée sur l’étudiant pourrait rendre possible un apprentissage profond, concept clé des MA qui s’appuient fondamentalement sur l’idée suivante :

  • 2 Traduit de l’espagnol par l’auteur. Texte original : El alumnado se implicará de forma más motivada (...)

Les étudiants s’impliqueront de façon plus motivée dans les processus d’apprentissage si la conception de l’enseignement favorise un rapport étroit entre ce qu’ils réalisent dans leur formation académique et ce qu’ils feront dans leur vie professionnelle future2. (Vera Giménez 2)

8L’articulation du modèle de formation avec le profil du professionnel que l’on souhaite former revêt une importance capitale. Nous ne pouvons plus parler des apprentissages dissociés des besoins réels des étudiants. C’est pour cela que les programmes universitaires ont de plus en plus tendance à être conçus en fonction de l’évolution du marché du travail. La prise en compte de ces besoins a forcément une incidence sur la façon de travailler des enseignants et des étudiants. Il faudrait donc penser les situations d’enseignement pour soutenir l’apprentissage profond. Nous partageons les observations de Lison et Jutras (2) à ce sujet :

Bien qu’encore beaucoup utilisées, les approches pédagogiques basées sur l’enseignement magistral en classe sont remises en question puisque ce type d’enseignement n’est pas considéré comme optimal pour la préparation à l’exercice professionnel. C’est pourquoi, graduellement et non sans heurts, des professeurs (…) ont commencé à proposer (…) des programmes centrés sur la prise en charge de l’apprentissage par les étudiants eux-mêmes.

9Il nous semble que les MA peuvent s’avérer plus adaptées au profil des étudiants d’aujourd’hui puisqu’elles transfèrent la responsabilité à l’apprenant qui devient actif dans l’acquisition de la LE grâce notamment à un partage d’expériences où la toile de fond est l’apprentissage collaboratif. L’attitude collaboratrice des étudiants développe la pensée critique et l’autoévaluation et, surtout, elle permet l’acquisition de compétences professionnelles propres au travail en équipe souvent demandé dans les entreprises et les organisations.

10L’apprentissage des LE basé sur des MA ne se limite donc pas à l’écoute et à la prise de notes. Au contraire, il implique pleinement l’étudiant dans une prise de conscience des éléments qu’il lui faut apprendre pour mieux réutiliser la LE afin de parvenir à la réalisation des activités proposées par le professeur. Il existe un grand nombre d’activités basées sur des MA que les enseignants de LE du secteur Lansad proposent à leurs étudiants selon des usages très divers. Nous pouvons brièvement mentionner les jeux de rôles, les simulations, les tâches, les projets, les études de cas, etc.

11Mais il existe une méthode qui, bien que particulièrement adaptée aux exigences d’apprentissage de la filière universitaire Lansad, n’est pas encore très implémentée en France. Il s’agit de l’enseignement-apprentissage des LE basé sur la résolution de problèmes connu initialement sous le nom anglais problem based learning (PBL), répandu sous le nom espagnol aprendizaje basado en problemas (ABP) et traduit en français par apprentissage par problèmes (APP).

1.3. L’APP dans l’enseignement supérieur : essai de contextualisation

12Depuis une cinquantaine d’années, l’APP est utilisé dans l’enseignement de l’ingénierie, la physique, les mathématiques, la médecine, l’infirmerie, l’odontologie, l’économie, et même dans les études philologiques et littéraires. Le choix de cette méthode sur des domaines si divers obéit principalement aux résultats encourageants obtenus grâce à son application Pour mieux comprendre les raisons de son émergence, il faudrait placer l’APP dans un contexte plus large. Ainsi, depuis les sciences de l’éducation, Rué et al (26) rappellent que

  • 3 Traduit de l’espagnol par l’auteur. Texte original : Los estudiantes actuales van a estar activos p (...)

[l]es étudiants actuels seront des professionnels actifs dans les prochaines décennies. Ils devront exercer leur profession dans une période caractérisée par des changements massifs, accélérés et constants qui les amènera immanquablement vers un apprentissage autodirigé tout au long de leur vie […]. Le besoin de s’adapter à ces changements exigera le développement d’habiletés spécifiques3.

13Dans un tel contexte, il est légitime de s’interroger sur la façon de préparer adéquatement les étudiants à leur future vie professionnelle. Le cumul de connaissances ne semble plus suffire pour s’intégrer à une société qui réclame de plus en plus la maîtrise des connaissances traduites en habiletés. Dans le domaine des langues de spécialité (LSP), une récente enquête concernant l’apprentissage de ces langues en écoles d’ingénieurs (Tano « Analyse des besoins » 17) indique que pour 90% des étudiants sondés « les objectifs d’apprentissage […] devraient viser le développement des compétences ». Les étudiants souhaitent ainsi acquérir des savoirs opérationnels afin de développer des compétences communicatives grâce l’usage de la LE.

14Dans ce contexte, l’APP pourrait être la toile de fond sur laquelle se feraient les activités d’apprentissage linguistique en rappelant, toutefois, qu’en dehors du changement de méthode et des contenus du programme pédagogique, la mise en place de l’APP implique une difficulté supplémentaire liée au changement culturel. Un certain nombre d’études font état des écueils à surmonter pour impulser ce genre de projet éducatif. Font (16) nous alerte :

  • 4 Traduit de l’espagnol par l’auteur. Texte original : El cambio cultural requiere tiempo, tiempo en (...)

Le changement culturel requiert du temps pour changer les attitudes, pour se former et pour s’organiser. Cela exige des structures plus flexibles. On ne peut pas espérer des résultats plausibles et satisfaisants du jour au lendemain4.

