Navigation – Plan du site
Articles

Comment expliquer la signification des particules discursives d’une langue étrangère ?

How to explain the meaning of discursive particles of a foreign language ?
Carlos Meléndez Quero
p. 137-151

Résumés

L’usage adéquat des marqueurs du discours constitue un aspect complexe dans l’acquisition d’une deuxième langue. D’abord, nous allons présenter les problèmes que les équivalences et les définitions synonymiques proposées dans les dictionnaires unilingues et bilingues traditionnels génèrent pour l’apprentissage d’une langue étrangère. Ensuite, nous proposerons un modèle d’explication de la signification des adverbes espagnols afortunadamente et felizmente, basé notamment sur les intentions argumentatives des locuteurs. Enfin, nous proposerons des exercices qui pourraient servir d’outil de travail dans les classes.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Le présent travail a été réalisé dans le cadre du Projet de Recherche PI064/08 : Diccionario de pal (...)

1L’étude des marqueurs du discours constitue un des thèmes les plus intéressants, et parfois problématiques, de l’enseignement des langues vivantes1.

2Il s’agit, sans aucun doute, d’un aspect central dans l’apprentissage d’une langue étrangère, puisque l’utilisation correcte des particules modales ou discursives analogues d’une même langue et la connaissance des principales ressemblances et divergences quant à leur distribution, leurs valeurs et leurs fonctions est une condition indispensable pour acquérir une bonne maîtrise d’une deuxième langue.

  • 2 À l’heure actuelle, de nombreuses équipes de recherche appartenant à des universités espagnoles son (...)

3Dans l’enseignement de l’espagnol langue étrangère (ELE), il nous semble important d’expliquer la syntaxe et la signification de ces éléments, mais aussi d’apprendre aux étudiants comment ils peuvent les employer en fonction des situations de communication. Pour cela, nous voudrions faire remarquer les apports de la recherche en lexicographie à l’enseignement des langues vivantes et souligner la nécessité d’élaborer des dictionnaires spécifiques ou organisés par thèmes2.

4Bien qu’il existe toute une variété d’approches théoriques et méthodologiques à disposition du professeur, nous défendons un modèle d’explication proche de celui de Porroche (2005), qui décrit les valeurs grammaticales, discursives et pragmatiques permettant de caractériser le fonctionnement des éléments examinés.

2. Les problèmes liés à l’utilisation des dictionnaires dans l’enseignement et l’apprentissage d’une langue étrangère

52.1. Dans un premier temps, nous voudrions signaler les difficultés qu’entraînent les équivalences proposées par les dictionnaires bilingues au moment d’apprendre la signification des particules discursives d’une langue seconde (L2).

6Afin d’illustrer ces problèmes, nous avons étudié les adverbes évaluatifs afortunadamente et felizmente de l’espagnol en analysant les correspondances entre ces unités et les expressions analogues de la langue française.

7D’une part, nous avons vérifié que dans le Grand dictionnaire espagnol-français, français-espagnol de García-Pelayo y Gross & Testas (1995) et le Diccionario Espasa Grand : español-francés, français-espagnol d’Alonso (2000), l’entrée de l’adverbe ’heureusement’ du français montre deux acceptions différentes :

  • une première équivalence avec felizmente, qui est illustrée dans le dernier ouvrage avec la correspondance suivante :

(1) Finir heureusement. [‘Acabar felizmente’].

(2) Heureusement, nous allons bien. [‘Afortunadamente, estamos bien’].

8Même si le recours aux dictionnaires bilingues et l’exercice de la traduction entre les adverbes de la langue maternelle et ceux de la langue étrangère étudiée peuvent être conseillés dans les premières étapes de l’apprentissage d’une deuxième langue, nous soutenons, au moins en ce qui concerne les groupes des marqueurs du discours, que ces activités ne sont pas suffisantes dans les niveaux supérieurs d’enseignement d’une langue seconde, car elles peuvent entraîner quelques déficiences.

9Par exemple, les exemples antérieurs laissent croire aux étudiants de l’espagnol langue étrangère que felizmente est spécialisé comme complément verbal, avec une signification qui pourrait être paraphrasée grâce aux syntagmes prépositionnels de manera feliz, de manera favorable, de forma satisfactoria, etc. (’d’une manière heureuse’, ’d’une manière favorable’, ’d’une façon satisfaisante’, etc.), alors que l’adverbe afortunadamente est réservé à l’emploi en tant que marqueur du discours externe à la structure prédicative interne de la phrase et servant à offrir une évaluation émotive favorable du discours qui le suit.

  • 3 Afortunadamente est employé de nos jours en tant qu’adverbe de phrase de façon beaucoup plus réguli (...)
  • 4 Afin d’aider les personnes ne connaissant pas l’espagnol à comprendre cet article, nous adjoignons (...)
  • 5 Selon Greenbaum (1969), les premiers adverbes correspondent à la catégorie des adjuncts (‘adjoints’ (...)

10Cependant, après avoir étudié la syntaxe de ces deux adverbes, nous pouvons affirmer qu’autant afortunadamente que felizmente peuvent avoir ce double fonctionnement et développer ces deux valeurs de façon plus ou moins évidente3 : celle de l’adverbe de mode ou de manière – comme dans les exemples (3)4 et (4), tirés de notre propre compétence linguistique et parfaitement acceptables en espagnol contemporain –, et celle de l’adverbe de phrase, détaché par le rythme (présence de pauses orales) et par la ponctuation5 – c’est le cas de (5) et (6) :

(3) Todo ha concluido afortunadamente. [‘Tout s’est terminé d’une manière heureuse’].

(4) Ella ha resuelto felizmente el problema. [‘Elle a résolu avec bonheur le problème’].