2. Le cadre théorico-pratique de l’apprentissage par problèmes

2.1. Définition de l’APP

15De façon générale, nous constatons qu’il existe autant de définitions que de chercheurs s’intéressant à l’APP. Pour l’intérêt de ce travail, nous allons nous appuyer sur une définition assez complète qui a le mérite de résumer en peu de mots l’esprit de cette méthode. Dans leur chaire de pédagogie et didactique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, Atmani et Stainier (1) définissent l’APP de la façon suivante :

C'est une méthode qui transfère le poids de l'enseignement de l'enseignant à l'étudiant. Le processus d'apprentissage dans cette méthode débute par un problème. Les étudiants sont invités à discuter entre eux à partir d'une situation problématique de la vie réelle. Ils se posent des questions qui pourraient être transformées en sujets ciblés d'apprentissage. En analysant les problèmes, les connaissances déjà acquises sont réactivées et les étudiants sont motivés à trouver des réponses à leurs propres objectifs d'étude, au moyen d'activités dynamiques et indépendantes. Ainsi, la connaissance non seulement est mieux retenue, mais aussi plus facilement retrouvée lors de situations pratiques.

16Afin d’expliquer en quoi consiste l’APP, il convient de rappeler que, dans un processus d’apprentissage conventionnel, le cheminement adopté est principalement linéaire. L’enseignant expose l’information (ce qu’il faut savoir), exige l’appropriation de cette information par l’étudiant (ce qu’il faut apprendre) et demande une application de cette information (ce qu’il faut retenir). Dans le cas de l’APP, les étapes sont inversées : on présente d’abord le problème, on identifie les besoins d’apprentissage, on cherche l’information nécessaire pour, à la fin, revenir au problème de manière cyclique. La figure 3 présente un schéma de ce dernier cheminement didactique.

Figure 3. Les étapes de base de l’APP (Tano « Les méthodes actives »).

17Appliquée dans l’enseignement-apprentissage des LE, cette méthode se base sur l’analyse d’une situation vraisemblable, tirée de la vie réelle et proche de la pratique professionnelle des étudiants et, par ce fait, contextualisée. Cette situation pose ou génère un problème qui nécessite une investigation approfondie pour être résolu, raison pour laquelle les étudiants feront appel à des connaissances préalables dans un but de transfert et d’intégration des savoirs. Le principe de base de l’APP, qui est la confrontation de l’étudiant avec un certain nombre de situations-problèmes, est spécialement adapté pour l’acquisition des compétences langagières (et non plus seulement des connaissances linguistiques).

2.2. Les caractéristiques de la situation-problème et sa mise en œuvre pédagogique

18Andreu-Andrés et García-Casas considèrent que les « bons » problèmes ont tous la caractéristique d’être conçus pour capter l’attention des étudiants et les motiver pour qu’ils trouvent des solutions appropriées. Selon ces auteurs, un problème bien élaboré

  • 5 Traduit de l’espagnol par l’auteur. Texte original : […] Ha de relacionarse con un tema de la vida (...)

[…] (d)oit être en relation avec un thème de la vie réelle, de telle sorte que les étudiants participent avec intérêt à la recherche d’une solution en prenant des décisions justifiées, basées sur des faits et des informations consultées, en expliquant les étapes ou les processus suivis pour le résoudre5. (38)

19La situation-problème proposée initialement par l’enseignant ne doit pas décourager les étudiants en raison de sa difficulté. En ce sens, Sockett (32) nous alerte sur le « risque de surcharge cognitive dans toute activité d'apprentissage impliquant la résolution de problèmes ». Dans le contexte Lansad, il s’agit de résoudre un problème par l’utilisation d’une LE, qui peut être une langue générale (LG) ou une langue de spécialité (LSP), prenant en considération l’impact de cette double charge d’apprentissage. La difficulté cognitive de la tâche ne doit pas faire obstacle à la communication. Une situation-problème bien conçue répond donc à trois grands traits qui la caractérisent : a) elle est connectée à des connaissances préalables ; b) elle introduit une certaine controverse pour qu’il y ait des avis différents sur le sujet et c) elle permet d’arriver à une fin ouverte où les réponses correctes ne seront pas uniques.

20Dès le départ, les étudiants s'entraînent à définir eux-mêmes la situation-problème, à trier l'essentiel de l'accessoire, à synthétiser et à résumer les informations, à identifier les phénomènes en cause, à générer des hypothèses pour une interprétation rationnelle, à circonscrire les questions d'étude pour aller chercher les informations pertinentes. Cette démarche, proche de celle du chercheur scientifique, permet d'insister autant sur l'investigation (le processus) que sur le contenu issu de l’analyse (le produit). Pour que le lecteur se fasse une idée plus concrète de l’utilisation que l’on peut faire de l’APP en LSP, nous proposons un exemple concret d’application dans les annexes 1 et 2.

2.4. Le tandem travail individuel / travail en équipe dans l’APP

  • 6 Le temps de travail personnel est inversement proportionnel au temps de travail en groupe car le no (...)

21Comme la plupart des MA, l’APP privilégie le travail en équipe car les tâches interactionnelles se font en groupe. Cependant, cette approche accorde aussi une place prépondérante à l’apprentissage individuel car on compte généralement plus de travail personnel quand on applique cette méthode6. Selon Raucent et al (18) en effet : « Le groupe sert avant tout de levier puissant pour optimiser l’apprentissage individuel des étudiants […] ». Bien qu’une partie du processus d’apprentissage se fasse en groupe, l’APP n’annule pas la production individuelle ; au contraire, il met celle-ci au service d’une production collective.

22Le travail collaboratif est une notion indissociable de l’APP car le développement de compétences proprement communicatives n’est possible que dans l’interaction avec autrui. C’est pour cette raison que le travail en équipe développe plus d’habiletés que le travail solitaire (et souvent non partagé) effectué par un seul individu. Le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) rappelle l’intérêt du travail en équipe :

Pour certains apprenants, notamment (mais pas seulement) les plus lents, le travail en sous-groupe, qui suppose que la compréhension de l’oral ou de l’écrit se fasse en collaboration, aura vraisemblablement pour effet l’exécution réussie de la tâche, plus que ne l’aurait eu un travail individuel. En effet, les apprenants se partagent les différentes opérations de traitement et s’apportent une aide et un feed-back mutuels sur leur compréhension. (Conseil de l’Europe 126)

  • 7 Un certain nombre de théories éducatives (Lewis, Cartwright et Zander, Vygotsky) défendent l’idée q (...)

23L’APP améliore les habiletés personnelles à travers l’échange7, la confrontation, l’argumentation, l’élaboration d’un produit final consensuel et partagé par le groupe. Pochet (103), explique que l’étudiant doit « apprendre à s’adapter à un groupe qui a son propre fonctionnement et dans lequel le système exige sa participation pour que l’apprentissage se réalise ».

24Pour certains auteurs, le groupe est une aide pour chacun de ses membres car c’est l’endroit du bilan des apprentissages. L’idée sous-jacente à ce choix didactique est la suivante (Galand et Frenay 37) :

En expliquant aux autres étudiants du groupe, en les écoutant et en argumentant l’élaboration de solutions, chaque étudiant est confronté naturellement à des « conflits » divers tels que : des contradictions entre sa réponse et les réponses des autres étudiants, des imprécisions dans ses propres réponses, des éléments neufs présents dans les discours des autres étudiants et absents de ses propres explications.

25Des spécialistes en LSP comme Andreu-Andrés et García-Casas (36) rappellent que l’APP est une méthode socioconstructiviste (Vygotsky 1978) qui sert à développer des stratégies permettant la résolution de problèmes en même temps qu’elle facilite l’acquisition de compétences chez des étudiants qui deviennent de chercheurs de solutions. Comme il arrive dans des situations de la vie réelle, les étudiants doivent faire face à des problèmes qui ont en général plusieurs solutions qu’ils arrivent à trouver de manière collaborative.

26Mais le travail collaboratif se fait grâce à des méthodes qui ne sont pas innées chez les étudiants (ni chez les enseignants). Raucent et al (10) l’expliquent ainsi : « Mettre les étudiants en groupe ne suffit pas. S’organiser, travailler, apprendre en collaboration doit s’apprendre ». Le travail en équipe doit donc faire l'objet d'un enseignement explicite car ces modalités ne vont pas de soi.

3. L’état actuel d’application des méthodes actives et de l’apprentissage par problèmes dans le secteur Lansad

  • 8 Les données françaises sur l’utilisation des MA dans l’enseignement-apprentissage des LE dans la fi (...)
  • 9 Le sondage s’est déroulé du 7 janvier au 31 mars 2015. Le questionnaire a aussi été relayé par des (...)
  • 10 Tous les résultats de ce sondage sont présentés dans un rapport dont le lien est le suivant : https (...)

27Dans le but de faire un état des lieux sur l’utilisation des MA8, et notamment de l’APP, par les enseignants de LE exerçant dans le secteur Lansad de l’enseignement supérieur français, nous avons élaboré et administré un sondage exploratoire9 qui leur a été exclusivement destiné. Notre méthodologie de recherche est donc basée sur une enquête d’opinion. Dans les pages qui suivent, nous présentons l’analyse des données recueillies10.

3.1. L’élaboration et l’administration d’une enquête ad-hoc

28Les éléments théoriques développés dans les précédents paragraphes ont été pris en compte dans l’élaboration d’un questionnaire intitulé « Les méthodes actives et l’apprentissage par problèmes dans le secteur Lansad ». Le sondage comportait 28 questions articulées en deux parties : une première partie consacrée à recueillir l’avis des enseignants concernant les MA dans l’enseignement-apprentissage des LE et une seconde partie qui visait le recueil des avis sur l’APP. Ce qui nous importait le plus c’était l’avis personnel des collègues sur les différents thèmes abordés.

29Ce sondage s’est exclusivement adressé aux enseignants et/ou chercheurs du secteur Lansad de l’enseignement supérieur français dans le but de réunir des renseignements quantitatifs et qualitatifs. Ainsi, les informations recueillies nous ont permis d’explorer la situation actuelle en LE dans les différentes formations de niveau universitaire en France.

30Un total de 258 enseignants de LE (qu’elle soit générale ou spécialisée) y ont participé. Dans la figure 4, nous indiquons la distribution des participants par type d’établissement.

Figure 4. Les 5 grands types d’établissements d’enseignement ayant participé dans l’enquête « Les MA et l’APP en Lansad » (Tano « Les méthodes actives »).

31Les cinq LE les plus mentionnées ont été l’anglais (48% des réponses), l’espagnol (31%), l’allemand (7%), le français (5%) et l’italien (4%).

3.2. Synthèse et analyse des avis des enseignants concernant les méthodes actives dans l’enseignement-apprentissage des langues étrangères

32Les avis majoritaires des enquêtés par rapport à l’utilisation des MA dans l’enseignement-apprentissage des LE nous a permis d’élaborer une synthèse des tendances observées que nous présentons dans la figure 5.