(5) Afortunadamente, le ha tocado la lotería. [‘Heureusement, il a gagné à la loterie’].

  • 6 Heureusement montre aussi cette alternance des valeurs, comme on peut l’apprécier à partir des défi (...)

(6) Felizmente, David ha aprobado la oposición. [‘Heureusement, David a réussi le concours’]6.

11À notre avis, il reste aussi à expliquer pourquoi nous ne trouvons qu’un seul adverbe en français (heureusement) comme traduction des deux adverbes de l’espagnol (afortunadamente et felizmente). En effet, notre expérience en tant qu’enseignant d’espagnol langue étrangère nous a permis d’observer les difficultés des étudiants francophones dans les exercices de traduction, notamment lors des épreuves de thème, où les étudiants doivent traduire en espagnol des textes contenant des marqueurs discursifs, dont heureusement.

122.2. Tout d’abord, il nous semble important d’expliquer aux étudiants le répertoire d’unités adverbiales dont disposent les hispanophones et les francophones au moment d’introduire dans leurs discours une évaluation affective favorable.

13La comparaison de ces deux paradigmes permet de repérer les difficultés dérivées du fait d’établir une traduction exacte entre des adverbes de langues différentes : il est indispensable de faire comprendre aux apprenants que chaque langue constitue un système individuel avec ses propres règles de construction et un nombre plus ou moins important d’unités.

  • 7 Les matériels de ce corpus sont à disposition de la communauté scientifique en ligne http://corpus. (...)
  • 8 Ce corpus regroupe un ensemble de quatorze enquêtes réalisées sur des individus ayant un registre d (...)

14Afin de connaître le paradigme dans lequel s’insèrent ces adverbes dans chacune des langues (espagnol et français), il est nécessaire d’étudier les principaux travaux classificatoires de ces éléments, ainsi que de disposer d’un corpus de référence permettant d’obtenir un ensemble de données concernant leur fréquence d’emploi. Dans ce but, nous avons décidé d’étudier les délimitations des adverbes disjonctifs du français dans les travaux de Mørdrup (1976), Schlyter (1977), Nølke (1990) ainsi que Molinier et Levrier (2000). En ce qui concerne l’espagnol, nous avons consulté, entre autres, les études réalisées par Egea (1979), Fuentes Rodríguez (1991), Kovacci (1999) et Santos Río (2003). Quant aux matériaux d’analyse, nous nous sommes servis du corpus de citations de la version électronique du Grand Robert de la langue française, ainsi que des occurrences de l’espagnol tirées du Corpus de referencia del español actual (CREA)7 et du Macrocorpus de la norma lingüística culta de las principales ciudades de España y de América8.

  • 9 Dans le Macrocorpus de la norma lingüística culta de las principales ciudades de España y América, (...)

15En ce qui concerne le groupe d’adverbes émotifs, nous pouvons affirmer l’existence en espagnol de trois unités à orientation favorable, formées à partir de différentes bases lexicales, liées à la ‘fortuna’ (afortunadamente), à la ‘felicidad’ (felizmente) et à la ‘dicha’ (dichosamente). Afortunadamente est l’élément le plus courant du paradigme, car il apparaît dans la plupart des travaux sur les adverbes de phrase et il est l’adverbe le plus répété dans les deux corpus examinés9 ; en revanche, dichosamente est une unité à peine usitée de nos jours.

  • 10 Il faut reconnaître que dans le Trésor de la langue française, fortunément est présenté en tant qu’ (...)

16Contrairement à l’espagnol, la langue française n’a développé qu’un seul adverbe évaluatif positif (’heureusement’), car dans les classifications examinées nous n’avons pas trouvé d’adverbes émotifs formés sur la base de ‘fortune’ ou de ‘chance’. Malgré l’existence des synonymes de l’adjectif ’heureux’ (’fortuné’ et ’chanceux’), ces unités ne produisent pas d’adverbes disjonctifs10 ; nous sommes sur ce point d’accord avec Molinier & Lévrier (2000 : 87), qui définissent la classe des adverbes évaluatifs en -ment du français comme « fermée et d’effectif réduit ».

  • 11 L’analyse des citations des particules modales émotives dans l’édition électronique du Grand Robert (...)

17En résumé, nous nous trouvons face à deux systèmes adverbiaux clairement différenciés. D’une part, l’espagnol maintient un couple d’adverbes d’évaluation affective (afortunadamente et felizmente), très employés de nos jours, particulièrement le premier, alors que le français n’a développé qu’un seul adverbe positif (’heureusement’), qui constitue, en même temps, le marqueur le plus usité par les francophones pour exprimer une valorisation favorable des discours11.

  • 12 Néanmoins, l’utilisation de ces dictionnaires est conseillée si on analyse les adjectifs qui sont à (...)

18Au moment d’enseigner les valeurs des deux adverbes de l’espagnol, il faut tenir compte de ce fait, car l’utilisation d’un dictionnaire bilingue et l’équivalence avec ’heureusement’ ne sert pas à apprendre les différences entre afortunadamente et felizmente, étant donné que tous deux sont traduits par la même unité française12.

192.3. Par conséquent, il semble nécessaire de consulter des dictionnaires unilingues de l’espagnol afin de comprendre les emplois possibles de ces deux éléments.

  • 13 Ces ouvrages apparaissent dans la bibliographie finale sous les références de Moliner (1966), Alvar (...)

20Les définitions des adverbes afortunadamente et felizmente dans les principaux dictionnaires de l’espagnol – DUE (1966), VOX (1993), DEA (1999), LEMA (2001), DRAE (2001) et REDES (2004)13 – s’avèrent insuffisantes puisqu’elles se limitent à la présentation de synonymes.