Figure 5. Les avis majoritaires des enseignants du secteur Lansad de l’enseignement supérieur français concernant l’utilisation des MA (Tano « Les méthodes actives »).

  • 11 Les données complètes concernant la première partie du sondage se trouvent dans le rapport accessib (...)

33Nous proposons ci-dessous une analyse synthétique des tendances observées dans cette première partie de l’enquête11.

34Dans l’enseignement supérieur français, il existe trois types d’approches pour enseigner les LE (chacune obéissant à une orientation différente) : les approches traditionnelle, communicative et actionnelle. Selon les contraintes d’enseignement et leur degré d’éclectisme dans leurs pratiques pédagogiques, les enseignants peuvent utiliser l’une de ces trois approches ou les combiner. Mais une majorité a déclaré appliquer l’approche communicative au détriment des deux autres. Nous constatons que l’approche actionnelle, préconisée par le CECRL, est pourtant peu adoptée par les enseignants enquêtés.

35C’est plutôt le professeur qui choisit la méthode pour enseigner en déterminant lui-même la meilleure façon de le faire. Il s’agit d’une très grande liberté qui lui est accordée. Nous pouvons nous demander si la méthode d’enseignement ne devrait pas faire partie du projet d’établissement comme résultat d’une consultation préalable du public concerné.

36Les enseignants qui connaissent les MA pensent très généralement (74 %) que l’enseignement doit mettre l’accent sur l’apprentissage pratique des LE, à partir de situations concrètes, permettant aux étudiants de développer des compétences communicatives. Mais un bon quart des enquêtés ne connaissent pas encore ces méthodes.

37Très peu d’enseignants (38 %) ont pu bénéficier d’une formation initiale pour appliquer les MA. C’est plutôt grâce à une volonté personnelle (autoformation) ou à une formation permanente (participation à des stages de perfectionnement ou des congrès) que certains arrivent à se former à ce sujet.

38En accord avec le choix de l’approche communicative majoritairement adoptée par les enseignants, ils ont fait savoir qu’ils proposent dans leurs cours des jeux de rôles, des exposés, des commentaires de documents audiovisuels, des simulations et des projets. Nous pouvons nous demander pourquoi ils ne mentionnent pas les tâches comme activités privilégiées l’approche communicative. Nous remarquons aussi qu’ils sont encore nombreux à faire de la grammaire de façon traditionnelle, ce qui justifie peut-être le nombre insignifiant d’enseignants qui déclarent appliquer la perspective actionnelle.

39Pour une très grande partie des praticiens (69 %) la modalité de travail plébiscitée est le travail en équipe. Nous constatons aussi qu’une minorité non négligeable (44 %) d’enseignants considère qu’il ne faut pas négliger le travail individuel dans l’apprentissage.

40Ces enseignants pensent également que les contenus des cours doivent être évolutifs pour s’adapter aux besoins réels des étudiants. Ils estiment que les connaissances à acquérir doivent être pratiques et contextualisées. Cette tendance confirme que le modèle actuellement émergent d’enseignement-apprentissage des LE en contexte Lansad possède ainsi des caractéristiques qui l’éloignent du modèle traditionnel.

41Les enseignants (67 %) voient l’étudiant plutôt comme un sujet proactif, c’est-à-dire, capable d’initiative parce qu’il se projette dans la suite de son apprentissage et dans son avenir professionnel.

42Pour plus de la moitié des enquêtés, les activités sont organisées de manière coopérative car les étudiants se partagent le travail et le mettent ensuite en commun en regroupant leurs productions.

43La moitié des enseignants intervient à la demande en tant que personnes-ressource. Ils assument pleinement leur rôle de facilitateurs des apprentissages. Mais il faut retenir que l’autre moitié des enquêtés n’adhère pas à cette vision. Nous pouvons en déduire qu’un bon nombre d’enseignants continuent à baser leurs pratiques sur une approche « contenus » (centrée sur un programme établi par l’enseignant) plutôt que sur une approche « processus » (centrée sur un programme à la carte en fonction des besoins réels des étudiants).

3.3. Synthèse et analyse des avis des enseignants concernant l’APP dans l’enseignement-apprentissage des langues étrangères

44Les commentaires des sondés par rapport à l’utilisation de l’APP dans l’enseignement-apprentissage des LE nous a permis d’élaborer une synthèse des principales tendances que nous présentons dans la figure 6.

Figure 6. Les avis majoritaires des enseignants du secteur Lansad de l’enseignement supérieur français concernant l’utilisation de l’APP (Tano « Les méthodes actives »).

45Comme pour la première partie de l’enquête, nous proposons ci-dessous une analyse synthétique des tendances observées dans cette deuxième partie.

46Ce qui surprend de prime abord est le pourcentage non négligeable de collègues qui affirment appliquer l’APP dans leurs enseignements. Pourtant, ils ont été nombreux à ne pas savoir si l’APP était déjà utilisée par d’autres professeurs. Cette situation laisse imaginer que les enseignants de LE, qu’ils enseignent la LC ou la LSP, ne parlent pas beaucoup entre eux sur l’usage de cette méthode.

47Selon les résultats de cette enquête, l’approche APP est une orientation de pédagogie générale qu’on peut utiliser de préférence à partir des niveaux d’apprentissage intermédiaires. Les niveaux B1 et B2 du CECRL sont préconisés par les collègues enquêtés afin de ne pas mettre en échec la bonne application de cette méthode. En effet, les étudiants qui travaillent les niveaux élémentaires A1 et A2 n’auraient pas encore suffisamment de connaissances linguistiques pour pouvoir affronter l’acquisition d’une LSP avec la méthode APP dès lors que les connaissances de la LC ne sont pas encore consolidées.

48Les enseignants interrogés pensent qu’une situation-problème bien élaborée doit motiver les étudiants pour qu’ils trouvent des solutions appropriées en échangeant des avis différents sur la solution et la manière d’y parvenir.

49Les enquêtés (73 %) considèrent que l’APP développe des compétences comme, par exemple, la prise d’initiatives et la capacité d’analyse et de synthèse. Ils remarquent que le travail en autonomie individuelle et le travail en équipe développent aussi des habiletés.

50Selon les enseignants (67 %) participant à notre sondage, le travail en équipe a certains avantages car il permet : d’améliorer des habiletés personnelles à travers l’échange, la confrontation et l’argumentation ; d’augmenter la motivation, l’intérêt et l’engagement ; de développer des compétences communicatives ; de prendre en considération ses interlocuteurs et développer l'écoute de l'autre et de s’entraîner à collaborer efficacement.

51Selon les enquêtés, l’APP développe aussi certaines compétences méthodologiques. Parmi elles, les plus pertinentes pour la population enquêtée seraient la communication efficace, l’organisation du travail individuel (en dehors du cours) et en groupe (en cours) ; la capacité à faire des choix dans la recherche des meilleures solutions à un problème et l’analyse critique des idées.

  • 12 À titre indicatif et selon l’organisation administrative des séances dans l’enseignement supérieur (...)

52Certaines variables pourraient réduire l’efficacité de l’APP dans un contexte Lansad, d’après l’avis des enquêtés. Il y aurait essentiellement deux facteurs négatifs de poids : le manque de participation active des étudiants et la taille trop importante du groupe-classe. Même s’il est possible de faire de sous-groupes au sein d’un grand groupe, la gestion de l’APP serait vraisemblablement plus efficace dans un petit groupe12. Nous voyons bien que l’adoption de l’APP impliquerait certaines conditions pour les établissements qui adhèrent à cette approche. Ils devraient changer la perspective de formation en remettant en cause l’organisation conventionnelle des enseignements ; ils devraient aussi prévoir la disponibilité de petites salles assez nombreuses pour un travail confortable en petits groupes. Mais, avant tout, ces établissements devraient former le personnel à une application efficace de cette méthode.

53Le choix de l’APP pour l’enseignement des LE impliquerait aussi certaines conditions pour les professeurs. Les principales exigences seraient : intervenir en tant qu’expert et facilitateur du processus d’apprentissage pour stimuler les étudiants dans l’actualisation des connaissances déjà acquises pour rechercher les solutions du nouveau problème. Ils devraient aussi poser les bonnes questions au bon moment, en adoptant des points de vue opposés pour faire avancer la réflexion, et vérifier que les étudiants ont identifié ce sur quoi ils doivent travailler pour atteindre leurs objectifs à partir du diagnostic de leurs propres besoins. Le professeur qui applique l’APP est donc amené à réaliser un certain nombre d’activités propres à cette approche. Les enseignants semblent d’accord pour dire que les trois principales activités seraient les suivantes : la supervision des travaux du groupe, le guidage des étudiants et la planification des activités communicatives.

54Choisir l’APP pour l’apprentissage des LE impliquerait finalement certaines conditions pour les étudiants. Ceux-ci devraient travailler en collaboration pour trouver des solutions de façon analytique, réflexive, critique et synthétique en faisant des recherches personnelles pour les mettre en commun par la suite avec le reste de la classe. Ils devraient être disposés à recevoir et donner des critiques constructives. Ils devraient aussi s’engager dans un effort d’identification de problèmes, de formulation d’hypothèses, de recherche d’information, de détermination des modalités de travail qui puissent conduire à des solutions. Il s’agira finalement pour eux de dépasser le stade de mémorisation de la connaissance pour atteindre le développement des attitudes et des habiletés pour l’acquisition de nouveaux savoirs.

55L’aspect pour lequel une grande majorité d’enseignants semble être d’accord (91 %) concerne le type de séance d’enseignement. Dans la perspective de l’APP, le travail de l’étudiant doit pouvoir être effectué grâce à des séances présentielles avec le professeur et, éventuellement, complété par des tutorats. L’implication la plus évidente de ces résultats est que le travail en autoformation guidée (sur une plateforme en ligne ou un centre de langues) ne semble pas suffire pour apprendre les LE dans une démarche APP.

56D’éventuelles réticences pourraient aussi entraver la mise en place de l’APP. Elles concernent le changement méthodologique pour l’enseignement-apprentissage des LE. On pourrait imaginer que ces réserves viendraient principalement des étudiants ou encore des dirigeants des établissements. Or il n’en est pas ainsi : les enseignants indiquent qu’ils sont eux-mêmes les plus réticents à l’adoption de l’APP. Un tel résultat nous amène à poser d’autres questions qui devraient faire l’objet de recherches complémentaires : si l’APP est une option de méthode adaptée au secteur Lansad, pour quelles raisons valables certains enseignants émettent-ils des réserves quant à son utilisation ? En attendant les résultats d’une nouvelle enquête à ce sujet et à partir des indicateurs qui sont maintenant à notre disposition, nous pouvons retenir qu’ils ne sont pas forcément réticents à l’application de l’APP mais simplement que certains enseignants s’estiment globalement incapables de le mettre en œuvre.