21D’une part, VOX (1993) et DRAE (2001) ne marquent que l’équivalence entre afortunadamente et por fortuna ; dans le dernier dictionnaire, afortunadamente est aussi présenté comme synonyme de felizmente. Cela montre les difficultés que ces délimitations entraînent dans l’apprentissage de l’espagnol langue étrangère.

22D’autre part, DUE (1966) utilise le syntagme de manera afortunada pour définir afortunadamente, équivalence qui ne peut pas servir de définition de l’adverbe, étant donné que c’est un adjectif de même racine qui est employé. Ensuite, l’adverbe est identifié aux locutions por fortuna, gracias a Dios et por suerte ; cette définition circulaire est ambiguë car, malgré les liens entre les unités décrites, il est impossible de soutenir une synonymie absolue entre elles, ce qui impliquerait l’existence d’éléments redondants dans la langue.

  • 14 Par ailleurs, nous sommes conscients que la quantité d’information proportionnée dans chaque articl (...)
  • 15 Afortunadamente « expresa satisfacción porque ha sucedido algo que se deseaba, o acompaña a la menc (...)
  • 16 Cet adverbe « indica que es una suerte lo que se expresa o es motivo de alegría, satisfacción o ali (...)
  • 17 En fait, les définitions antérieures pourraient parfaitement s’appliquer à felizmente.

23Ces caractérisations restent incomplètes pour la délimitation des marqueurs discursifs, dont l’explication requiert des commentaires relatifs aux circonstances d’emploi et aux fonctions communicatives qu’ils accomplissent14. En ce sens, les définitions de l’adverbe afortunadamente dans DEA (1999) et LEMA (2001) sont plus adéquates : « il exprime la satisfaction puisque quelque chose qui était désiré a eu lieu, ou il accompagne la mention d’un fait ou d’une circonstance heureux »15, « il indique que ce qui est exprimé est une chance ou que c’est un motif de joie, de satisfaction ou de soulagement »16. Or, même si ces descriptions offrent quelques renseignements sur les contextes d’apparition de l’adverbe, de telles définitions restent encore insuffisantes pour comprendre la différence entre afortunadamente et felizmente17, car elles ne font pas allusion à la valeur fortuite qui caractérise le premier face au deuxième.

24La révision des définitions synonymiques de felizmente reflète les difficultés déjà mentionnées. D’une part, VOX (1993) et DRAE (2001) montrent l’équivalence de l’adverbe avec por dicha et por fortuna, alors que DUE (1966) compare felizmente à por suerte, afortunadamente et dichosamente. De plus, cette unité n’apparaît pas dans LEMA (2001), tandis que dans REDES (2004) les combinaisons habituelles de cet élément sont présentées, mais il n’y a pas d’explications de ces distributions.

  • 18 Nous rappelons la citation en espagnol de DEA (1999) : « frecuentemente precede o sigue la mención (...)

25Le seul dictionnaire décrivant les contextes d’utilisation de l’adverbe est DEA (1999), où il est indiqué que felizmente « fréquemment précède ou suit la mention d’un fait, pour manifester qu’il est considéré comme heureux ou fortuné »18. Le problème de cette définition est la présence des deux adjectifs qui sont à la base des deux adverbes, ce qui, encore une fois, empêche d’identifier leurs différences. En outre, cette explication est introduite après la correspondance avec le syntagme de manera feliz (‘d’une manière heureuse’), paraphrase qui renvoie à l’emploi de felizmente en tant qu’adverbe de mode et non en tant que disjonctif. Précisément, la confusion des valeurs syntaxiques des unités décrites est l’un des problèmes des dictionnaires généraux, puisque le but principal de ces ouvrages est de présenter les équivalences entre des expressions analogues, sans prêter attention à leur catégorie.

262.4. Pour trouver une description complète des fonctions assurées par l’adverbe, il est conseillé d’avoir recours aux dictionnaires spécialisés dans la description des marqueurs du discours, comme celui de Santos Río (2003), ouvrage de référence dans la lexicographie espagnole sur la délimitation des particules discursives.

27Cet auteur distingue deux valeurs pour felizmente ; dans un premier temps, il le caractérise en tant qu’adverbe de mode, avec trois sens possibles : con felicidad (‘avec bonheur’), para bien, para felicidad de alguien (‘pour le bonheur de quelqu’un’) et, enfin, de manera feliz, con éxito (‘de manière heureuse’, ‘avec succès’). Ensuite, felizmente est identifié comme adverbe de phrase évaluatif équivalant à afortunadamente et à la locution por suerte.

28Bien que les informations concernant les fonctions syntaxiques de l’adverbe soient très bien présentées, nous trouvons encore une fois des définitions synonymiques de felizmente. Ces délimitations ne tiennent pas compte des différences de signification entre unités analogues, ce qui génère un manque d’informations dans les niveaux les plus avancés de l’apprentissage d’une langue étrangère.

29En définitive, la consultation des dictionnaires bilingues et unilingues antérieurs par un étudiant français ne lui permet pas encore de comprendre pourquoi afortunadamente convient dans certains contextes contrairement à felizmente, et vice versa.

3. Un modèle d’explication de la signification19 et les effets pragmatiques des adverbes afortunadamente et felizmente

  • 19 L’analyse que nous proposons ici s’inscrit résolument dans une sémantique du type de celle de la Th (...)

30En tant que marqueurs du discours, ces deux adverbes ne peuvent pas être analysés de la même façon que les substantifs, les adjectifs ou les verbes. S’agissant d’unités linguistiques servant à guider les dynamiques discursives, en reflétant la prise de position du locuteur face aux énoncés, il ne semble pas approprié d’expliquer l’emploi de ces éléments à partir des traits lexicaux ou conceptuels, mais en utilisant des critères fonctionnels ou argumentatifs.

31D’un point de vue didactique, nous soutenons une approche communicative destinée à faire comprendre aux étudiants d’espagnol langue étrangère quelles sont les fonctions et les stratégies discursives que ces adverbes peuvent activer, dans quelles situations communicatives ils doivent être employés et les intentions argumentatives avec lesquelles ils peuvent être utilisés.

32Notre expérience d’enseignant nous a permis d’observer les problèmes que la plupart des apprenants d’une langue seconde, même ceux des niveaux les plus avancés, rencontrent au moment d’introduire correctement dans leurs discours ce type d’unités, car l’usage de ces éléments requiert une certaine maîtrise de la langue étrangère et, surtout, une compétence textuelle et communicative assez développée.

  • 20 En effet, l’Institut Cervantès recommande d’enseigner le fonctionnement des marqueurs du discours d (...)

33Étant conscient de l’importance du bon usage de ces expressions dans l’élaboration des discours, nous considérons opportun d’apprendre aux étudiants de niveau supérieur d’une langue seconde à se servir correctement de ces unités20. Dans la suite de cet article, nous présenterons quelques explications, destinées à enseigner aux étudiants d’espagnol langue étrangère sur quels critères et dans quels contextes afortunadamente et felizmente sont sélectionnés.

343.1. Tout d’abord, il faut souligner que, même si les deux adverbes émotifs servent à introduire un discours à orientation favorable, ils ne peuvent pas s’employer sans distinction en espagnol, puisqu’ils mettent en relief des discours offrant quelques différences au niveau de leur signification.

35Le lien sémantique qui unie afortunadamente à la fortune et au hasard permet à cet adverbe de présenter le discours qu’il évalue comme ‘chanceux’ ou ‘inattendu’ dans un contexte concret. Le fragment suivant tiré du CREA illustre cette propriété :

(7) Doña Lucía Bonilla contempla desolada cómo quedó su casa, después que un vehículo la destrozara la noche del sábado. Al fondo se observa la camioneta negra que destruyó la vivienda. Afortunadamente, nadie murió. (CREA : La Prensa de Nicaragua, 31/12/2001). [‘Madame Lucía Bonilla observe désolée l’état de sa maison, après qu’un véhicule l’ait démolie samedi soir. Au fond, on aperçoit la camionnette noire qui a détruit sa résidence. Heureusement, personne n’est mort’].

36Par conséquent, il faut expliquer aux étudiants que l’adverbe afortunadamente entraîne des restrictions de sélection, car il requiert des contextes présentant un discours comme ‘imprévu’. De plus, ce rapport sémantique avec la ‘fortune’ explique qu’il favorise un changement d’orientation argumentative, ce qui montre sa fréquente distribution juste après la conjonction adversative pero (‘mais’), comme l’illustre l’exemple (8), parfaitement acceptable en espagnol :

(8) No había repasado mucho, pero, afortunadamente, ha sacado una buena nota. [‘Il n’avait pas beaucoup révisé, mais, heureusement, il a eu une bonne note’].

37L’emploi de cet adverbe sert à désactiver les inférences négatives qui pouvaient se déduire du fragment discursif précédent (les élèves qui n’étudient pas ratent leurs examens).

38Face au précédent, felizmente présente en règle générale un discours comme étant ‘attendu’, ‘espéré’, etc. L’exemple ci-dessous confirme le caractère prévisible du discours qui suit l’adverbe :

(9) Sabía que el equipo tenía capacidad para mejorar y felizmente se ha situado donde debe estar. (CREA : Faro de Vigo, 05/04/2001). [‘Je savais que l’équipe était capable de s’améliorer, et heureusement elle s’est placée au niveau où elle doit être’].

39Étant donné que felizmente tend à introduire un discours présenté comme ‘prévu’, cet élément confirme l’orientation favorable du contexte antérieur, ce qui explique sa distribution après la conjonction de coordination copulative.

40D’autre part, il est important de signaler aux apprenants non hispanophones que l’usage de l’adverbe afortunadamente peut impliquer une référence explicite ou implicite à une série de conséquences. Le texte (10) permet d’illustrer cet aspect :

(10) La bala entró por la zona occipital y salió por el lado izquierdo de la cabeza. Afortunadamente, el proyectil no se alojó en la cavidad craneal y aquel hombre, gravemente herido, logró sobrevivir. (CREA : Bruno Cardeñosa, El código secreto. Los misterios de la evolución humana, 2001). [‘La balle est entrée par la zone occipitale et est sortie par le côté gauche de la tête. Heureusement, le projectile ne s’est pas logé dans la cavité crânienne et cet homme, gravement blessé, est parvenu à survivre’].

41Ici, afortunadamente présente le discours suivant comme ‘opportun’ ou ‘adéquat’, en raison des répercussions positives postérieures (le projectile ne s’est pas logé et, par conséquent, l’homme a survécu).

42Contrairement au précédent, l’emploi de felizmente n’obéit pas à cette stratégie discursive. Il sert surtout à présenter un résultat heureux en exprimant des sentiments positifs tels que le bonheur, la joie, le plaisir ou le contentement. Cette caractéristique semble évidente dans (11), où nous avons trouvé une autre unité évaluative positive, comme l’adjectif contento :

(11) Por fin se concretó esta oportunidad. La vez anterior me había quedado con las maletas hechas, pero felizmente ahora se dio y estoy muy contento. Era lo que yo quería. (CREA : El Mercurio, 08/03/2004). [‘Cette opportunité s’est enfin présentée. La dernière fois, j’étais resté avec les valises faites, mais heureusement maintenant cela est arrivé et je suis très content. C’est ce que je voulais’].

433.2. Pour conclure, nous pouvons expliquer brièvement aux étudiants les intentions communicatives avec lesquelles ces deux adverbes de l’espagnol peuvent être employés, ainsi que les effets pragmatiques qu’ils peuvent développer dans différentes situations. D’après nous, cet aspect est lié à l’analyse sémantique, puisque c’est la signification de chaque adverbe qui détermine et favorise l’activation de ces stratégies conversationnelles.