4. Conclusions

57Bien que les enseignants de LE du secteur Lansad connaissent les MA, notre enquête a révélé une situation paradoxale puisqu’ils n’ont reçu aucune formation pour l’application de ces méthodes qui, pourtant, ne sont pas nouvelles dans le domaine de l’enseignement. Cependant, ils semblent les appliquer puisqu’ils préconisent des activités basées sur l’échange qui motivent davantage les étudiants et augmentent leur engagement participatif. Les observations de ces enseignants sont claires : le travail collaboratif développe selon eux les compétences communicatives et permet d’améliorer les capacités personnelles à travers la confrontation et l’argumentation. Ce travail en équipe facilite aussi le développement des compétences méthodologiques et organisationnelles utiles pour l’exercice de la future profession des étudiants.

58En ce qui concerne plus particulièrement l’APP, les résultats de notre enquête nous permettent d’affirmer que les enseignants du secteur Lansad connaissent cette méthode. Lorsqu’ils l’appliquent, ils le font plutôt dans leurs cours de niveau intermédiaire car, en tout début d'apprentissage, les étudiants n'ont pas suffisamment de connaissances antérieures et il leur serait difficile, voire impossible, de gérer l'ensemble des informations nécessaires pour résoudre un problème de manière autonome. Nous concluons que, pour que le travail demandé ne devienne rapidement infaisable, il serait donc prudent d’appliquer l’APP avec des étudiants travaillant les niveaux intermédiaires (B1 et B2) en LC et qui n’auraient pas besoin d’une très forte guidance au moment d’aborder la LSP.

59Les avis majoritaires des collègues nous permettent de conclure que l’adoption de l’APP est conditionnée essentiellement par trois variables qui auront une influence sur son efficacité : a) les établissements devraient former le personnel à l’utilisation de l’APP ; b) les étudiants devraient accepter les grandes contraintes des MA : la responsabilisation, l’autonomisation et la participation active ; c) les enseignants devraient accepter de mettre en avant leur rôle de facilitateurs des apprentissages, à travers la planification, la supervision et le guidage, en modifiant profondément leur fonction classique de transmetteurs de savoirs. Notre enquête a révélé que c’est l’enseignant de LE qui, en définitive, décide de l’implémentation ou non de l’APP dans sa classe. En effet, les enquêtés pensent que l’adoption de l’APP repose principalement sur des décisions prises par le corps enseignant.

60Il ressort de cette contribution que l’APP suscite de nos jours un intérêt grandissant. Cependant, nous avons du mal à mesurer jusqu’à quel point cette méthode est vraiment suivie pour l’enseignement-apprentissage des LE. Lorsqu’il est suivi, l’APP rompt avec la méthode traditionnelle car elle ne maintient pas l’étudiant dans un rôle passif de récepteur d'informations ; au contraire, elle sollicite sa participation active pour exposer sa vision du problème, pour défendre oralement ses idées, pour développer une argumentation solide, pour déployer ainsi sa créativité grâce à l’usage de l’instrument linguistique.

61Nous ne connaissons pas très bien les effets de l’APP sur la qualité de l’apprentissage des LE et sur la motivation des étudiants, notions qui pourraient être l’objet d’un sondage complémentaire. Toutefois, nombreux sont les enseignants participant à notre enquête qui considèrent cette approche mieux adaptée pour développer des compétences cognitives de haut niveau (raisonnement, analyse, application) et des compétences sociales (plus grande autonomie, travail en équipe, résolution collective des problèmes).

62Au stade actuel des recherches, il serait prématuré de conclure à une supériorité de ce type de méthode par rapport aux autres approches plus conventionnelles car nous ne disposons pas encore d’indicateurs allant en ce sens. L’APP est plutôt d’une option d’innovation parmi tant d’autres mais il s’agit d’une méthode qui est progressivement en train de faire ses preuves malgré des facteurs limitants comme la peur du changement, les résistances académiques, l’immobilisme de certaines organisations éducatives et les habitudes pédagogiques bien ancrées.

63Centrée sur l’activité de l’étudiant, l’APP ne dénigre aucunement l’activité de l’enseignant qui devra veiller sans cesse à la qualité des supports qu’il propose, au degré de pragmatisme des situations-problèmes qu’il élabore, à la pertinence des questions qu’il pose, à la convenance du guidage qu’il assure, à l’adéquation des évaluations qu’il effectue. Si tant est qu’il faut une réforme des pratiques dans l’enseignement supérieur français, peut-être que celle-ci ne devrait pas être envisagée sans tenir compte de ce genre d’approche originale.

Haut de page

Bibliographie

Andreu-Andrés, Maria Ángeles, et Miguel-García Casas. « Aprendizaje basado en problemas aplicado a las lenguas de especialidad. » Ibérica, n° 19, 2010, pp. 33–54, aelfe.org, http://aelfe.org/documents/02_19_Andreu.pdf, consulté le 2 mai 2015.

Atmani, Nora, et Nadine Stainier. « ABC : Du Problem-Based Learning (PBL) ou apprentissage par problèmes (APP). » Chaire de pédagogie et didactique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, 2000, app.cegep-ste-foy.qc.ca/fileadmin/user_upload/APP/pdf/ABC__Lausanne.pdf, consulté le 20 mars 2016.

Conseil de l’Europe. Cadre européen commun de référence pour les langues: apprendre, enseigner, évaluer, Conseil de l’Europe, Division des politiques linguistiques, 2000.

De Miguel Díaz, Mario. « Metodologías para optimizar el aprendizaje. Segundo objetivo del Espacio Europeo de Educación Superior. » Revista Interuniversitaria de Formación del Profesorado, vol. 3, n° 20, 2006, pp. 71-91.

Endrizzi, Laure. « Savoir enseigner dans le supérieur : un enjeu d’excellence pédagogique ». Dossier d’actualité veille et analyses, n° 64, Lyon, École Normale Supérieure (IFE), septembre 2011, ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/64-septembre-2011.pdf, consulté le 2 mai 2015.