44D’une part, le rapport de l’adverbe afortunadamente avec la chance permet à l’auteur d’un discours d’employer cet élément pour se mettre dans une position de modestie au moment d’introduire un discours faisant allusion à un résultat très favorable pour lui-même, comme c’est le cas dans (12) :

(12) Finalmente, después de dirigir estas becas –afortunadamente tuvieron bastante éxito– recibí una beca de la Rockefeller para irme a estudiar a Estados Unidos. (Lope Blanch 1971 : 326). [‘Finalement, après avoir dirigé ces bourses – heureusement elles ont eu pas mal de succès – j’ai reçu une bourse de la Rockefeller pour aller étudier aux États-Unis’].

45L’introduction de cet adverbe aide à garder une image publique positive face aux autres, en évitant de leur donner l’impression d’être arrogant ou prétentieux. Afin de sauvegarder une bonne réputation, il convient d’employer afortunadamente, qui semble renvoyer à la fortune et au hasard comme causes du succès.

46L’exemple (13) illustre aussi ces stratégies communicatives, car l’usage de l’adverbe permet de feindre cette attitude de modestie, très conseillée selon la théorie de la politesse conversationnelle soutenue par Leech (1983 : 182) :

(13) […] me dediqué a no defraudar a mi padre, a poner toda mi voluntad en los estudios, y afortunadamente, al cabo de tres años salí oficial alférez. (Macrocorpus : Madrid 12, ligne 24). [‘Je me consacrai à ne pas décevoir mon père, à mettre toute mon énergie dans les études, et heureusement, au bout de trois ans, je fus promu sous-lieutenant’].

47L’utilisation de felizmente n’obéit pas à ces intentions, car il priorise l’expression de bonheur face au résultat positif obtenu, sans essayer de fonder le succès sur des facteurs non contrôlés comme la chance :

(14) « Yo siempre me la juego hasta el final. Fue un buen ‘putt’ y felizmente cayó. Aunque me hubiera gustado ganar », dijo Mark Tullo, después de sellar su actuación con un ‘birdie’ que arrancó aplausos. (CREA : El Mercurio, 08/03/2004). [‘« Je joue toujours le tout pour le tout jusqu’à la fin. Ce fut un bon ‘putt’ et heureusement il réussit. Même si j’aurais aimé gagner », dit Mark Tullo, après avoir terminé sa performance par un ‘birdie’ qui déclencha des applaudissements’].

48Ici, le golfeur se montre satisfait de l’exploit de son dernier coup, qui n’est, à aucun moment, présenté comme le fait du hasard dans le texte espagnol.

4. Conclusion

49L’étude précédente des valeurs sémantiques et des intentions communicatives avec lesquelles sont employés les deux adverbes espagnols montre qu’ils ne doivent pas être utilisés l’un pour l’autre. Il est important de connaître les divergences concernant le type d’instructions discursives et pragmatiques contenues dans chacune de ces unités, car l’emploi déviant des marqueurs du discours est caractéristique d’un certain manque de maîtrise d’une langue étrangère et risque de poser des problèmes dans la compréhension des discours.

50Pour cela, les apprenants non hispanophones peuvent se servir des informations contenues dans les dictionnaires unilingues spécialisés dans la description des particules discursives, dont la consultation est très conseillée en raison de leurs possibilités d’application pédagogique dans le cadre de l’espagnol langue étrangère.

  • 21 Nous voudrions remarquer, dans ce sens, le travail de Martí Sánchez (2008).

51À notre avis, la création d’ouvrages spécifiques permettant aux étudiants, avec l’aide de l’enseignant, de travailler leurs compétences en matière d’articulation du discours serait aussi bienvenue21. Les manuels de niveau avancé de l’espagnol langue étrangère devraient incorporer plus d’explications concernant ce type d’éléments qui servent à assurer la cohésion textuelle. De plus, ils pourraient s’accompagner d’un cahier d’exercices avec un corrigé des activités.

  • 22 En notes de bas de page, nous proposons quelques réponses possibles aux questions posées, afin de g (...)

52Pour conclure, nous proposons en annexe un modèle d’exercices qui pourraient être mis en œuvre dans les classes de L2. Suivant la distinction établie entre afortunadamente et felizmente, nous offrons à l’enseignant de l’espagnol langue étrangère un outil de travail, afin qu’il puisse apprendre aux étudiants de niveau supérieur à distinguer des couples de marqueurs du discours22.

Haut de page

Bibliographie

Alonso, J. I. 2000. Diccionario Espasa Grand, Español-Francés, Français-Espagnol. Madrid : Espasa Calpe.

Alvar Ezquerra, M. (dir.). 1993. Diccionario general ilustrado de la lengua española. Barcelona : Bibliograf. [VOX].

Anscombre, J.-C. & O. Ducrot. 1983. L’argumentation dans la langue. Paris-Bruxelles : Mardaga.

Battaner, P. 2001. Lema. Diccionario de la lengua española. Barcelona : Spes. [LEMA].

Bosque, I. (dir.). 2004. REDES. Diccionario combinatorio práctico del español contemporáneo. Madrid : SM. [REDES].

Egea, E. R. 1979. Los adverbios terminados en -mente en el español contemporáneo. Bogotá : Publicaciones del Instituto Caro y Cuervo.

Fuentes Rodríguez, C. 1991. « Adverbios de modalidad ». Verba, 18 : 275-321.

García-Pelayo y Gross, R. & J. Testas. 1995. Grand dictionnaire espagnol-français, français-espagnol. Paris : Larousse.