Font, Antoni « Presentación ». Monográfico : Aprendizaje basado en problemas, Revista de Docencia Universitaria, vol. 9, n° 1, 2011. p. 15‑16. http://red-u.net/redu/documentos/vol9_n1_completo.pdf, consulté le 23 octobre 2016

Galand, Benoit et Mariane Frenay. L’approche par problèmes et par projets dans l’enseignement supérieur - Impact, enjeux et défis. Presses universitaires de Louvain, 2005.

Langevin Louise et Louise Villeneuve. « Introduction. » L’encadrement des étudiants. Un défi du XXIe siècle, dirigé par Louise Langevin et Louise Villeneuve, Les Éditions Logiques, 1997, pp. 17‑26.

Lison, Christelle, et France Jutras. « Innover à l’université : penser les situations d’enseignement pour soutenir l’apprentissage. » Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, vol. 1, n° 30, 2014, ripes.revues.org/769.

Pochet, Bernard. « Le Problem-Based Learning, une révolution ou un progrès attendu ? ». Revue Française de Pédagogie, vol. 111, Institut National de Recherche Pédagogique, 1995, pp. 95-107. ife.ens-lyon.fr/publications/edition-electronique/revue-francaise-de-pedagogie/RF111.pdf, consulté le 1e juillet 2015.

Poteaux, Nicole. « Les langues étrangères pour tous à l’université : regard sur une expérience (1991-2013) ». Les dossiers des sciences de l’éducation, vol. 32, 2014, dse.revues.org, http://dse.revues.org/644.

Puren, Christian. « Trois exemples de méthodes ». La didactique des langues-cultures comme domaine de recherche, Dossier n°2, www.christianpuren.com/bibliothèque-de-travail/005/, consulté le 11 mars 2015.

Raucent, Benoit, et Elie Milgrom. Guide pratique pour une pédagogie active - Les APP, apprentissages par problèmes et par projets, Institut National des Sciences Appliqués de Toulouse et École Polytechnique de Louvain, 2011.

Rué, Joan, Antoni Font et Gisela Cebrián. « El ABP, un enfoque estratégico para la formación en educación superior ». Monográfico : Aprendizaje basado en problemas, Revista de Docencia Universitaria, vol. 9, n° 1, 2011. p. 25‑43. http://red-u.net/redu/documentos/vol9_n1_completo.pdf, consulté le 23 octobre 2016

Sockett, Geoffrey. « Les processus cognitifs de résolution de problèmes pour l’apprentissage des langues dans des environnements multimédias : Apprentissage informel et réseaux sociaux ». Recherches en didactique des langues et des cultures : Les cahiers de l’Acedle, vol. 8, n° 1, 2011, pp. 29-46.

Tano, Marcelo. Expertos. Curso avanzado de español orientado al mundo del trabajo, Difusión, 2009.

Tano, Marcelo. Analyse des besoins concernant l’enseignement-apprentissage de l’espagnol à l’ENIM, Rapport d’enquête, 2014, drive.google.com/file/d/0BwU7CGDkeLnJUnhWRFhmSU1RcVk/view?usp=sharing, consulté le 3 juillet 2015.

Tano, Marcelo. Les méthodes actives et l’apprentissage par problèmes dans le secteur Lansad, Rapport d’enquête, 2015, https://drive.google.com/file/d/0BwU7CGDkeLnJQmx3bXdpLWZwSG8/view?usp=sharing, consulté le 23 octobre 2016.

Vera Giménez, Jesús. Introducción al aprendizaje basado en problemas. Una guía para el alumnado, , Universidad de Valladolid, 2013, uvadoc.uva.es/bitstream/10324/1524/1/ABP.pdf, consulté le 23 avril 2015.

Vygotsky, Lev. 1978. Mind in Society. Cambridge : Harvard University Press.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Exemple de situation-problème en LSP :

Source : élaboration personnelle à partir des activités proposées dans le manuel Expertos (Tano « Expertos » 33).

Annexe 2

Exemple de démarche à suivre pour l’application de l’APP en LSP :

Source : élaboration personnelle à partir des activités proposées dans le manuel Expertos (TANO « Expertos » 33).

Haut de page

Notes

1 La méthode active est née à la fin du XIXème siècle mais elle a pris un nouvel essor à la fin du XXème siècle, dans les années 80, grâce à l’approche cognitive.

2 Traduit de l’espagnol par l’auteur. Texte original : El alumnado se implicará de forma más motivada en los procesos de aprendizaje si el diseño de la enseñanza les posibilita encontrar una relación estrecha entre lo realizado en su formación académica y su vida profesional posterior.

3 Traduit de l’espagnol par l’auteur. Texte original : Los estudiantes actuales van a estar activos profesionalmente en los próximos decenios. Deberán ejercer en un periodo caracterizado por cambios masivos, acelerados y constantes, lo que en relación con su profesión les llevará indefectiblemente a la necesidad de un aprendizaje autodirigido a lo largo de toda su vida […]. La necesidad de adaptarse a esos cambios exige el desarrollo de habilidades específicas que lo hagan posible.

4 Traduit de l’espagnol par l’auteur. Texte original : El cambio cultural requiere tiempo, tiempo en el cambio de actitudes, tiempo para la formación y tiempo para la organización, que exige estructuras más flexibles. No se pueden esperar resultados plausibles y satisfactorios de la noche a la mañana.