Greenbaum, S. 1969. Studies in English Adverbial Usage. London : Longman.

Imbs, P. (dir.). 1971. Trésor de la langue française : Dictionnaire de la langue du XIXe et XXe siècles. Paris : Centre National de la Recherche Scientifique. [TLF].

Kovacci, O. 1999. « El adverbio ». In Bosque, I. & V. Demonte (dirs.). Gramática descriptiva del español. Madrid : Espasa Calpe, 705-786.

Leech, G. 1983. Principles of Pragmatics. London : Longman.

Lope Blanch, J. M. 1971. El habla de la ciudad de México. Materiales para su estudio. México : Universidad Nacional Autónoma de México.

Martí Sánchez, M. 2008. Los marcadores en español L/E : conectores discursivos y operadores pragmáticos. Madrid : Arco Libros.

Martín Zorraquino, M. A. 2006. « Los marcadores del discurso en español : balance y perspectivas para su estudio ». In Casado Velarde, M., R. González Ruiz & M. V. Romero Gualda (coords.). Análisis del discurso : lengua, cultura, valores. Actas del I Congreso Internacional (Universidad de Navarra, Pamplona, noviembre de 2002). Madrid : Arco Libros, 43-64.

Meléndez Quero, C. En ligne. Contribución al estudio de los adverbios disjuntos de valoración afectivo-emotiva en español actual. Zaragoza : Departamento de Lingüística General e Hispánica. http://zaguan.unizar.es/record/2055.

Moliner, M. 1966. Diccionario de uso del español. Madrid : Gredos. [DUE].

Molinier, C. & F. Levrier. 2000. Grammaire des adverbes : description des formes en -ment. Genève : Draz.

Mørdrup, O. 1976. « Une analyse non-transformationnelle des adverbes en –ment ». Revue Romane numéro spécial, 11. Copenhague : Akademisk Forlag.

Nølke, H. 1990. « Recherches sur les adverbes : bref aperçu des travaux de classification ». Langue française, 88 : 117-123.

Porroche, M. 2005. « Sobre francamente ». In Castillo Carballo, M. A. et al. (coords.). Las gramáticas y los diccionarios en la enseñanza del español como segunda lengua : deseo y realidad. Sevilla : Universidad de Sevilla, 693-699.

Real Academia Española. 2001. Diccionario de la lengua española. Madrid : Espasa-Calpe. [DRAE].

Real Academia Española. En ligne. Corpus de referencia del español actual. [CREA]. http://corpus.rae.es/creanet.html. [25-05-2009].

Robert, P. 1994. Le Grand Robert de la langue française. Paris : Dictionnaires Le Robert. [CD-Rom].

Samper Padilla, J. A. 1997. Macrocorpus de la norma lingüística culta de las principales ciudades de España y América. Las Palmas de Gran Canaria : Universidad de Las Palmas de Gran Canaria. [CD-Rom].

Santos Río, L. 2003. Diccionario de partículas. Salamanca : Luso-Española de Ediciones.

Schlyter, S. 1977. La place des adverbes en -ment en français. Constance : Université de Constance.

Seco, M., O. Andrés & G. Ramos. 1999. Diccionario del español actual. Madrid : Aguilar. [DEA].

Haut de page

Annexe

1) Sélectionnez afortunadamente ou felizmente à partir des contextes discursifs suivants et justifiez votre choix :

(15) Ha tenido un grave accidente de tráfico, pero, …………… , ha sobrevivido. [‘Il a eu un grave accident de la route, mais, …………… , il a survécu’].

(16) Era el favorito para ganar la carrera y, …………… , ha salido vencedor. [‘Il était le favori pour gagner la course et, …………… , il est sorti vainqueur’]23.

2) Expliquez les raisons pour lesquelles l’introduction de l’adverbe afortunadamente semble étrange dans cet exemple :

(17) ?? Era el favorito para ganar la carrera y, afortunadamente, ha salido vencedor24.

3) Pourquoi l’usage de l’adverbe afortunadamente est adéquat dans le fragment suivant ?

(18) Ayer mismo, otro niño que jugaba con fuego provocó un incendio en una modesta vivienda de la calle Pantaleón Pérez y José Serrato. Afortunadamente el fuego no costó vidas. (CREA: El País, 12/07/2001). [‘Hier, un autre enfant qui jouait avec du feu a provoqué un incendie dans une modeste résidence de la rue Pantaleón Pérez et José Serrato. Heureusement, le feu n’a coûté la vie à personne’]25

4) Expliquez la stratégie discursive mise en place par le locuteur dans le texte qui suit et décrivez la fonction argumentative accomplie par afortunadamente :

(19) Afortunadamente el Bufón pudo contar con algunas sensatas advertencias del músico Josep Maria Arrizabalaga y evitar un naufragio que se veía inminente. (CREA: Albert Boadella, Memorias de un bufón, 2001). [‘Heureusement, le Bouffon a pu disposer de quelques remarques sensées du musicien Josep Maria Arrizabalaga et ainsi éviter un naufrage qui semblait imminent’]26.

5) La phrase suivante peut être introduite en espagnol par afortunadamente et par felizmente. Imaginez un contexte discursif justifiant le choix de chacun de ces adverbes et commentez les intentions communicatives qui, à votre avis, justifieraient la présence de chaque unité évaluative. Expliquez les effets produits par le locuteur sur l’interlocuteur lors de l’utilisation de ce couple d’adverbes :

(20) Has aprobado el examen final. [‘Tu as réussi l’examen final’]27.

Haut de page

Notes

1 Le présent travail a été réalisé dans le cadre du Projet de Recherche PI064/08 : Diccionario de palabras modales del español actual (con glosario español/italiano), financé par le Departamento de Ciencia, Tecnología y Universidad (Gobierno de Aragón), et dont le chercheur responsable est le Professeur María Antonia Martín Zorraquino (Universidad de Zaragoza).