5 Traduit de l’espagnol par l’auteur. Texte original : […] Ha de relacionarse con un tema de la vida real, de modo que los estudiantes sientan interés por participar en su resolución, precisa que los participantes tomen decisiones justificadas, basadas en hechos e información que hayan consultado, y al mismo tiempo les exige que expliquen los pasos o procedimientos que han seguido para resolverlo. 

6 Le temps de travail personnel est inversement proportionnel au temps de travail en groupe car le nombre d’heures de travail évolue dans le sens contraire : selon l’activité, pour 2 heures de travail en groupe, nous pouvons facilement arriver à 4 ou 8 heures de travail à la maison (ou ailleurs).

7 Un certain nombre de théories éducatives (Lewis, Cartwright et Zander, Vygotsky) défendent l’idée que les étudiants apprennent plus efficacement lorsqu’ils interagissent entre eux.

8 Les données françaises sur l’utilisation des MA dans l’enseignement-apprentissage des LE dans la filière Lansad manquent cruellement de visibilité. Pour ce qui est des sondages sur l’utilisation de l’approche APP en LSP en France, nous n’en avons trouvé aucun mis à part le nôtre.

9 Le sondage s’est déroulé du 7 janvier au 31 mars 2015. Le questionnaire a aussi été relayé par des associations savantes qui ont accepté d’être associées à la diffusion de ce sondage : l’Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères (ACEDLE), l’Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur (AGES), l’Association des Grandes Écoles de commerce et de management (ADGECM), l’Association des Professeurs de Langues des Institut Universitaires de Technologie (APLIUT), l’Association des Professeurs de Langues Vivantes (APLV), l’Association des Professeurs des Classes Préparatoires Économiques et Commerciales (APHEC), l’Association Française pour la Diffusion de l'Espagnol (AFDE), l’Association Nationale des Langues Étrangères Appliquées (ANLEA), l’Association pour le Développement des Études Portugaises, Brésiliennes, d'Afrique et d'Asie Lusophones (ADEPBA), le Groupe d’Étude et de Recherche en Allemand de Spécialité (GERALS), le Groupe d’Étude et de Recherche en Anglais de Spécialité (GERAS), le Groupe d’Étude et de Recherche en Espagnol de Spécialité (GERES), l’Observatoire Européen du Plurilinguisme (OEP), la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur (SAES), la Société des Hispanistes Français (SHF), la Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur (SIES), la Société des Langues Néolatines (SLNL), la Société Française des Catalanistes (SFC), l’Union des Professeurs de Langue des Grandes Écoles (UPLEGESS), l’Union des Professeurs enseignant les disciplines Littéraires dans les classes préparatoires Scientifiques (UPLS).

10 Tous les résultats de ce sondage sont présentés dans un rapport dont le lien est le suivant : https://drive.google.com/file/d/0BwU7CGDkeLnJVnBubWhTMFNhUUU/view?usp=sharing

11 Les données complètes concernant la première partie du sondage se trouvent dans le rapport accessible à partir de l’URL : https://drive.google.com/file/d/0BwU7CGDkeLnJMnhkRkxydmlqOTQ/view?usp=sharing

12 À titre indicatif et selon l’organisation administrative des séances dans l’enseignement supérieur français, l’APP serait plutôt adapté aux travaux pratiques (TP = 12 étudiants par groupe) qu’au travaux dirigés (24 étudiants) ou qu’aux cours (à partir de 48 étudiants).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Un exemple de méthode pour l’enseignement des langues vivantes : la méthode active. Figure adaptée de Puren.
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5553/img-1.png
Fichier image/png, 90k
Légende Figure 2. Modèles actuellement utilisés dans l’enseignement-apprentissage des LE (Tano « Les méthodes actives »).
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5553/img-2.png
Fichier image/png, 168k
Légende Figure 3. Les étapes de base de l’APP (Tano « Les méthodes actives »).
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5553/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Légende Figure 4. Les 5 grands types d’établissements d’enseignement ayant participé dans l’enquête « Les MA et l’APP en Lansad » (Tano « Les méthodes actives »).
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5553/img-4.png
Fichier image/png, 22k
Légende Figure 5. Les avis majoritaires des enseignants du secteur Lansad de l’enseignement supérieur français concernant l’utilisation des MA (Tano « Les méthodes actives »).
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5553/img-5.png
Fichier image/png, 94k
Légende Figure 6. Les avis majoritaires des enseignants du secteur Lansad de l’enseignement supérieur français concernant l’utilisation de l’APP (Tano « Les méthodes actives »).
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5553/img-6.png
Fichier image/png, 199k
Légende Source : élaboration personnelle à partir des activités proposées dans le manuel Expertos (Tano « Expertos » 33).
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5553/img-7.png
Fichier image/png, 96k
Légende Source : élaboration personnelle à partir des activités proposées dans le manuel Expertos (TANO « Expertos » 33).
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5553/img-8.png
Fichier image/png, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcelo Tano, « L’apprentissage par problèmes : une méthode active d’enseignement des langues étrangères pour spécialistes d’autres disciplines », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 35 N° spécial 1 | 2016, mis en ligne le 30 octobre 2016, consulté le 26 février 2017. URL : http://apliut.revues.org/5553 ; DOI : 10.4000/apliut.5553

Haut de page

Auteur

Marcelo Tano

Marcel Tano enseigne l’espagnol à l’École nationale d’ingénieurs de Metz/L-INP (université de Lorraine). Il est président du Groupe d’étude et de recherche en espagnol de Spécialité (Geres) et doctorant à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense (Upond) sous la direction de Mercè Pujol Berché (EA 369 CRIIA, axe REDESC).
marcelo.tano@enim.univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page