2 À l’heure actuelle, de nombreuses équipes de recherche appartenant à des universités espagnoles sont en train d’élaborer des dictionnaires des particules discursives ou modales, très utiles pour l’enseignement de l’espagnol comme langue maternelle, mais aussi comme langue étrangère.
Dans ce but nous voudrions souligner le travail du groupe Pragmagrammatica peripheriae (Universidad de Zaragoza), qui s’intéresse à la description linguistique (propriétés phoniques, morphologiques, distributionnelles, syntaxiques, sémantiques et pragmatiques) d’un ensemble d’expressions qui expriment différentes valeurs énonciatives et modales. Pour une liste plus exhaustive des autres équipes, voir les explications de Martín Zorraquino (2006 : 51-52).
Outre les projets en cours, nous rappelons l’existence des ouvrages déjà publiés, comme celui de Santos Río (2003), ainsi que le Diccionario de partículas discursivas del español, coordonné par les professeurs Antonio Briz, Salvador Pons Bordería et José Portolés, et disponible en ligne http://www.textodigital.com/P/DDPD/.

3 Afortunadamente est employé de nos jours en tant qu’adverbe de phrase de façon beaucoup plus régulière que felizmente, car ce dernier élément apparaît assez fréquemment à l’intérieur de la structure prédicative de la phrase, grâce notamment au développement des constructions du type Laura está felizmente casada (’Laura est heureusement mariée’), très courantes à l’heure actuelle. Pour une description exhaustive de ces structures et des valeurs syntaxiques de ces deux adverbes émotifs de l’espagnol, voir la thèse de doctorat de Meléndez Quero, publiée en ligne : http://zaguan.unizar.es/record/2055.

4 Afin d’aider les personnes ne connaissant pas l’espagnol à comprendre cet article, nous adjoignons entre crochets la traduction en français de chacun de ces exemples.

5 Selon Greenbaum (1969), les premiers adverbes correspondent à la catégorie des adjuncts (‘adjoints’), alors que les seconds sont des disjuncts of attitude (‘disjonctifs d’attitude’).

6 Heureusement montre aussi cette alternance des valeurs, comme on peut l’apprécier à partir des définitions présentées dans les principaux dictionnaires du français – Trésor de la langue française et Grand Robert de la langue française, ouvrages cités dans la bibliographie finale sous le nom de leurs directeurs : Imbs (1971) et Robert (1994) –, qui font allusion à ce double comportement syntaxique. En ce sens, nous citons l’exemple suivant, qui apparaît sous l’entrée heureusement de Robert (1994) :
(a) "Il a vécu heureusement, signifie simplement que sa vie s’est passée sans infortune. Heureusement il a vécu ! exprime la joie que cause la prolongation d’une vie pour laquelle on craignait." (Brunot, La Pensée et la Langue, 513).
Dans sa première apparition, ’heureusement’ est un adverbe adjoint du verbe ’vivre’ (qui signifie ‘d’une manière heureuse’) et dans le deuxième cas il fonctionne comme un disjonctif d’attitude qui évalue de façon positive l’ensemble de la phrase ’il a vécu’.

7 Les matériels de ce corpus sont à disposition de la communauté scientifique en ligne http://corpus.rae.es/creanet.html. Pour la réalisation de ce travail, nous nous basons sur les données recueillies en date du 25 mai 2009. Afin d’obtenir les résultats les plus actuels, nous avons analysé tous les exemples datés du vingt-et-unième siècle.

8 Ce corpus regroupe un ensemble de quatorze enquêtes réalisées sur des individus ayant un registre de langue soutenu (réparties selon les facteurs âge et sexe) dans douze communautés de langue hispanique (neuf d’Amérique latine et trois d’Espagne). Il s’agit d’un ensemble de matériaux édités sur cédérom par José Antonio Samper Padilla avec la collaboration de Clara Eugenia Hernández Cabrera et de Magnolia Troya Déniz à l’Université de Las Palmas de Gran Canaria. Je tiens à remercier ici le professeur Samper Padilla de m’avoir permis d’accéder à ces matériaux et de m’avoir offert des indications très utiles concernant les techniques de transcription de ces documents.

9 Dans le Macrocorpus de la norma lingüística culta de las principales ciudades de España y América, le nombre d’occurrences de l’adverbe afortunadamente – vingt neuf – est clairement supérieur à celui de felizmente – enregistré seulement à douze reprises –, alors que dichosamente n’est pas attesté. De même, les données du CREA du vingt-et-unième siècle confirment cette tendance, car afortunadamente est présent dans plus de quatre cent soixante exemples, face à felizmente – avec cent cinquante cinq cas – et à dichosamente – qui n’est répertorié que dans deux textes.

10 Il faut reconnaître que dans le Trésor de la langue française, fortunément est présenté en tant qu’adverbe de phrase, équivalant à la locution ’par bonheur’. Cependant, il s’agit d’un emploi archaïque ; preuve en est son absence dans les travaux les plus prestigieux concernant ces adverbes. Quant aux unités créées sur la base de ‘chance’, nous remarquons l’existence de la locution par chance face à l’absence de l’adverbe en -ment correspondant.

11 L’analyse des citations des particules modales émotives dans l’édition électronique du Grand Robert de la langue française confirme l’extension de l’adverbe heureusement – notamment dans la langue orale – face à l’usage moins habituel des locutions du type par bonheur ou par chance. Nous remarquons, de même, l’emploi courant de l’expression Dieu merci en français.

12 Néanmoins, l’utilisation de ces dictionnaires est conseillée si on analyse les adjectifs qui sont à l’origine de ces adverbes. Ainsi, dans le Grand dictionnaire espagnol-français, français-espagnol (1995), afortunado est traduit par ‘heureux’, ‘chanceux’ et ‘fortuné’, tandis que l’adjectif feliz n’a que la correspondance avec ‘heureux’. Cet aspect nous permet d’observer un des traits qui servira à distinguer les adverbes : la liaison du premier élément avec le hasard, nuance qui ne se retrouvera pas dans felizmente.

13 Ces ouvrages apparaissent dans la bibliographie finale sous les références de Moliner (1966), Alvar Ezquerra (1993), Seco, Andrés & Ramos (1999), Battaner (2001), Real Academia Española (2001) et Bosque (2004).

14 Par ailleurs, nous sommes conscients que la quantité d’information proportionnée dans chaque article doit s’adapter aux besoins et aux caractéristiques propres de chaque dictionnaire ; ainsi, les dictionnaires généraux doivent s’ajuster à toute une série de conditions lexicographiques (et même économiques) qui justifient le traitement limité des particules discursives, mais, malgré tout, les défauts ou les carences signalées devraient être réduites.

15 Afortunadamente « expresa satisfacción porque ha sucedido algo que se deseaba, o acompaña a la mención de un hecho o una circunstancia dichosos » (DEA 1999).

16 Cet adverbe « indica que es una suerte lo que se expresa o es motivo de alegría, satisfacción o alivio » (LEMA 2001).

17 En fait, les définitions antérieures pourraient parfaitement s’appliquer à felizmente.

18 Nous rappelons la citation en espagnol de DEA (1999) : « frecuentemente precede o sigue la mención de un hecho, para manifestar que se considera feliz o afortunado ».

19 L’analyse que nous proposons ici s’inscrit résolument dans une sémantique du type de celle de la Théorie de l’argumentation dans la langue ouverte par le travail d’Anscombre & Ducrot (1983).

20 En effet, l’Institut Cervantès recommande d’enseigner le fonctionnement des marqueurs du discours dans le niveau le plus avancé (niveau C), où les étudiants doivent contrôler les outils d’organisation, d’articulation et de cohésion des discours.

21 Nous voudrions remarquer, dans ce sens, le travail de Martí Sánchez (2008).

22 En notes de bas de page, nous proposons quelques réponses possibles aux questions posées, afin de guider l’enseignement et l’apprentissage des contenus.

23 Dans le premier cas, il faudrait introduire afortunadamente ; l’emploi de cet adverbe servirait à désactiver les inférences négatives qui pouvaient se déduire du fragment discursif précédent (dans un grave accident de la route, il est courant de trouver la mort) et à présenter le discours qui suit (celui de la survie de la personne), comme ‘fortuit’, en raison du contexte susnommé. Dans l’autre exemple, c’est felizmente qui doit être choisi, car le résultat favorable exposé ne semble pas ‘surprenant’, mais plutôt ‘attendu’.

24 Même s’il est correct d’un point de vue normatif, cet exemple est pragmatiquement peu adéquat, car dans son emploi habituel afortunadamente exige un contexte présenté comme ‘inespéré’, ce qui n’est pas le cas de cet exemple (les favoris gagnent souvent les courses).

25 Parce qu’il souligne le résultat inattendu et en même temps favorable de la situation décrite (dans un incendie, il est habituel de mourir, mais par chance, il n’y a pas eu de victimes).

26 En ayant recours à afortunadamente, le locuteur présente le discours simultané (pudo contar con algunas sensatas advertencias del músico) comme ‘opportun’, parce qu’il évite toute une série de répercussions négatives qui sont signalées à la fin de l’exemple (un naufragio que se veía inminente). Cela montre la valeur argumentative de l’adverbe afortunadamente, dont l’orientation favorable du discours qu’il accompagne doit être comprise par rapport à la suite discursive mentionnée.

27 Le locuteur pourrait choisir afortunadamente avec l’intention de laisser entrevoir des conséquences négatives qui auraient eu lieu si l’étudiant avait raté l’examen (Afortunadamente, has aprobado el examen final, porque si no, no habrías podido ir de vacaciones. [Heureusement, tu as réussi l’examen final, car sinon, tu n’aurais pas pu aller en vacances]).
Contrairement au précédent, l’usage de felizmente pourrait constituer un mécanisme d’expression de sympathie envers le destinataire du discours. Par exemple, dans un contexte où un étudiant découvre qu’un ami a réussi cet examen, il pourrait employer felizmente pour lui communiquer l’information d’une façon avenante, en partageant le bonheur de l’autre. Cependant, dans cette situation l’élection d’un adverbe lié à la chance comme afortunadamente pourrait provoquer un malentendu, dans le cas où le destinataire aurait l’impression que le locuteur semblait questionner ses compétences et ses efforts, en faisant allusion à la fortune comme causante de la note positive. Par conséquent, felizmente semble plus approprié pour transmettre une nouvelle souhaitée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlos Meléndez Quero, « Comment expliquer la signification des particules discursives d’une langue étrangère ? », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 1 | 2010, 137-151.

Référence électronique

Carlos Meléndez Quero, « Comment expliquer la signification des particules discursives d’une langue étrangère ? », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 1 | 2010, mis en ligne le 24 août 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/994 ; DOI : 10.4000/apliut.994

Haut de page

Auteur

Carlos Meléndez Quero

Carlos Meléndez Quero est titulaire d’un Doctorat Européen en Linguistique Générale et Hispanique, et qualifié en 2010 dans les sections 7 (Sciences du Langage : linguistique et phonétique générales) et 14 (Langues et littératures romanes : espagnol) du CNU. Actuellement, il enseigne l’espagnol à l’Université Charles De Gaulle-Lille 3, dans l’UFR d’études romanes, slaves et orientales.
cmelende@unizar.es

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page